Catastrophes, De la culture du risque à l’affrontement de l’incertitude

Hour-en-Famenne, 10 décembre 2022

La Déclaration de Politique régionale wallonne du 16 septembre 2019 indiquait la volonté du Gouvernement de Wallonie de mettre en place des outils de gestion des risques afin de pouvoir prévenir et réagir rapidement lors des crises et aussi d’aléas climatiques et sanitaires (p. 75). La DPR précisait également que des mesures seraient prises pour protéger les ressources en eau, notamment face aux risques de pollutions, au maintien et au développement des habitats naturels humides ou aux problèmes d’approvisionnement (p. 82). D’autres types de risques devaient également être anticipés comme les risques numériques et sanitaires (exposition aux ondes, p. 90), les risques menant à l’exclusion et à la pauvreté (p. 117), les risques chimiques (phytosanitaires, p. 118), etc. [1]

Les événements majeurs que la Wallonie a connus depuis l’adoption de ce document – la pandémie liée au Covid-19, les stress climatiques (inondations de 2021, sécheresse de 2022), la crise énergétique multifactorielle – ont interpellé l’ensemble des acteurs, des citoyennes et des citoyens. Les impacts de ces événements ont été et restent considérables, même s’ils ont connu et connaissent des impacts différents selon les parties prenantes et les localisations. Ainsi, la pandémie n’a pas frappé les différents territoires de manière identique : elle s’est attaquée davantage aux régions présentant une densité élevée ; les inondations ont frappé des vallées où la présence d’une urbanisation importante induisant une artificialisation des sols a été mise en question, la sécheresse et les grandes chaleurs ont des effets différents sur les campagnes ou dans les zones urbaines. À la densité de l’habitat s’ajoutent d’autres facteurs de vulnérabilité, d’exposition au risque, comme l’âge croissant et le faible niveau socio-économique de nombreux habitants, leur capacité à relever les défis, c’est-à-dire leur résilience. Des questions structurelles de gestion des risques à l’échelle de l’ensemble des secteurs et des échelons administratifs se posent également [2]. En ce qui concerne les effets de la crise énergétique, la localisation est également déterminante : coût du chauffage, coût des déplacements, accès aux énergies fossiles et renouvelables, etc. On pourrait également analyser les impacts du terrorisme – qui semble parfois sorti de notre horizon intellectuel – à l’aune de cette localisation.

 

1. Les risques sont associés à des événements parfaitement descriptibles

Voici déjà plus de vingt ans, Michel Callon, Pierre Lascoumes et Yannick Barthe ont observé que la notion de risque est étroitement associée à celle de décision rationnelle. Selon eux, cette dernière nécessite la réunion de trois conditions pour que le décideur puisse établir des comparaisons entre les options qui s’ouvrent à lui. D’abord, être capable d’établir, de manière exhaustive, la liste des options ouvertes. Ensuite, il faut que, pour chaque option, le décideur soit en mesure de décrire les éléments, entités, qui composent le monde supposé par cette option. Enfin, il s’agit de réaliser l’inventaire des interactions significatives qui sont susceptibles de se produire entre ces différents éléments, entités. Les auteurs rappellent dès lors la notion d’états du monde possibles, qui se rapprochent des scénarios des prospectivistes [3].

Ajustées et amendées, les recommandations que faisait l’OCDE dans son rapport Renforcer la résilience grâce à une gouvernance innovante des risques (2014), pourraient servir de base à une nouvelle approche dans les matières du développement régional et territorial :

– favoriser une gouvernance des risques tournée vers l’avenir et tenant compte des
risques complexes ;

– insister sur le rôle de la confiance et mettre en avant l’action de longue haleine menée par les pouvoirs publics pour protéger la population ;

– adopter une définition commune des niveaux de risques acceptables par les parties
prenantes de tous niveaux ;

– définir une panoplie optimale de mesures de résilience d’ordre matériel et immatériel
(mesures portant sur les infrastructures et mesures de planification, par exemple) ;

– adopter une démarche à l’échelle de l’ensemble de la société afin d’associer tous les
acteurs au renforcement de la résilience ;

– reconnaître le rôle important des institutions et des blocages institutionnels dans
l’efficacité des mesures de gestion des risques afin d’augmenter le niveau de
résilience ;

– recourir à des cadres de diagnostic pour recenser les barrières d’ordre institutionnel
et réorganiser les incitations de façon à favoriser la résilience [4].

Dans La société du risque, le sociologue allemand Ulrich Beck (1944-2015) est allé plus loin, rappelant que les risques ne se résument pas aux conséquences et aux dommages survenus, mais qu’ils peuvent aussi désigner un futur qu’il s’agit d’empêcher d’advenir. La conscience que l’on a du risque ne se situe pas dans le présent, mais essentiellement dans l’avenir, écrit-il [5]. Les prospectivistes le savent, eux qui manient les Wild Cards, tant pour identifier des jokers qui peuvent survenir dans notre trajectoire que pour les utiliser comme stress tests sur le système et mesurer dans quelle mesure ces événements peuvent se transformer en opportunités réelles pour mettre en œuvre une vision souhaitable de l’avenir.

 

2. L’incertitude, produit de notre ignorance

Bien que les termes de risque et d’incertitude soient souvent utilisés de manière interchangeable, ils ne sont pas identiques. Ainsi, le risque désigne-t-il un danger bien identifié, associé à l’occurrence d’un événement ou d’une série d’événements, parfaitement descriptibles, dont on ne sait pas s’ils se produiront, mais dont on sait qu’ils sont susceptibles de se produire [6]. Quand des outils statistiques peuvent être mobilisés, on définit le risque comme la probabilité qu’un événement non souhaitable, indésirable, se produise et l’importance de l’impact de cette occurrence sur la variable ou le système en fonction de sa vulnérabilité. Ainsi, au facteur de probabilité qu’un événement advienne, s’ajoute un facteur de sévérité des conséquences de cet événement. Il en résulte un troisième facteur, subjectif, qui, sur base des deux premiers, évalue et éventuellement quantifie le niveau de risque [7].

C’est parce que la notion de risque joue un rôle capital dans la théorie de la décision rationnelle et dans le choix qu’elle suppose entre plusieurs états du monde ou scénarios, qu’il est sage – disent Callon et alii, de réserver son usage à ces situations parfaitement codifiées [8]. Dès lors, dans les situations d’incertitude, l’utilisation de cette notion de risque ne permet pas d’établir la liste et de décrire de manière précise les options du décideur ni l’état des mondes possibles qui permettraient d’élaborer une anticipation sérieuse.

Photo Mudwalker – Dreamstime

Dans un espace naturel, politique, économique, social, culturel, élargi et un monde complexe, l’émergence [12] incessante de facteurs et d’acteurs nouveaux rend impossible de construire et de disposer d’une connaissance raisonnable, sinon complète, de l’environnement, de ses effets – y compris perturbateurs – sur le système et donc de l’évolution de celui-ci.

 

3. Faire face à l’incertitude

Ainsi que les auteurs d’Agir dans un monde incertain l’ont montré, en situation d’incertitude, l’anticipation est impossible pour le décideur par défaut de connaissance précise des comportements et des interactions des éléments du système, des acteurs et facteurs qui constituent l’environnement. Mais, l’ignorance n’est pas une fatalité et (…) raisonner en termes d’incertitude, c’est déjà se donner les moyens d’en prendre la mesure [13].

En effet, l’ignorance n’est pas nouvelle et ne naît pas au XXIe siècle. Ce qui est nouveau, et – espérons-le, grandissant, c’est la conscience de cette ignorance. Néanmoins, comme le rappelaient, dans un texte produit en 1982 déjà, Daniel Kahneman et son collègue psychologue de l’Université de Stanford, Amos Tversky (1937-1996), l’incertitude est un fait auquel toutes les formes de vie doivent être préparées à faire face. Pour les inventeurs de la Théorie des perspectives [14] (Prospect Theory), à tous les niveaux de complexité biologique, il existe une incertitude quant à la signification des signes ou des stimuli et aux conséquences possibles des actions. À tous les niveaux, des mesures doivent être prises avant que l’incertitude ne soit levée, et un équilibre doit être atteint entre un niveau élevé de préparation spécifique aux événements les plus susceptibles de se produire et une capacité générale à réagir de manière appropriée lorsque l’inattendu se produit [15].

Si les chocs perturbateurs que nous avons connus depuis le début 2020 pouvaient être anticipés, leur puissance et leur complexité ont surpris tous les analystes [16]. Il n’est pas exclu que des catastrophes de ce type puissent se reproduire, ni que d’autres, ne faisant actuellement l’objet d’aucunes ou de peu de préoccupations, puissent se produire à l’avenir.

Il paraît dès lors indispensable de questionner les différentes politiques menées à l’aune de nouvelles émergences, de catastrophes ou d’autres risques potentiels qu’ils soient naturels ou anthropiques, distinction difficile à établir du fait de la transformation croissante des milieux biophysiques [17]. Le concept de catastrophe peut être nourri par l’étymologie indiquant non seulement un bouleversement brusque et effroyable – qui provoque la mort de nombreuses personnes -, mais aussi par la systémique au travers des travaux des mathématiciens René Thom (1923-2002) et d’Erik Christopher Zeeman (1925-2016). Il s’agit alors de discontinuités qui peuvent se présenter dans l’évolution d’une variable ou d’un système, entraînant des modifications de sa stabilité morphologique. Ainsi, la catastrophe relève-t-elle davantage des variables d’entrée (inputs) du système, de l’espace des paramètres, que du résultat de leurs évolutions. Pour Zeeman, il y a catastrophe lorsqu’une variété continue des causes entraîne une variation discontinue des effets [18].

Le géographe français Jérôme Dunlop note quant à lui que, alors qu’un risque résulte de la combinaison d’une vulnérabilité et d’un aléa, dont l’éventuelle occurrence détruirait tout ou partie des enjeux qui lui étaient exposés (êtres humains et richesses), on parle de catastrophe quand les enjeux détruits sont estimés majeurs par le groupe humain atteint. L’importance du risque lui-même varie avec l’importance des enjeux et celle de la probabilité d’occurrence de l’aléa. L’occupation humaine augmente d’ailleurs la probabilité de leur occurrence sur les milieux naturels. Ainsi, les risques d’inondations sont-ils largement majorés par l’urbanisation des lits majeurs des cours d’eau et par l’imperméabilisation des sols qui résulte du développement des réseaux routiers et de la croissance urbaine, ou encore par les mutations des paysages agraires [19]. Dès lors, c’est avec raison que l’historien Niall Ferguson, professeur à Oxford et à Harvard, observe que la distinction entre les catastrophes naturelles et les catastrophes causées par les êtres humains est purement artificielle. Il existe, constate-t-il, une interaction constante entre les sociétés humaines et la nature. L’exemple qu’il donne est que nous avons déjà mis en évidence en nous référant au désastre de Lisbonne : un choc endogène détruit la santé et la vie humaines en fonction de la proximité des habitats du lieu de l’impact [20].

 

Conclusion : les chocs perturbateurs comme occasions de transformations structurelles dans un système initialement pataud, voire bloqué

Une attention nouvelle se porte sur l’impact global de l’humanité sur le système terrestre dans son ensemble. C’est ce qu’on appelle aujourd’hui, l’anthropocène, en lisant cette époque comme une rupture [21].  Ainsi, peut-on considérer que si l’activité humaine a affecté la nature de telle sorte que les catastrophes naturelles, hydrométéorologiques et géophysiques se multiplient en faisant de nombreuses victimes, il est aujourd’hui indispensable de mieux appréhender les catastrophes et d’anticiper les risques [22].

La recherche a, depuis quelques décennies, pris conscience de la vulnérabilité  des territoires et des communautés. La vulnérabilité, déjà évoquée, pourrait être décrite comme une circonstance ou un contexte propre à certains groupes (ou territoires) qui se trouvent dans une situation de fragilité face à certains risques, et causée par la construction sociale persistante des risques. Dans cette perspective, la résilience désignerait le développement par le groupe ou le territoire des capacités de déployer des processus – ayant une incidence sur les pratiques – afin de réduire leur vulnérabilité à certains risques [23]. Les chercheurs ont construit de nouveaux concepts pour saisir ce phénomène et en identifier les types : vulnérabilité différentielle ou différenciée, vulnérabilité accumulée et vulnérabilité globale, etc. Il s’agit maintenant, notre attention étant renforcée par les chocs que nous subissons concrètement, de traduire ces questionnements en politiques publiques et collectives d’anticipation et de prévention, en déterminant, espace par espace, territoire par territoire, à quels risques nous sommes confrontés, quelles sont nos propres vulnérabilités ou comment se déclinent ici et là les vulnérabilités globales. Enfin, s’il existe des relations entre la vulnérabilité, le sous-développement et la pauvreté, il apparaît que la capacité de se remettre d’une catastrophe et de se préparer contre les risques est un élément plus critique que le niveau de pauvreté [24]. L’analyse des facteurs de risques, y compris climatiques [25], est encouragée par le Bureau des Nations Unies pour la Réduction des Risques de Catastrophes (UNISDR-UNDRR) [26]. Les travaux de cette institution, notamment ses rapports d’évaluation peuvent contribuer à construire un cadre méthodologique utile.

Complémentairement, on ne peut passer sous silence une des conclusions des travaux de l’anthropologue et historienne Virginia Garcia-Acosta, à savoir que la présence périodique de certains phénomènes naturels, comme les ouragans, a permis à certains groupes humains de pratiquer des changements culturels dans leur vie et leur organisation matérielle pouvant conduire à l’application de stratégies de survie et de possibilités d’adaptation [27]. Ainsi, comme l’indiquait déjà Edgar Morin dans La Méthode, en évoquant le concept de catastrophe, la rupture et désintégration d’une ancienne forme est le processus constitutif même de la nouvelle [28]. En d’autres termes, les chocs perturbateurs pourraient constituer de vraies occasions de transformations structurelles dans un système initialement pataud, voire bloqué.

Toute approche des risques et des catastrophes implique d’appréhender la question du risque acceptable dans une stratégie et sa mise en œuvre concrète, donc, également d’aborder la question difficile du principe de précaution, avec les outils multiples du développement régional et de l’aménagement des territoires [29].

Se doter d’outils, de dispositifs et de processus anticipateurs pour affronter l’incertitude constitue une sagesse de base de toute gouvernance contemporaine de nos sociétés [30]. Cette approche permettrait également de considérer les chocs perturbateurs comme autant d’occasions de transformations structurelles dans un système initialement pataud, voire bloqué face à l’ampleur des défis.

 

Philippe Destatte

@PhD2050

[1] Déclaration de Politique régionale wallonne, 2019-2024, Namur, 16 septembre 2019, 122 p.

[2] Dans son rapport Boosting Resilience through Innovative Risk Governance, OECD Reviews of Risk Management Policies, p. 16, Paris, OECD, 2014, l’OCDE écrit que : dans leur quasi-totalité, les pays de l’OCDE prennent systématiquement en compte les risques de catastrophe dans leurs stratégies et leurs plans sectoriels en matière d’investissements publics. L’importance attribuée à l’échelon local est illustrée par la mise en place de cadres juridiques pour les responsabilités locales avec, notamment, une réglementation tenant compte des risques pour l’occupation des sols et la promotion immobilière privée. – Voir aussi : Bassin de la Loire, France, Étude de l’OCDE sur la gestion des risques d’inondation, Paris, OCDE, 2010.

[3] Michel CALLON, Pierre LASCOUMES et Yannick BARTHES, Agir dans un monde incertain, Essai sur la démocratie technique, p. 37-39, Paris, Seuil, 2001.

[4] Boosting Resilience through Innovative Risk Governance, OECD Reviews of Risk Management Policies, p. 17-18, Paris, OECD, 2014.

[5] Ulrich BECK, La société du risque, Sur la voie d’une autre modernité (1986), p. 60-61, Paris, Flammarion, 2008.

[6] M. CALLON, P. LASCOUMES et Y. BARTHES, op. cit., p. 37.

[7] Carl L. PRITCHARD, Risk Management, Concepts and Guidance, p. 7-8, Arlington VA, ESI, 1997.

[8] Ibidem, p. 39.

[9] John KAY & Mervyn KING, Radical Uncertainty, p. 37, London, The Bridge Press, 2021.

[10] Philippe SILBERZAHN, Bienvenue en incertitude ! Survivre et prospérer dans un monde de surprises, p. 82, Paris, Diateino, 2021.

[11] Daniel KAHNEMAN, Olivier SIBONY, Carl R. SUNSTEIN, Noise, Pourquoi nous faisons des erreurs de jugement et comment les éviter, p. 144-146, citation p. 152, Paris, Odile Jacob, 2021.

[12] L’émergence peut être définie comme l’apparition ou l’évolution inattendue d’une variable ou d’un système qui ne peut résulter ou être expliqué à partir d’éléments constitutifs ou de conditions antérieures du système. La microbiologiste Janine Guespin y voit l’existence de qualités singulières d’un système qui ne peuvent exister que dans certaines conditions : elles peuvent éventuellement s’inter-convertir alors que le système conserve les mêmes constituants soumis à des interactions de même nature, si un paramètre réglant l’intensité de ces interactions franchit, lors de sa variation, un seuil critique. Janine GUESPIN-MICHEL coord. , Lucien SEVE e.a., Émergence, Complexité et dialectique, Sur les systèmes dynamiques non linéaires, p. 42, Paris, O. Jacob, 2005.

[13] M. CALLON, P. LASCOUMES et Y. BARTHES, Agir dans un monde incertain, p. 40sv et citation p. 41.

[14] Théorie descriptive de la décision en situation risquée. Voir Frédéric MARTINEZ, L’individu face au risque : l’apport de Kahneman et Tversky, dans  Idées économiques et sociales, vol. 161, no. 3, 2010, p. 15-23. https://www.cairn.info/revue-idees-economiques-et-sociales-2010-3-page-15.html

[15] Uncertainty is a fact with which all forms of life must be prepared to contend. At all levels of biological complexity there is uncertainty about the significance of signs or stimuli and about the possible consequences of actions. At all levels, action must be taken before the uncertainty is resolved, and a proper balance must be achieved between a high level of specific readiness for the events that are most likely to occur and a general ability to respond appropriately when the unexpected happens. Daniel KAHNEMAN, Paul SLOVIC & Amos TVERSKY, Judgment under uncertainty: Heuristics and biases, p. 509-510, Cambridge University Press, 2001.

[16] Voir Ph. DESTATTE, On demande de voir loin alors que le futur n’existe pas, Blog PhD2050, Hour-en-Famenne, 20 août 2021. https://phd2050.org/2021/08/20/futur-nexiste-pas/

[17] Cyria EMILIANOFF, Risque, dans Jacques LEVY et Michel LUSSAULT, Dictionnaire de la Géographie, p. 804-805, Paris, Belin, 2003. La définition du risque dans cet ouvrage est : probabilité d’un danger menaçant ou portant atteinte à la vie et, plus globalement, au cadre d’existence d’un individu ou d’un collectif. – Voir aussi : Yannick LUNG, Auto-organisation, bifurcation, catastrophe… les ruptures de la dynamique spatiale, Talence, Presses universitaires de Bordeaux, 1987.

[18] E.C. ZEEMAN, Catastrophe Theory, Selected Papers, 1972-1977, p. 615-638, Addison Wesley Publishing Co, Reading, Mass. – London – Amsterdam, 1977. – R. THOM, Paraboles et catastrophes, Entretiens sur les mathématiques, la science et la philosophie, p. 59sv, Paris, Flammarion, 1983.

[19] Jérôme DUNLOP, Les 100 mots de la géographie, p. 71-72, Paris, PUF, 2009.

[20] Philippe DESTATTE, On demande de voir loin alors que le futur n’existe pas, Hour-en-Famenne, 20 août 2021, Blog PhD2050, https://phd2050.org/2021/08/20/futur-nexiste-pas/

[21] Clive HAMILTON, The Anthropocene as rupture, in The Anthropocene Review, 3, 2, 2016, p. 93-106.

[22] Virginia GARCIA-ACOSTA, Catastrophes non naturelles et anthropocène, Leçons apprises à partir de perspectives anthropologiques et historiques, dans Rémi BEZAU & Catherine LARRERE dir., Penser l’anthropocène, p. 325sv, Paris, Presses de Sciences Po, 2018.

[23] V. GARCIA-ACOSTA, Catastrophes non naturelles et anthropocène…, p. 33.

[24] V. GARCIA-ACOSTA, Catastrophes non naturelles et anthropocène…, p. 329-330.

[25] Et les liens climat-santé : Jacques BLAMONT, Introduction au siècle des menaces, p. 505sv, Paris, Odile Jacob, 2004

[26] Le Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe a été créé en 1999 pour assurer la mise en œuvre de la Stratégie internationale de Prévention des catastrophes.  https://www.undrr.org/

[27] V. GARCIA-ACOSTA, Prevencion de desastres, estrategias adaptivas y capital social, in Harlan KOFF ed., Social Cohesion bin Europe and the Americas, Power, Time and Space, p. 115-130, Berne, Peter Lang, 2009. – Catastrophes non naturelles et anthropocène…, p. 332.

[28] Edgar MORIN, La Méthode, 1. La nature de la nature, p. 44, Paris, Seuil, 1977. – René THOM, Stabilité culturelle et Morphogénèse, Essai d’une théorie génétique des modèles, Paris, Ediscience, 1972.

[29] Questionnement aigu et difficile s’il en est dans la « société du risque ». Voir notamment Dominique BOURG et Jean-Louis SCHLEGEL, Parer aux risques de demain, le principe de précaution, Paris, Seuil, 2001. – Ulrich BECK, Risk Society, Towards a New Modernity, London, Sage, 1992. – François EWALD, Aux risques d’innover, Les entreprises face au principe de précaution, Paris, Autrement, 2009.

[30] Tous les gouvernements, les organismes internationaux, les universités et les entreprises devraient avoir leur Cassandre, leur « Office national des avertissements », chargés d’identifier les pires scénarios, de mesurer les risques et de concevoir des stratégies de protection, de prévention et d’atténuation. Niall FERGUSON, Apocalypses, De l’antiquité à nos jours, p. 393, Paris, Saint-Simon, 2021.

%d blogueurs aiment cette page :