archive

Archives de Tag: Pierre Harmel

Brussels, January 28, 2023

To Professor Charles Hyart

 

1. Russia is a European power

Россия есть Европейская держава

Russia is a European power. This was a phrase I often heard repeated by Charles Hyart (1913-2014), my teacher of language and of history of Russian civilisation at the University of Liège[1]. It appears in Article 6 of the Nakaz of Empress Catherine II of Russia (1729-1796), the Instruction she issued in 1767 to the Legislative Commission responsible for harmonising the laws. This work was an authentic treatise on political philosophy, inspired by L’esprit des Lois (1748) of Montesquieu (1689-1755) and by the Italian jurist Cesare Beccaria (1738-1794). It was written in French, then translated into Russian by the Tsarina herself [2]. The phrase appearing in this Article 6 underlines that there was, at least in the minds of certain leaders – despots, enlightened or otherwise –, a desire to impose the notion of a European Russia on both Russians and Westerners.

This orientation did not first emerge in the 18th century. Ever since Ivan IV, known as Grozny, the Terrible (1530-1584), the first Tsar of Russia who reigned from 1547 to 1584, Russia had regularly opened itself up to the West, and in particular to the English through the Northern ports. Peter the Great (1672-1725), who reigned from 1694 to 1725, began a genuine process to westernise the country. This movement continued until the Common European Home, the concept created by Mikhail Gorbachev (1931-2022), even if there were a number of pendulum swings which saw Russia’s European identity sometimes enhanced and sometimes rejected[3]. Some actors viewed the westernisation of their country as a process of derussification. They considered it a betrayal of the triumphant heritage of Byzantium from which Russia arose. They opposed Westernisation, which they regarded as deviance, in the name of slavophilia – Slav nationalism –, asianity or eurasianism, which were permeating the vastness of the two continents straddled by Russia[4].

But it was also in the name of this vastness that, despite her intellectual proximity to Denis Diderot (1713-1784) and to Alembert (1717-1783), Catherine the Great wrote in Articles 9 and 11 of her Instruction that:

[…] The sovereign is absolute; for there is no other authority but that which centers in his single person that can act with a vigour proportionate to the extent of such a vast dominion. […] Every other form of government whatsoever would not only have been prejudicial to Russia, but would even have proved its entire ruin [5].

We will not descend into such determinism.

The Western Europeans’ view of Russia also varied: the violent presence of the Cossacks of Tsar Alexander I  (1777-1825), conqueror of Napoleon (1769-1821), experienced by Liège, the Ardenne, then Paris in 1814, and then the fear of troops from a Russia who was “the policeman of Europe”, the Russia of Nicolas I (1796-1855), threatening the Belgian Revolution of 1830 from afar, gave way, after the Crimean War (1853-1856) [6], to the Franco-Russian Alliance of 1892 and to the bloody confrontation of 1914-1918 which led to the Treaty of Brest-Litovsk of 3 March 1918. This treaty, in which the central empires imposed peace on the Eastern front, meant, for Russia, the loss of Ukraine, the Baltic States and the Caucasus, against the backdrop of the anti-Bolshevik crusades pursued by the Allies: the English, French, Italian, American and Japanese intervened directly and militarily until 1920 [7].

Then came the fascination exerted by Petrograd, then Moscow, the new capital of a Bolshevik socialism, on our intellectuals and proletariat, until the end of the 20th century for some. A land existed, said André Gide (1869-1951) in 1936, where utopia was becoming reality [8], and which, increasingly, asserted itself as a global superpower with the United States, as French sociologist Alexis de Tocqueville (1805-1859) had foreseen a century earlier, in 1835, in Democracy in America:

There are, at the present time, two great nations in the world which seem to tend towards the same end, although they started from different points: I allude to the Russians and the Americans. Both of them have grown up unnoticed; and whilst the attention of mankind was directed elsewhere, they have suddenly assumed a most prominent place amongst the nations; and the world learned their existence and their greatness at almost the same time.

All other nations seem to have nearly reached their natural limits, and only to be charged with the maintenance of their power; but these are still in the act of growth; all the others are stopped, or continue to advance with extreme difficulty; these are proceeding with ease and with celerity along a path to which the human eye can assign no term [9].

 

2. The Second Russian Revolution

The arrival of Mikhail Gorbachev in the Kremlin in March 1985 was a major bifurcation which triggered a reversion movement in Europe. The backdrop was characterised by the partial failure of the implementation of the Commission on Security and Cooperation in Europe (CSCE), held in Helsinki in 1975 [10]. It was also a period of tensions over the siting of missiles in Europe, the invasion of Afghanistan, and the Polish crisis in the early 1980s.

From 1985 to 1986, the reforming Russian leader developed an idea which he presented in a speech he gave in London in 1984: in his view, Europe is our common home [11]. This initial signal enabled the European Economic Community, the following year, to begin negotiations with Moscow for the purpose of preparing a draft agreement on trade and cooperation. One of Gorbachev’s collaborators, Vladimir Lukin, a diplomat at the Foreign Ministry of the Russian Federation (MID), noted in 1988 that the European Common Home proclaimed by President Gorbachev represents the home of a civilisation on the periphery of which we have remained for a long time. Lukin, the future ambassador to Washington, noted that this process, which at that time was growing in Russia and in a number of countries in the East, had, everywhere, the same historical dimension, namely the dimension of a return towards Europe [12].

With his New Thinking, Gorbachev continued his reform of the USSR [13]. In his famous speech of 7 December 1988 at the United Nations in New York, the Kremlin leader showed a new face of Russia and undertook to withdraw from Germany and from Eastern Europe a substantial portion of the Soviet troops stationed there.

A few months later, on 6 July 1989, before the Council of Europe in Strasbourg, where, in 1959, General de Gaulle (1890-1970) had evoked the idea of a Europe from the Atlantic to the Urals [14], Mikhail Gorbachev announced the repeal of the Brezhnev doctrine. This dealt with the right of the USSR to intervene in the socialist countries to defend the Communist doctrine and its territorial acquisitions. It was in this speech that the First Secretary of the Soviet Communist Party repeated the words of Victor Hugo (1802-1885) on the United States of Europe, uttered in 1849:

[…] the day will come when you, France, you, Russia, you, Italy, you, England, you Germany — all of you, all the nations of the continent — will, without losing your distinguishing features and your splendid distinctiveness, merge inseparably into some high society and form a European brotherhood … the day will come when only the battlefield will be markets open for trade and minds open to ideas [15].

President Mikhail Gorbachev at the Council of Europe in Strasbourg, 6 July 1989 (Photo capture INA)

In this speech, Gorbachev gave a broad explanation of his European Home concept and concluded that, by uniting, Europeans would be able to address the challenges of the 21st century.

[…] We are convinced that what they need is one Europe — peaceful and democratic, a Europe that maintains all its diversity and common humanistic ideas, a prosperous Europe that extends its hand to the rest of the world. A Europe that confidently advances into the future. It is in such a Europe that we visualise our own future [16].

At the time, this Soviet project, with its increasingly social-democrat orientation, was strongly supported by French President François Mitterrand (1916-1996) who tried to bolster its content, notably when he outlined the following plan on television on 31 December 1989:

On the basis of the Helsinki agreements, I expect to see the birth of a European Confederation, in the true sense of the word, in the 1990s, which will involve all states of our continent in a common organisation with continuous exchange, peace and security [17].

In Mitterrand’s view, the Pan-European union, the confederation he announced in his speech at the Elysée Palace, was not intended to replace the EEC.

In this context, the Warsaw Pact member countries and the NATO countries signed the Paris Treaty on Conventional Armed Forces in Europe. Likewise, in the wake of this, Moscow endorsed the Charter for a New Europe, adopted by the 34 countries at the end of the same summit, organised ahead of the Conference on Security and Cooperation in Europe (CSCE) of 19-21 November 1990 [18]. This charter dealt with respect for democratic pluralism and human rights and freedoms, and it aimed to open a new era:

We, the Heads of State or Government of the States participating in the Conference on Security and Co-operation in Europe, have assembled in Paris at a time of profound change and historic expectations. The era of confrontation and division of Europe has ended. We declare that henceforth our, relations will be founded on respect and co-operation. Europe is liberating itself from the legacy of the past. The courage of men and women, the strength of the will of the peoples and the power of the ideas of the Helsinki Final Act have opened a new era of democracy, peace and unity in Europe [19].

 Hopes were clearly very high. In fact, according to Professor Hiski Haukkala, by signing the Paris Charter, Gorbachev signaled the end of a competing Soviet normative agenda for the future development of the European international society. Once again it was Europe’s turn to condition Russia’s place in Europe [20].

 

3. The seeds of a future problem

However, in late June 1991, after the Conference of the European Confederation held in Prague, on the initiative of François Mitterrand and endorsed by Vaclav Havel (1936-2011), President of Czechoslovakia, it seemed that it was a failure [21]. Mitterrand’s former advisor on the matter wrote that, in this case, the French President’s only mistake was being right too soon. His clear thinking collided with the convergence of conservatism (that of the Americans, who primarily wanted to maintain their influence in Europe) and impatience (that of the countries of Eastern Europe, who were keen to climb aboard the Community train) [22]. The acceleration of the processes of opening up to the countries of the East, German reunification, and the hostility of the United States to a process in which they were not involved caused the demise of the Confederation and the Common Home [23]. Jacques Lévesque, Professor at UQAM, expressed it thus:

The rapid and unexpected collapse of the regimes of Eastern Europe brought about the ruin of Gorbachev’s ideology of transition and European policy by depriving it of the essential drivers for its implementation and caused the disintegration of the Soviet Union itself [24].

In December 1991, Gorbachev’s USSR imploded in favour of the Commonwealth of Independent States (CIS), dominated by the Russian Federation.

In spring 1992, after these events, Andrei Kozyrev, Foreign Minister under Russian President Boris Yeltsin (1931-2007), stressed the future importance for Russia of being part of the European structures and confirmed the value of active participation in the European process. Use of the norms and expertise accumulated in the European context would, he observed, be of great help in solving the internal problems of Russia and of the other former Soviet republics[25]. Under his influence, Russia applied for membership of the Council of Europe in May 1992, joining it on 28 February 1996 [26]. This was a significant step, too often forgotten. In November 1992, Russia also entered into negotiations with the EEC with a view to a partnership and cooperation agreement on shared democratic values, respect for human rights, and entrepreneurship. This agreement was signed on 24 June 1994 in Corfu (Italy), where Russia and the European Union declared themselves mutual strategic partners [27]. This was another important step in the rapprochement between Russia and Europe. This rapprochement was not merely a signature on paper: from 1990 to 1994, the EEC was responsible for 60% of the international aid to Russia via the TACIS programme [28], and it became one of Moscow’s leading commercial partners, representing more than a third of Russia’s foreign trade [29].

This process of rapprochement suffered as a result of NATO’s marginalisation of Russia during the Balkan wars [30]. This marginalisation triggered anti-Western sentiments and cost Kozyrev his job, despite his efforts to bring about, in the face of increasingly strong Russian nationalist pressure, a switch from his policy to a defence of the Commonwealth of Independent States (CIS), a vital interest of Russia [31].

In January 1996, Kozyrev was replaced by Yevgeny Primakov (1929-2015). A brilliant academic who spoke several languages, including Arabic and French, Primakov was in favour of a multipolar diplomacy in which Russia would assume a Eurasian power role, including in the ‘near abroad’ countries of the former Soviet republics. This multipolarity was viewed on the other side of the Atlantic as a desire to harm the United States on all fronts [32]. Europe, however, was still a favoured partner of Russia when a strengthened partnership agreement was signed in November 1997 [33]. The attractiveness of Europe for the Russians had lost the euphoria of the early days, especially as Brussels was showing increasing irritation through its constant criticisms, particularly concerning the Chechen question. In March 1999, it was the unilateral intervention triggered by the US Administration in Kosovo which caused a crisis with NATO; it reached its climax with the occupation by Russian paratroopers of Slatina-Pristina airport on 12 June 1999 [34]. This was also the time of the NATO expansion to include the “countries of the East”.

The US leaders and their West German counterparts skilfully derailed Gorbachev’s plans, offering NATO membership to East Germany, without making any formal promises, not in writing at any rate, on the future of the alliance [35]. But Mary Elise Sarotte, Professor of history at the University of Southern California, highlighted this when she recalled that James Baker, former Secretary of State under George H. W. Bush (1924-2018), from 1989 to 1993, had written in his memoirs: almost every achievement contains within its success the seeds of a future problem. She observed that, by design, Russia was left on the periphery of a post-Cold War Europe. A young KGB officer serving in East Germany in 1989 offered his own recollection of the era in an interview a decade later, in which he remembered returning to Moscow full of bitterness at how “the Soviet Union had lost its position in Europe” [36].

His name was Vladimir Putin, and he would one day have the power to act on that bitterness [37].

 

4. Outstretched hand and closed fist

The arrival of Vladimir Putin at the Kremlin took place against a background of détente with the West, when the post-9/11 war on terror and the development of energy cooperation with Western Europe were major factors.

As the first Russian leader to address the Bundestag, in September 2001, Vladimir Putin began his speech in Russian then continued at length in the language of Goethe, Schiller and Kant. He underlined the importance of European culture by recalling the significant contribution made by Russia to that culture which, he noted, has known no borders and has always been a common asset. And he continued:

As for European integration, we not just support these processes, but we are looking to them with hope. We view them as a people who have learned the lesson of the Cold War and the peril of the ideology of occupation very well. But here, I think, it would be pertinent to add that Europe did not gain from that division either.

It is my firm conviction that in today’s rapidly changing world, in a world witnessing truly dramatic demographic changes and an exceptionally high economic growth in some regions, Europe also has an immediate interest in promoting relations with Russia.

No one calls in question the great value of Europe’s relations with the United States. I am just of the opinion that Europe will reinforce its reputation of a strong and truly independent centre of world politics soundly and for a long time if it succeeds in bringing together its own potential and that of Russia, including its human, territorial and natural resources and its economic, cultural and defense potential [38].

Alongside this outstretched hand, the Kremlin leader lamented the objections that remained with the West and demanded loyalty from NATO by questioning the soundness of the expansion to the East and bemoaning the inability to reach an agreement on antimissile defense systems. Closing his speech about German-Russian relations, Vladimir Putin spoke of his conviction that Germany and Russia were turning over a new page in their relations, thereby making our joint contribution to building a common European home [39].

In the years that followed, Europe became the principal commercial partner of a Russia whose GDP growth reached 7% per year from 2000 to 2007 [40]. This favourable climate meant that the Russian-European Summit in St Petersburg in May 2003 was a great success. At this Summit, the Russian and European diplomats defined four spaces: a common economic space, a common space of freedom, security and justice, a common space of cooperation in the field of external security, and a common space on research and education [41]. The Moscow Summit of May 2005 outlined a series of roadmaps for the implementation of these cooperation spaces founded on security and stability. The Russians and Europeans agreed to actively promote them in a mutually beneficial manner, through close result-oriented EU-Russia collaboration and dialogue, thereby contributing effectively to creating a greater Europe without dividing lines and based on common values [42].

However, once again the geopolitical context collapsed. The Chechen terrorist attacks in Moscow (2002) and in Beslan (2004), the effects of the eastward expansion of the European Union in 2004 to include eight post-communist countries, meaning that Russia’s ‘near abroad’ – especially Belarus and Ukraine – became Europe’s ‘near abroad’, and the suspicion of European support for the colour revolutions – Georgia in 2003, Ukraine in 2004, and Kyrgyzstan in 2005 – led to a new Russian distrust of Europe. Simultaneously, the blatant human rights violations of Vladimir Putin’s regime and especially the assassination, in 2006, of Moscow-based journalist Anna Politkovskaya dashed the European hopes that had arisen from the 2003 Summit.

Russian president Vladimir Putin delivers his remarks about « Russia’s Role in World Politics » during the 43rd Annual Conference on Security Policy in Munich, Germany, Feb. 10, 2007. The theme for the conference is « Global Crisis-Global Responsibilities. » Defense Dept. photo by Cherie A. Thurlby (released)

It was a frustrated Vladimir Putin who attended the 43rd Munich Conference on Security Policy on 10 February 2007. As Professor Richard Sakwa from the University of Kent wrote, Putin, who was probably the most European leader his country had ever known, intended to bring his country into a new phase of international relations [43]. The Russian president issued a direct challenge to the unipolar model established by the role of the United States in the world and advocated a return to a multipolar world which took account of the economic realities of the planet: China, India, and BRICS, including Russia, had emerged, he pointed out. And although the Kremlin leader at the end of his mandate again evoked the idea of “the great European family”, he mainly denounced the insecurity which the NATO expansion was causing at the Russian borders, stating:

I think it is obvious that NATO expansion does not have any relation with the modernisation of the Alliance itself or with ensuring security in Europe. On the contrary, it represents a serious provocation that reduces the level of mutual trust. And we have the right to ask: against whom is this expansion intended? [44]

When the new president Dmitri Medvedev entered office on 7 May 2008, all this tension seemed to be forgotten. The Foreign Policy Concept which the President of the Russian Federation approved on 15 July 2008 called for strategic relations to be established with the European Union on a solid, modern legal basis and for a legal space to be created under the auspices of the Council of Europe which would extend across the whole of Europe.

The main objective of the Russian foreign policy on the European track is to create a truly open, democratic system of regional collective security and cooperation ensuring the unity of the Euro-Atlantic region, from Vancouver to Vladivostok, in such a way as not to allow its new fragmentation and reproduction of bloc-based approaches which still persist in the European architecture that took shape during the Cold War period. This is precisely the essence of the initiative aimed at concluding a European security treaty, the elaboration of which could be launched at a pan-European summit [45].

Thereupon, Moscow called for the construction of a genuinely unified Europe, without dividing lines, through equal interaction between Russia, the European Union and the United States. In addition, since Russia was asserting itself as the biggest European State with a multinational and multiconfessional society and centuries-old history, the Kremlin offered to play a constructive role in ensuring a civilizational compatibility of Europe, and harmonious integration of religious minorities, including in view of the various existing migration trends. The new policy concept also called for a strengthening of the role of the Council of Europe, and of the OSCE, and announced the desire of the Russian Federation to develop its relations with the European Union, a major trade, economic and foreign-policy partner. Russia also stated that it was interested in establishing a strategic partnership with the European Union and mutually beneficial relations with the countries in the Union [46].

The ambiguities between the Atlantic democracies also increased. Whereas the United States primarily viewed NATO as a leadership instrument whose role included bringing partners together on missions that might extend beyond the European theatre, the countries of Eastern Europe essentially saw NATO as an instrument of peace in Europe. For their part, the new members from Central and Eastern Europe viewed the Alliance as a bulwark against a Russia which they still feared. As Charles Kupchan wrote, the preoccupation of these countries rendered them open to a Euro-Atlantic order focused more on NATO than on the European Union. This analysis led the professor of International Relations at Georgetown University in Washington, to argue in favour of allowing Russia to join the Atlantic Alliance [47].

To respond to NATO’s continued expansion eastwards, the new military doctrine of Moscow regarded the enlargement of NATO as a major external threat, especially when the alliance contemplated allowing Georgia and Ukraine to join. In anticipation of the annual OSCE meeting in Athens, on 1 December 2009, Sergey Lavrov, Foreign Minister of the Russian Federation since 2004, presented a draft treaty on European security, which worried the Europeans and irritated Washington. This reorganisation of the security architecture was based on the idea that any action taken by one of the parties, individually or collectively, including as part of an international organisation, alliance or military coalition, had to take into account the interests of the other signatory parties to the treaty. The European Union responded politely, while drawing attention to the fact that this new proposal should in no way affect the current security obligations of the Member States of the Union [48].

In 2010, a number of initiatives appeared to offer a new momentum in relations between Russia and the West. At the United Nations, Russia voted in favour of sanctions against Iran, which was perceived positively in Brussels. As Russian Prime Minister, Vladimir Putin welcomed his Polish counterpart Donald Tusk in Katyn and expressed remorse regarding the massacre carried out in Poland in 1940 on the orders of Stalin (1878-1953). In April 2010, in Prague, President Dmitri Medvedev signed the New Start Treaty with President Barack Obama with the aim of limiting the number of intercontinental ballistic missiles. The following month, NATO troops, at the cordial invitation of the Russians, marched in Red Square to commemorate the 65th anniversary of the victory over Nazism [49]. Efforts were also maintained on both sides to cement certain cooperation activities. At the EU-Russia Summit at Rostov-on-Don, in spring 2010, a Partnership for Modernisation (P4M) was launched in a relaxed atmosphere, but it failed to deliver any significant improvement in a relationship which some people already viewed as a compromise [50]. It is true that there was a growing feeling of unease in Europe over the reliability of the Russian energy supply [51]. The conflict in South Ossetia between Russia and a Georgia which seemed to be aligning itself with the West also increased tensions at diplomatic and military levels.

 

5. Relations during the stalemate

In July 2013, however, Russian minister Sergey Lavrov published an article in the highly respected international academic publication, the Journal of Common Market Studies; the former Russian representative at the UN (1994-2004) stated that:

European history cannot be imagined without Russia, just as the history of Russia cannot be imagined apart from Europe. For centuries, Russia has been involved in shaping European reality in its political, economic and cultural dimensions. Yet the debate of how close Russia and its west European partners can be and to what degree Russia is a European Country has also been going on for centuries.

Minister Lavrov also pointed out that, in recent years, […] we have an unprecedented opportunity to fulfil the dream of a united Europe [52]. Nevertheless, it was debatable whether that opportunity had passed.

 

President of the European Council Herman Van Rompuy at the European University in St. Petersburg, 5 September 2013 (Photo European University)

Less than two months later, on 5 September 2013, European Council President Herman Van Rompuy, who was in St Petersburg for the G20 meeting, delivered a lecture at the European University. His words echoed those of Victor Hugo in 1849 and of Vladimir Putin in 2001, among others:

[…] We Europeans, we know one another. We – the French, the Prussians then Germans, the Swedes, the Dutch, the Italians, the Poles, the British, the Russians, and all the others, we have read each other’s books, we listened to each other’s music, we believed in the same God, we have engaged in battles between various sides, we spoke and traded with, and learned from each other, and at times have misunderstood each other. Perhaps we are, as has been said, one “European family”. But then again, one must be careful with a word like that, because to me it immediately brings to mind the first line of Tolstoy’s Anna Karenina: « All happy families resemble one another, each unhappy family is unhappy in its own way. »! I would say that the European family can be happy in its own way. I would say that the European family can be happy in its own way [53].

However, as with Putin’s speech in the Bundestag, the remainder of the text hinted at problems, with Herman Van Rompuy observing:

We share common borders, and also common neighbours. Ukraine, Armenia, Moldova which matter to us both, have to define their own path. But in our view, for Ukraine, an Association Agreement with the European Union would not damage the country’s long-standing ties with Russia. Why should it have to be a case of ‘either/or’? [54]

The creation of the Eurasian Customs Union (ECU) between Russia, Belarus, and Kazakhstan in 2010 and the ambition to transform it rapidly into a genuine Eurasian Economic Union (EEU) could be interpreted as an initiative aimed at countering the growing presence of the European Union in the post-Soviet area. The Euromaidan demonstrations, which broke out in Ukraine in 2013 at the refusal of President Viktor Yanukovych to sign the Association Agreement with the EU in favour of an agreement with Russia, seemed to realise the Kremlin’s worst fears of seeing its ‘near abroad’ grow in importance.

The annexation of Crimea in March 2014, and in particular the shooting down over the Donetsk region of Malaysian Airlines flight MH-17 from Amsterdam to Kuala Lumpur on 17 July 2014, triggered European economic sanctions. These sanctions accelerated the breakdown in relations, especially as they significantly encouraged the rapprochement between Brussels and Kiyv: on 16 September 2014, the Association Agreement was ratified by the Verkhovna Rada of Ukraine and the European Parliament. Recalling the statement by US Vice-President Joe Biden that the American leadership had cajoled Europe into imposing sanctions on Russia even though the EU had initially been opposed, Sergey Lavrov pointed out that, for several years, Russia had over-estimated the independence of the European Union and even big European countries. The Foreign Minister of the Russian Federation repeated this view in 2017 [55].

Echoing the words of Russian historian Sergei Medvedev, relations between Europe and Russia had then reached stalemate [56]. At a meeting in Brussels on 14 March 2016 chaired by the Italian politician Federica Mogherini, European High Representative for Foreign Affairs and Security Policy, the Foreign Ministers of the 28 Member States unanimously adopted five principles aimed at guiding the Union’s policy on Russia:

– implementation of the Minsk agreement on the Donbas region of September 2014 and February 2015[57] as the key condition for any substantial change in the European Union’s stance towards Russia;

– strengthened relations with the EU’s Eastern partners and other neighbours, in particular in Central Asia;

– strengthening the resilience of the EU (for example, energy security, hybrid threats, or strategic communication);

– the need for selective engagement with Russia on issues of interest to the EU;

– the need to engage in people-to-people contacts and support Russian civil society[58].

These clearly stated positions illustrated but also contributed to the estrangement between Europe and the Russian Federation. Russia was also, and increasingly, openly ignoring the Union as an institution, as demonstrated by the visit to Moscow, in February 2021, of Josep Borrell, which coincided with the expulsion of European diplomats in the case involving Russian opposition figure Alexei Navalny [59]. Russia seems to be gradually detaching itself from Europe, wrote the EU High Representative upon his return from this difficult trip[60].

The European Union’s commitment towards the Ukrainians had become increasingly evident since the Russian aggression of 24 February 2022. At the Foreign Affairs Council of 17 October 2022, the ministers took a number of important decisions after being informed of the military escalation and the strikes on Kiyv by the Russian army. They agreed to establish an EU military assistance mission to support the Ukrainian armed forces. The mission would train around 15,000 soldiers on EU territory. They also agreed to allocate €500 million in respect of the European Peace Facility to finance supplies intended for the Ukrainian forces, thus increasing military assistance to Ukraine to €3.1 billion[61].

This commitment clearly provided arguments for Russian Foreign Minister Sergey Lavrov when he declared, on 20 October 2022, that the supplies of weapons from the European Union to Kiyv made it a “stakeholder in the conflict” in Ukraine and that countries who supply weapons to Ukraine were “sponsors of terrorism[62].

 

6. Conclusion: power is not an emotion

6.1. From Kant to Hobbes…

Since their earliest contacts, the countries and peoples of Western Europe have had complex relations with Russia. The analysis of these relations is based on the preliminary questions of, firstly, what Russia is and, secondly, what Europe is, questions which are impossible to answer. Intuitively, we feel that it is an issue of temporality: the complex relationship between our present and our past, between history and future: the world to come, aspirations, plans.

The European Union and Russia do not use the same geopolitical grammar [63], since, in Moscow’s view, Europe often discredits itself through its soft power, which is perceived by the Kremlin, and by other governments, as a weak and haphazard hieratic policy. The shift in the discourse of several representatives of the European Union since the aggression in March 2022 has also surprised observers. This was the case when, on 13 October 2022, European Commission Vice-President and High Representative of the European Union for Foreign Affairs and Security Policy, Josep Borrell, declared, in response to the bellicose rhetoric of Vladimir Putin, that a Russian nuclear attack against Ukraine would provoke such a powerful answer that the Russian army would be annihilated [64]. The nature and the legitimacy of such statements is debatable. As Kathleen R. McNamara, Professor at Georgetown University and an expert in European issues, wrote in an article of The Washington Post entitled Is Venus becoming Mars?, whereas, previously, the European Union had sought to rise above the fray in the struggles between major powers, attempting to offer a peaceful alternative to violence and coercion, European leaders seemed to be trying to remake the European DNA and become a traditional power player [65]. This change was particularly surprising to McNamara since, in her book on constructing authority in the Union, published in 2017, she argued that the policy of the European Union, since it sought to complement rather than compete with the nation States that form the Union, rendered its authority inherently fragile [66].

The American neo-conservative historian and political scientist Robert Kagan, who was based in Brussels in the early 2000s, had also described the European Union as a particularly weak and passive actor in international relations, denouncing it as entering a posthistorical paradise of peace and relative prosperity by referencing the realisation of the Perpetual Peace of Immanuel Kant (1724-1804), published in 1795 [67]. Kagan also expressed in a very gendered and well-known phrase that Americans are from Mars and Europeans are from Venus. He observed that rather than viewing the collapse of the Soviet Union as an opportunity to flex global muscles, Europeans took it as an opportunity to cash in on a sizable peace dividend [68].

Kagan, who wrote Of Paradise and Power in 2003, denounced both Gaullism and Ostpolitik, as well as the European conviction that the United States’ stance towards the Soviet Union was too confrontational, too militaristic, and too dangerous. In this work, which focused on relations between the United States and Europe, Kagan drew a distinction between Western Europe, especially France and Germany, and the nations of Central and Eastern Europe, which, because of their different histories, had a historically ingrained fear of Russian power and, therefore, a more American perception of Hobbesian realities [69]. To explain this analysis, it is worth noting that in Leviathan, his famous treaty published in 1651, the English philosopher Hobbes (1588-1679) stated that:

[…] Fear of oppression disposes a man to strike first, or to seek aid through society, for there is no other way for a man to secure his life and liberty.

Men who distrust their own subtlety are in better shape for victory than those who suppose themselves to be wise or crafty. For the latter love to consult, whereas the former (fearing to be outdone in any negotiations) prefer to strike first  [70].

 Yet since fear was a communicative passion, it placed men in a state of perpetual defiance in which Hobbes calls for a war of every man against every man.

In this war of every man against every man nothing can be unjust. The notions of right and wrong, justice and injustice have no place there. Where there is no common power, there is no law; and where there is no law, there is no injustice. In war the two chief virtues are force and fraud. Justice and injustice are not among the faculties of the body or of the mind [71].

The French philosopher and political scientist Jean-Marc Ferry, who taught at the Free University of Brussels and at the University of Nantes, offered a rather curt criticism of Kagan’s analysis, stating that the American had not understood the philosophical breakthrough which meant that the European Union, and in particular some of its Member States (France, Germany and Belgium), were leaning towards the increasingly important perspective of a cosmopolitan rule of law [72]. Ferry observed that the nations of Europe were weaker half a century ago than they were today, including in relation to America.

Today, they have the power – he continues – to assert a “Kantian” orientation towards the United States.

Ferry criticised Kagan for confusing and conflating power and violence. The philosopher pointed out that Europe’s challenge was precisely that it could have power in Europe without resorting to violence.

As “Kantians”, Europeans rely on a power which is a moral and a critical power rather than a physical power. […]  It is clear that if, like the United States, one claims always to be right and only ever to fight for the Righteous (since adversaries embody evil, we ourselves would embody good), it would be difficult to have a genuine discourse on Right. It demands a historical – as it were – sensitivity to what Hegel called “causality of fate”. There is, on the part of the Americans, barely any serious attempt to understand the historical reasons why the vast majority of the States is organised in an authoritarian, or even totalitarian, way; and that, therefore, it is unrealistic to want to introduce democracy by force without considering the context. However, Europeans are undoubtedly sensitive to history – almost overly so [73].

Returning to Josep Borrell, in his speech to the ambassadors on 10 October 2022, the High Representative of the European Union endorsed the view that we Europeans are too much Kantians and not enough Hobbesians [74]. As the researcher Kathleen McNamara noted in The Washington Post, the reference to Hobbes is a striking reminder of the Kagan’s disdainful view of the European Union as a weak, cosmopolitan actor [75]. However, McNamara also observed that there was no robust military capacity behind the threat uttered by Josep Borrell on 13 October that would ensure the annihilation of the Russian army.

This view is also repeated more scathingly by Dmitri Medvedev, Vice-President of the Russian Security Council, in Pravda on 14 October 2022, when he described Josep Borrel as a great strategist and great military leader in a non-existent European army [76].

 

6.2. More RealPolitik for Europe?

In a collective work published in September 2022 entitled « Ukraine, the first global war », Nicole Gnesotto observed that, for Europe to be a power, its responsibility would involve agreeing to examine its principles against reality. (…) An end to the Ukrainian crisis, she points out, assumes that Europe accepts that it must go beyond the diplomacy of values and return to Realpolitik [77]. In her recent work « Europe: adapt or perish », the French historian recalls the importance of the report produced by the former Belgian statesman Pierre Harmel (1911-2009) in 1967 for the North Atlantic Council. This new edition from the new alliance evangelist, to echo the words of the former Foreign Minister in a speech in the Belgian Chamber [78], aimed not only to ensure a collective defence of the Atlantic area but also attempted to reduce East-West tensions. As Harmel wrote:

The easing of tensions is not the final objective: the ultimate goal of the Alliance is to achieve a just and lasting peaceful order in Europe, accompanied by the appropriate security guarantees, the ultimate goal of the alliance [79].

This purpose of the Harmel Exercise is still fundamentally relevant. Moreover, evoking the failure of an attempt to rebuild relations between Europe and Russia on the initiative of France in May 2021, Gnesotto called for military power to be put in its proper place, for it to be made an essential element of diplomatic credibility, a tool at the service of intelligence, negotiation, and persuasion [80].

It is said that now is not the time. But there will come a time when the grievances of the various parties on the ground will have to be taken into consideration [81].

However, this was also the conviction which Dominique de Villepin expressed very clearly when talking about innovation in diplomacy and in capacity to propose a new way: even, stated the former Prime Minister of France during the presidency of Jacques Chirac (1932-2019),

[…] when one has an adversary whom one believes to be in the wrong, a war criminal, evil, one must go part of the way. Otherwise, nothing happens [82].

The French sociologist Edgar Morin goes further: he outlines, even for today, the foundations of a peaceful compromise between the warring parties. At the end of his analysis, he advocates for Ukraine a neutrality similar to Austria, or even European integration. And he adds that it would be important to envisage, in future, the inclusion of Russia in the European Union as a positive outcome of Russian-Western relations. Anticipating possible strong reactions from readers, Morin observes that:

The anti-Russian hysteria, not only in Ukraine but also in the West, and especially in France, should eventually decline and disappear, in the same way as the nationalist hysteria of Nazi Germany and the anti-German hysteria which identified Germany and Nazism [83].

 In his work on perpetual peace, the great Prussian philosopher Kant observed that, in any event, the battlefield is the only court in which States argue for their rights; but victory, through which they win the case, does not decide in favour of their cause [84]. Admittedly, this was before the United Nations tried unsuccessfully, after two global holocausts, to establish the Perpetual Peace he held so dear.

Nevertheless, I feel that Europe must not abandon its Kantian ambition to favour the power of law over that of violence. However, one can concur with Henry Kissinger’s view that the most effective foreign policy is one that marries the principles of power and legitimacy [85], provided that the legitimacy is also the legitimacy of Law: power and legitimacy in a Europe which is faithful to its values and avoids the American debate between deep-engagers who favour US leadership via NATO and restrainers who favour disengagement and observe that their troops have remained twice as long on operations since the end of the Cold War than during that period [86].

It is for the Europeans themselves to take responsibility for who they are; if possible from the Atlantic to the Urals.

Admittedly, the price to pay for the Union seems very high today, since it involves having, simultaneously, a European diplomacy equal to the task, in other words one which relies more on power than on emotion, a military power which guards and protects us and gives us independence from the United States, and a diplomatic power which offers a genuine opportunity to communicate with a voice other than violence.

 

Philippe Destatte

@PhD2050

 

[1] This text originated in a lecture presented at the Blue-Point in Liège on 24 October 2022 at the initiative of Rotary International. I would like to thank Caroline Goffinet and Alain Lesage for their initiative. I am grateful to my historian colleague Paul Delforge for his careful review of the manuscript and his suggestions. As the subject is particularly vast, we will refer to the recent abundant scientific literature on the subject, including: Tom CASIER and Joan DE BARDELEBEN ed., EU-Russia Relations in Crisis, Understanding Diverging Perceptions, Abingdon, Routledge, 2018. – David MAXINE, Jackie GOWER, Hiski HAUKKALA ed., National Perspectives on Russia European Foreign Policy in the Making, Abingdon, Routledge, 2013. – Tuomas FORSBERG & Hiski HAUKKALA, The European Union and Russia, London, Palgrave Macmillan, 2016. – Romanova, Tatiana ROMANOVA and David MAXINE ed., The Routledge Handbook of EU-Russia Relations, Structures, Actors, Issues, Abingdon: Routledge, 2021. – Stephan KEUKELEIRE & Tom DELREUX, The Foreign Policy of the European Union, Bloomsbury Academic, 2022.

[2] Nicholas V. RIASANOVSKY, Histoire de la Russie des origines à nos jours, p. 283-285, Oxford University Press – Robert Laffont, 2014. – Iver B. NEUMANN, Russia’s Standing as a Great Power, 1494-1815, in Ted HOPF ed., Russia’s European Choice, p. 13-34, New York, Palgrave MacMillan, 2008.

[3] Tom CASIER, Gorbachev’s ‘Common European Home’ and its relevance for Russian foreign policy today. Debater a Europa, 2018, 18, p. 17-34. https://kar.kent.ac.uk/66331/

[4] Walter LAQUEUR, Russian Nationalism, in Foreign Affairs, vol. 71, nr 5, Winter 1992-1993, p. 103-116.

[5] Marie-Pierre REY, La Russie face à l’Europe, d’Ivan le Terrible à Vladimir Poutine, p. 144, Paris, Flammarion, 2002.

[6] That humiliating defeat ended the half-century in which Russia was the sole guardian of the system in Europe. Hiski HAUKKALA, A Norm-Maker or a Norm-Taker? The Changing Normative Parameters of Russia’s Place in Europe, in Ted HOPF ed., Russia’s European Choice ..,. p. 41 & 43. – H. Haukkala is Professor of International Relations, Faculty of Management and Business at the University of Tampere.

[7] N. V. RIASANOVSKY, Histoire de la Russie…, p. 522-523.

[8] André GIDE, Retour de l’URSS, Paris, Gallimard, 1936. Rappelé par Marie-Pierre REY, La Russie face à l’Europe, d’Ivan le Terrible à Vladimir Poutine, p. 12, Paris, Flammarion, 2002.

[9] Alexis de TOCQUEVILLE, Democracy in America, Translator Henry Reeve, p. 485,

http://seas3.elte.hu/coursematerial/LojkoMiklos/Alexis-de-Tocqueville-Democracy-in-America.pdf

[10] Hiski HAUKKALA, A Norm-Maker or a Norm-Taker? The Changing Normative Parameters of Russia’s Place in Europe, in Ted HOPF ed., Russia’s European Choice ..,. p. 47.

[11] M.-P. REY, Europe is our Common Home, A study of Gorbachev’s Diplomatic Concept, in The Cold War History Journal, volume 4, n°2, Janvier 2004, p.33–65. https://digitalarchive.wilsoncenter.org/document/%20116224%20.pdfGorbachev at the United Nations, President Gorbachev, addressed at the United Nations General Assembly, December 7, 1988. https://www.c-span.org/video/?5292-1/gorbachev-united-nations – Text provided by the Soviet Mission, Associated Press, https://apnews.com/article/1abea48aacda1a9dd520c380a8bc6be6 – See Richard SAKWA, Gorbachev and His Reforms, 1985-1990, New Jersey, Prentice Hall, 1990.

[12] Vladimir LUKIN, in Moskovskie Novosti, n° 38, 1988, in Neil MALCOM ed., Russia and Europe: An End to Confrontation?, p.14, London, Pinter, 1994 – M.-P. REY, « Europe is our Common Home »: A study of Gorbachev’s diplomatic concept, in Cold War History, vol. 4, 2, p. 33-65, 2004.

[13] Mikhail GORBACHEV, Perestroika: New Thinking for our Country and the World, New York, Harper & Collins, 1987.

[14] C. de GAULLE, Discours de Strasbourg du 23 novembre 1959.

[15] Inaugural speech of the Peace Congress, delivered in Paris on 21 August 1849 in Victor HUGO, Œuvres complètes, Actes et Paroles, t.1., Paris Hetzel, 1882. – Stéphanie TONNERRE-SEYCHELLES, Victor Hugo et les Etats-Unis d’Europe, 8 avril 2019. Blog Gallica, https://gallica.bnf.fr/blog/08042019/victor-hugo-et-les-etats-unis-deurope-i?mode=desktop

[16] Address given by Mikhail Gorbachev to the Council of Europe (Strasbourg, 6 July 1989) https://www.cvce.eu/obj/address_given_by_mikhail_gorbachev_to_the_council_of_europe_6_july_1989-en-4c021687-98f9-4727-9e8b-836e0bc1f6fb.htmlVictor Hugo said that the day would come when you, France, you, Russia, you, Italy, you, England, you Germany — all of you, all the nations of the continent — will, without losing your distinguishing features and your splendid distinctiveness, merge inseparably into some high society and form a European brotherhood (…). The day would come when the only battlefield would be markets open for trade and minds open to ideas. (…) We are convinced that what they need is one Europe — peaceful and democratic, a Europe that maintains all its diversity and common humanistic ideas, a prosperous Europe that extends its hand to the rest of the world. A Europe that confidently advances into the future. It is in such a Europe that we visualise our own future.

[17] Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, à l’occasion de la présentation de ses vœux, Paris, dimanche 31 décembre 1989, Texte intégral, République française, Vie publique. https://www.vie-publique.fr/discours/139496-allocution-de-m-francois-mitterrand-president-de-la-republique-loc

[18]. Hubert Védrine notes: for the United States, it is intolerable to think of founding a European confederation without them. Hubert VEDRINE, Les mondes de François Mitterrand, Paris, A. Fayard, 1996. – in Une vision du monde, p. 489-491, Paris, Bouquins, 2022.

[19] Charter of Paris for a New Europe, Paris, November 21, 1991. https://www.osce.org/files/f/documents/0/6/39516.pdf

[20] H. HAUKKALA, A Norm-Maker or a Norm-Taker? The Changing Normative Parameters of Russia’s Place in Europe, in Ted HOPF ed., Russia’s European Choice ..,. p. 52.

[21] The newspaper Le Monde described the Prague Conference of 12-14 June 1991 as being as politically inoffensive as a Sorbonne symposium, see: Une initiative controversée de M. Mitterrand, Prague accueille les Assises de la Confédération européenne, in Le Monde, 13 juin 1991. https://www.lemonde.fr/archives/article/1991/06/13/une-initiative-controversee-de-m-mitterrand-prague-accueille-les-assises-de-la-confederation-europeenne_4160582_1819218.html – The place of the United States in this initiative seemed to be at the heart of the press conference of the two presidents at the end of the conference: Conférence de presse conjointe de M. François Mitterrand, Président de la République, et M. Vaclav Havel, président de la République tchécoslovaque, notamment sur le rôle des Etats-Unis dans la construction de l’Europe, la notion géographique de l’Europe et l’éventuelle intégration de la Tchécoslovaquie à l’OTAN, Prague, June 14, 1991, République française, Vie publique.

https://www.vie-publique.fr/discours/133511-conference-de-presse-conjointe-de-m-francois-mitterrand-president-de-l

[22] Jean MUSITELLI, François Mitterrand, architecte de la Grande Europe, Paris, Institut François Mitterrand, 5 février 2012. https://www.mitterrand.org/francois-mitterrand-architecte-de.html Our translation. – Frédéric BOZO, Mitterrand, la fin de la guerre froide et l’unification allemande, p. 344-361, Paris, Odile Jacob, 2005. – Sylvain KAHN, Histoire de la construction de l’Europe depuis 1945, p. 224, Paris, PuF, 2021.

[23] M.-P. REY, La Russie face à l’Europe…, p. 429.

[24] Jacques LEVESQUE, 1989, la fin d’un empire, L’URSS et la libération de l’Europe de l’Est, Paris, Presses de Science Po, 1995. – The Enigma of 1989: The USSR and the Liberation of Eastern Europe, Berkeley, University of California Press, 1997. – J. LEVESQUE, Soviet Approaches to Eastern Europe at the Beginning of 1989, in CWIHP Bulletin, 12/13, 2001.

[25] Andrei KOZYREV, Russia: A Chance for Survival, in Foreign Affairs, vol. 71, no 2, Spring 1992, p. 1-16. https://www.foreignaffairs.com/articles/russia-fsu/1992-03-01/russia-chance-survival

[26] The Duma ratified the Convention for the Protection of Human Rights and Fundamental Freedoms by the Federal Law of 30 March 1998.

[27] S. KAHN, Histoire de la construction de l’Europe…, p. 279.

[28] The EU’s TACIS programme supports democratisation, strengthening of the rule of law and the transition to a market economy in the New Independent States (NIS), which emerged from the break-up of the Soviet Union. These countries are the following: Armenia, Azerbaijan, Belarus, Georgia, Kazakhstan, Kirghizstan, Moldova, Mongolia, Uzbekistan, Russia, Tajikistan, Turkmenistan and Ukraine. https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=LEGISSUM:r17003

[29] M.-P. REY, La Russie face à l’Europe…, p. 433.

[30] Ph. DESTATTE, Russia in Nato, Thinking the Unthinkable? in Cadmus Journal, Report to the World Academy of Art and Science on War in Ukraine, Global Perspectives on Causes and Consequences, p. 38-76, July 2022.

http://www.cadmusjournal.org/files/pdfreprints/vol4issue6/Russia-in-NATO-Thinking-the-Unthinkable-PDestatte-The-War-in-Ukraine-July-2022.pdf

[31] Julie DESCHEPPER, Le moment Kozyrev : retour sur les fondements de la politique étrangère post-soviétique, in La Revue russe, n°45, 2015, Les années Eltsine, p. 79-89. p. 86. https://www.persee.fr/doc/russe_1161-0557_2015_num_45_1_2689#russe_1161-0557_2015_num_45_1_T8_0084_0000

[32] N. S. RIASANOVSKY, Histoire de la Russie…, p. 748. L’historien américain écrit : pour monter une coalition mondiale antiaméricaine sous la bannière de la « multipolarité », la Russie est prête à tous les sacrifices (…).

[33] ACCORD DE PARTENARIAT ET DE COOPÉRATION établissant un partenariat entre les Communautés européennes et leurs États membres, d’une part, et la Fédération de Russie, d’autre part, 28 novembre 1997. https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=CELEX%3A21997A1128%2801%29#d1e214-3-1

[34] Mary Elise SAROTTE, Not one inch, America, Russia, and the Making of Post-Cold War Stalemate, p. 308, New Haven and London, Yale University Press, 2021. – Bill CLINTON, My Life, Ma vie, Random House – Odile Jacob, 2004, p. 902-903.

[35] Ph. DESTATTE, Russia in Nato, Thinking the Unthinkable? in Cadmus Journal, Report to the World Academy of Art and Science on War in Ukraine, Global Perspectives on Causes and Consequences, p. 38-76, July 2022.

http://www.cadmusjournal.org/files/pdfreprints/vol4issue6/Russia-in-NATO-Thinking-the-Unthinkable-PDestatte-The-War-in-Ukraine-July-2022.pdf

[36] M. E. SAROTTE, Not one inch…, p. 19-20.

[37] Mary Elise SAROTTE, A Broken Promise? What the West Really Told Moscow about NATO expansion, in Foreign Affairs, Sept-Oct 2014, p. 90-97.

[38] Vladimir PUTIN, Speech in the Bundestag of the Federal Republic of Germany, September 25, 2001. http://en.kremlin.ru/events/president/transcripts/21340

Vidéo : https://www.c-span.org/video/?166424-1/terrorist-attacks-us

[39] I am convinced that today we are turning over a new page in our bilateral relations, thereby making our joint contribution to building a common European home. Vladimir PUTIN, Speech in the Bundestag… September 25, 2001. http://en.kremlin.ru/events/president/transcripts/21340

[40] Hiski HAUKKALA, From Cooperative to Contested Europe? The Conflict in Ukraine as a Culmination of a Long-Term Crisis in EU–Russia Relations, in Journal of Contemporary European Studies, 2015, 23:1, p. 25-40, p. 30.

[41] M.-P. REY, La Russie face à l’Europe…, p. 437.

[42] Richard SAKWA, Russia against the Rest, The Post-Cold War Crisis of World Order, p. 256, Cambridge University Press, 2017.

[43] Richard SAKWA, Frontline Ukraine, Crisis in Borderlands, p. 30-31, London, Bloomsbury Academic, 2021.

[44] The stones and concrete blocks of the Berlin Wall have long been distributed as souvenirs. But we should not forget that the fall of the Berlin Wall was possible thanks to a historic choice – one that was also made by our people, the people of Russia – a choice in favour of democracy, freedom, openness and a sincere partnership with all the members of the big European family. Vladimir PUTIN, Speech and the Following Discussion at the Munich Conference on Security Policy, February 10, 2007.http://en.kremlin.ru/events/president/transcripts/24034

Video : https://www.youtube.com/watch?v=JLjG1THpeNQ

[45] The Foreign Policy Concept of the Russian Federation, 12 January 2008. Approved by the President 15 July 2008. http://en.kremlin.ru/supplement/4116

[46] The Foreign Policy Concept of the Russian Federation, 12 January 2008.

[47] Charles A. KUPCHAN, NATO’s Final Frontier, Why Russia Should join the Atlantic Alliance, in Foreign Affairs, Vol. 89, Nr 3, May-June 2010, p. 100-112, p. 103. https://www.foreignaffairs.com/articles/russian-federation/2010-05-01/natos-final-frontier

[48]  Conclusions of the EU/Russia Summit European Parliament resolution of 17 June 2010 on the conclusions of the EU/Russia summit, 31 May – 1 June 2010. https://eur-lex.europa.eu/legal-content/EN/TXT/?uri=CELEX:52010IP0234

[49] Walter LAQUEUR, Moscow’s Modernization Dilemma, Is Russia charting a New Foreign Policy, in Foreign Affairs, Vol. 89, Nr 6, Nov. – Dec. 2010, p. 153-160. https://www.foreignaffairs.com/articles/russia-fsu/2010-11-01/moscows-modernization-dilemma

[50] H. HAUKKALA, From Cooperative to Contested Europe?, p. 30sv. – Boris TOUMANOV, Un peu de détente politique à Rostov, dans La Libre Belgique, 31 mai 2010. https://www.lalibre.be/international/2010/05/31/un-peu-de-detente-politique-a-rostov-JPZY2E3B3VHKFD24QRZUW2532Q/

[51] In January 2009, Russia pretended to stop gas deliveries to Europe. S. KAHN, op. cit., p. 271.

[52] Sergey LAVROV, State of the Union Russia-EU: Prospects for Partnership in the Changing World, in Journal of Common Market Studies, Vol. 51, p. 6-12, July 9, 2013.

[53] Herman VAN ROMPUY, Russia and Europe, Today, Lecture at the European University at Saint-Petersburg, 5 September 2013. https://www.consilium.europa.eu/uedocs/cms_data/docs/pressdata/en/ec/138657.pdf

[54] Ibidem.

[55] Richard SAKWA, Russia against the Rest. The Post-Cold War Crisis of World Order, p. 259-260 and 261, Cambridge, Cambridge University Press, 2017. – Exclusive: « We will survive sanctions » says Russian foreign minister Sergei Lavrov to FRANCE24, 17 Dec. 2014. On 17 December 2014,.

[56] Stalemate may be the most appropriate definition of the present quality of EU – Sergei MEDVEDEV, The Stalemate in EU-Russia Relations, Between ‘Sovereignty’ and ‘Europeanisation, in Ted HOPF ed, Russia’s European Choice, p. 215–232, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2008. – H. HAUKKALA, From Cooperative to Contested Europe?, p. 30. – Fabienne BOSSUYT & Peter VAN ELSUWEGE ed, Principled Pragmatism in Practice, The EU’s Policy Towards Russia after Crimea, Leiden, Brill, 2021. – Derek AVERRE & Kataryna WOLCZUK eds, The Ukraine Conflict: Security, Identity and Politics in the Wider Europe, Abingdon, Routledge, 2018. – Marco SIDDI, The partnership that failed: EU-Russia relations and the war in Ukraine. https://www.researchgate.net/publication/362542921_The_partnership_that_failed_EU-Russia_relations_and_the_war_in_Ukraine.

[57] S. KAHN, op. cit., p. 279.

[58] Foreign Affairs Council, 14 March 2016, European Council, Council of the European Union, https://www.consilium.europa.eu/en/meetings/fac/2016/03/14/

See also: Facts and figures about EU-Russia Relations. Nov. 4, 2022. https://www.eeas.europa.eu/sites/default/files/eeas-eu-russia_relation-en_2021-07.pdf

[59] Tatiana KASTOUEVA-JEAN, La Russie après la réforme constitutionnelle, dans Thierry de MONTBRIAL et Dominique DAVID, RAMSES 2022, p. 147, Paris, IFRI-Dunod, 2021.

[60] Josep BORRELL, Ma visite à Moscou et l’avenir des relations entre l’UE et la Russie, Bruxelles, European Union External Action (EEAS), 7 février 2021. https://www.eeas.europa.eu/eeas/ma-visite-%C3%A0-moscou-et-lavenir-des-relations-entre-lue-et-la-russie_fr

[61] Foreign Affairs Council, 17 October 2022.

https://www.consilium.europa.eu/en/meetings/fac/2022/10/17/

[62] Guerre en Ukraine : la Russie accuse l’Union européenne d’être partie prenante dans le conflit, Paris, AFP, 20 octobre 2022.

[63] Sylvain KAHN, Histoire de la construction de l’Europe…, p. 323.

[64] Jorge LIBOREIRO, Ukraine war: Russian army will be « annihilated » if it launches a nuclear attack, warns Josep Borrell, in Euronews, October 14, 2022. https://www.euronews.com/my-europe/2022/10/13/the-russian-army-will-be-annihilated-if-it-launches-a-nuclear-attack-warns-josep-borrellTop EU diplomat says Russian army will be ‘annihilated’ if Putin nukes Ukraine Josep Borrell said that the West’s answer to a nuclear attack would be ‘powerful’ but not nuclear. Le Monde with AFP, October 13, 2022. https://www.lemonde.fr/en/european-union/article/2022/10/13/top-eu-diplomat-says-russian-army-be-annihilated-if-putin-nukes-ukraine_6000230_156.html

[65] Kathleen R. MCNAMARA, The EU is turning geopolitical. Is Venus becoming Mars?, EU Diplomat Josep Borrell warned the Russian Army will be « annihilated » if it launches a nuclear attack. These words suggest a more assertive European Union, in The Washington Post, October 17, 2022. https://www.washingtonpost.com/politics/2022/10/17/eu-annihilate-russia-putin-borrell/

[66] K. MCNAMARA, Politics of Everyday Europe: Constructing Authority in the European Union, Oxford University Press, 2017.

[67] Immanuel KANT, Toward Perpetual Peace and Other Writings on Politics, Peace and History, Translated by David L. Colclasure, New Haven and London, Yale University Press, 2006. https://platypus1917.org/wp-content/uploads/2011/07/kant_towardperpetualpeacebook.pdf – E. KANT, Œuvres philosophiques, III, Les derniers écrits, coll. Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard – NRF, 1986.

[68]. Robert KAGAN, Power and Weakness, Policy Review, June & July 2002, p. 1-2 & 8. http://users.clas.ufl.edu/zselden/course%20readings/rkagan.pdf – K. MCNAMARA, Politics of Everyday Europe…

[69] Robert KAGAN, Of Paradise and Power, America and Europe in the New World Order, p. 5-6, New York, Knopf Publishing Group, 2003.

[70] Hobbes’s Leviathan, Reprinted from the edition of 1651, Oxford, At the Clarendom Press – Oxford University Press, 1909-1965. https://files.libertyfund.org/files/869/0161_Bk.pdf – Brigitte GEONGET, Le concept kantien d’insociable sociabilité, Éléments pour une étude généalogique : Kant entre Hobbes et Rousseau, in Revue germanique internationale, 6, 1996. http://journals.openedition.org/rgi/577

[71] Thomas HOBBES, Leviathan… – Jean TERREL, Thomas Hobbes : philosopher par temps de crises, Paris, PuF, 2012.

[72] The concept obviously refers to the idea of a League of Nations and cosmopolitical law between the citizens of a universal state, dear to KANT in his text Idée d’une histoire universelle au point de vue cosmopolitique (1784) dans E. KANT, Œuvres philosophiques, II, Des prolégomènes aux écrits de 1791, coll. Bibliothèque de la Pléiade, p. 187-205 (traduction of Luc Ferry), Paris, Gallimard – NRF, 1985.

[73] Jean-Marc FERRY, A propos de La puissance et la faiblesse de Robert Kagan, Les Etats-Unis et l’Europe, ou le choc de deux universalismes, in Septentrion, p. 263-278, Jean-Marc Ferry, interview with Muriel Ruol, La puissance et la faiblesse. Les États-Unis et l’Europe, Bruxelles, La Revue nouvelle, janv.-fév. 2004/n° 1-2. https://books.openedition.org/septentrion/16389?lang=fr BEN Mokhtar BARKA, Jean-Marie RUIZ, dir., États-Unis / Europe : Des modèles en miroir, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2006.

[74] EU Ambassadors Annual Conference 2022: Opening Speech by High Representative Josep Borrell, Brussels, October 10, 2022.

https://www.eeas.europa.eu/eeas/eu-ambassadors-annual-conference-2022-opening-speech-high-representative-josep-borrell_en

[75] K. MCNAMARA, Politics of Everyday Europe…

[76] Medvedev: Borrell’s remarks about Russian nuclear strike, in Pravda, 14 October 2022. https://english.pravda.ru/news/world/154434-medvedev_borrell/

[77] Nicole GNESOTTO, La puissance n’est pas l’émotion, Conversation avec Laurent Greilsamer, dans E. FOTTORINO dir., Ukraine, Première guerre mondialisée, p. 37, Paris, Éditions Le 1, 2022. Texte du 9 mars 2022.

[78] Vincent DUJARDIN, Pierre Harmel, Biographie, p. 620, Bruxelles, Le Cri, 2004. – Annales parlementaires, Chambre, 26 avril 1966, p. 26.

[79] V. DUJARDIN, Pierre Harmel…, p. 649.

[80] N. GNESOTTO, L’Europe: changer ou périr, p. 217, Paris, Tallandier, 2022.

[81] Emma ASHFORD, The Ukraine War will end with negotiations, Now is not the time for talks, but America must lay the groundwork, in Foreign Affairs, October 31, 2022. https://www.foreignaffairs.com/ukraine/ukraine-war-will-end-negotiations

[82] Dominique de VILLEPIN, Pour stopper la guerre, le « principe actif » de la diplomatie, dans E. FOTTORINO dir., Ukraine, Première guerre mondialisée…, p. 46.

[83] Edgar MORIN, Pour le compromis et la paix, dans Éric FOTTORINO dir., Ukraine, Première guerre mondialisée…, p. 33.

[84] E. KANT, Projet de paix perpétuelle, coll. La Pléiade…, p. 347.

[85] Richard SAKWA, Russia against the Rest, The Post-Cold War Crisis of World Order, p. 255, Cambridge University Press, 2017.

[86] Jolyon HOWORTH, Les Etats-Unis face à leurs engagements extérieurs, Deep engagement contre restreint, dans Thierry de MONTBRIAL et Dominique DAVID, RAMSES 2023, p. 232-235, Paris, Ifri-Dunod, 2024. – Andrew J. BACEVICH, The Age of illusions: How America Squandered its Cold War Victory, New York, Metropolitan Books, 2020.

Liège, 24 octobre 2022

Au Professeur Charles Hyart

 

1. La Russie est une puissance européenne

Россия есть Европейская держава, Russia estié evropeïskai dejava.

La Russie est une puissance européenne. Cette formule, mon professeur de langue et d’histoire de la civilisation russe à l’Université de Liège, Charles Hyart (1913-2014) me l’a souvent répétée [1]. Elle figure à l’article 6 du Nakaz de l’impératrice Catherine II de Russie (1729-1796), les instructions délivrées en 1767 à la Commission législative chargée d’harmoniser les lois. Cet ouvrage constitue un véritable traité de philosophie politique, inspiré de L’esprit des Lois (1748) de Montesquieu (1689-1755) et du juriste italien Cesare Beccaria (1738-1794). Il a été écrit en français, puis traduit en russe par la tsarine elle-même [2]. La formule contenue dans cet article 6 rappelle qu’il existait, au moins dans l’esprit de certains dirigeants – fussent-ils des despotes, éclairés ou non -, une volonté d’imposer aux Russes comme aux occidentaux, l’idée d’une Russie européenne.

Cette orientation ne naît d’ailleurs pas au XVIIIe siècle. Depuis Ivan IV dit Grozny, le Terrible (1530-1584), premier tsar de Russie qui règne de 1547 à 1584, la Russie s’ouvre régulièrement à l’Ouest, notamment aux Anglais par les ports du Nord. Avec Pierre le Grand (1672-1725), qui règne de 1694 à 1725, on entre dans un véritable processus d’occidentalisation du pays. Ce mouvement se poursuivra jusqu’à la Maison commune européenne de Mikhaël Gorbatchev (1931-2022), même si des effets de balancier s’opèrent qui tantôt valorisent l’identité européenne de la Russie tantôt la rejettent [3]. En effet, certains acteurs voient dans l’occidentalisation de leur pays un processus de dérussification. Ils considèrent cette dernière comme une trahison de l’héritage triomphant de Byzance dont la Russie est la fille. L’occidentalisation est alors vécue comme une déviance, au nom de la slavophilie – le nationalisme slave -, de l’asianité ou de l’eurasianité, qui plongent dans l’immensité des deux continents que chevauche la Russie [4].

Mais c’est aussi au nom de cette immensité que, malgré sa proximité intellectuelle avec Denis Diderot (1713-1784) et d’Alembert (1717-1783), la Grande Catherine inscrit aux articles 9 et 11 de ses instructions que :

[…] le souverain est absolu, car aucune autre autorité que celle détenue par sa seule personne ne saurait agir avec la vigueur que requièrent des possessions aussi étendues. […] Toute autre forme de gouvernement, de quelque nature qu’il soit, serait non seulement préjudiciable en Russie, mais, plus encore, mènerait le pays à sa ruine [5].

Nous ne tomberons pas dans ce déterminisme…

Le regard des Européens occidentaux sur la Russie varie lui aussi : la présence violente des cosaques du tsar Alexandre Ier  (1777-1825), vainqueur de Napoléon (1769-1821), que Liège, l’Ardenne puis Paris ont connue en 1814, puis les craintes des troupes d’une Russie « gendarme de l’Europe », celle de Nicolas Ier  (1796-1855), menaçant de loin la Révolution belge de 1830, feront place après la Guerre de Crimée (1853-1856), à l’Alliance franco-russe de 1892 et à l’affrontement sanglant de 1914-1918 qui mène au traité de Brest-Litovsk du 3 mars 1918. Ce dernier document, dans lequel les empires centraux imposent la paix sur le front de l’Est, signifie pour la Russie la perte de l’Ukraine, des pays baltes, et du Caucase, sur fond de croisades antibolcheviques des Alliés : Anglais, Français, Italiens et Américains, mais aussi les Japonais, interviennent directement et militairement jusqu’en 1920 [6].

Vient ensuite la fascination que Petrograd puis Moscou, nouvelle capitale d’un socialisme bolchevique, exerceront sur nos intellectuels et nos prolétariats, jusqu’à la fin du XXe siècle pour certains. Il était donc une terre, disait André Gide (1869-1951) en 1936, où l’utopie était en passe de devenir réalité…[7] Et qui s’affirme alors, de plus en plus, comme une superpuissance mondiale avec les États-Unis, ainsi que le sociologue français Alexis de Tocqueville  (1805-1859) l’avait pressenti un siècle plus tôt, dès 1835 dans De la démocratie en Amérique :

Il y a aujourd’hui sur la terre deux grands peuples qui, partis de points différents, semblent s’avancer vers le même but : ce sont les Russes et les Anglo-Américains.

Tous deux ont grandi dans l’obscurité ; et tandis que les regards des hommes étaient occupés ailleurs, ils se sont placés tout à coup au premier rang des nations, et le monde a appris presque en même temps leur naissance et leur grandeur.

Tous les autres peuples paraissent avoir atteint à peu près les limites qu’a tracées la nature, et n’avoir plus qu’à conserver ; mais eux sont en croissance : tous les autres sont arrêtés ou n’avancent qu’avec mille efforts ; eux seuls marchent d’un pas aisé et rapide dans une carrière dont l’œil ne saurait encore apercevoir la borne [8].

 

2. La Deuxième Révolution russe

L’arrivée au Kremlin de Mikhaïl Gorbatchev, en mars 1985, constitue une bifurcation majeure qui amorce un mouvement de retour à l’Europe. Le contexte est marqué par l’échec partiel de la mise en œuvre de la conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe (CSCE), tenue à Helsinki en 1975. C’est aussi l’époque des tensions sur l’implantation des missiles en Europe, de l’invasion de l’Afghanistan et de la crise polonaise du tournant des années 1980.

À partir des années 1985-1986, le leader réformateur russe va donner forme à une idée qu’il a avancée dans un discours qu’il a prononcé à Londres en 1984. pour lui, L’Europe est notre maison commune [9]. Ce premier signal permet, dès l’année suivante, à la Communauté économique européenne d’ouvrir des négociations avec Moscou, en vue d’un projet d’accord sur le commerce et la coopération. Un de collaborateurs de Gorbatchev, Vladimir Loukine, diplomate du ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie (MID), observe en 1988 que la Maison commune européenne affirmée par le Président Gorbatchev représente la maison d’une civilisation à la périphérie de laquelle nous sommes longtemps restés. Ce processus, qui se développe alors en Russie et dans un certain nombre de pays de l’Est, revêt partout – note le futur ambassadeur à Washington – la même dimension historique, à savoir la dimension d’un retour vers l’Europe [10].

Avec sa Nouvelle pensée politique, Gorbatchev poursuit sa rénovation de l’URSS [11]. Dans son fameux discours du 7 décembre 1988 aux Nations Unies à New York, le chef du Kremlin montre un nouveau visage de la Russie et s’engage à retirer d’Allemagne et d’Europe de l’Est une partie substantielle des troupes soviétiques qui y sont casernées.

Quelques mois plus tard, le 6 juillet 1989, devant le Conseil de l’Europe à Strasbourg, là où le général de Gaulle (1890-1970) avait en 1959 évoqué l’Europe, depuis l’Atlantique jusqu’à l’Oural [12], Mikhaïl Gorbatchev annonce l’abrogation de la doctrine Brejnev. Celle-ci porte sur le droit que se réservait l’URSS d’intervenir dans les pays socialistes pour y sauvegarder la doctrine communiste et ses acquis territoriaux. C’est dans ce discours que le Premier Secrétaire du Parti communiste soviétique répète les phrases de Victor Hugo (1802-1885) sur les États-Unis d’Europe, prononcées en 1849 :

[…] un jour viendra où vous France, vous Russie, vous Italie, vous Angleterre, vous Allemagne, vous toutes nations du continent, sans perdre vos qualités distinctes et votre glorieuse individualité, vous vous fondrez étroitement dans une unité supérieure, et vous constituerez la fraternité européenne… Un jour viendra où il n’y aura plus d’autres champs de bataille que les marchés s’ouvrant au commerce et les esprits s’ouvrant aux idées [13].

Le Président MIkhaïl Gorbatchev au Conseil de l’Europe à Strasbourg, le 6 juillet 1989 (Photo capture INA)

Gorbatchev y explicite largement son concept de Maison européenne et conclut que, en s’unissant, les Européens sauront relever les défis du XXIe siècle :

[…] nous sommes animés par la conviction qu’ils ont besoin d’une Europe unie, pacifique et démocratique, gardant tout son caractère hétérogène et fidèle aux idéaux humanistes universels, une Europe prospère, tendant la main à toutes les autres parties du monde. Une Europe qui progresse avec assurance vers son avenir. C’est dans cette Europe que nous situons notre propre avenir [14].

Ce projet soviétique, à l’orientation de plus en plus sociale-démocrate, est alors fortement soutenu par François Mitterrand (1916-1996) qui tente de lui donner davantage de contenu notamment quand le président français esquisse le 31 décembre 1989 à la télévision le projet suivant :

à partir des accords d’Helsinki, je compte voir naître dans les années 90 une confédération européenne au vrai sens du terme, qui associera tous les États de notre continent dans une organisation commune et permanente d’échanges, de paix et de sécurité [15].

Union paneuropéenne, la confédération qu’il annonce n’a pas, aux yeux du locataire de l’Élysée, vocation à se substituer à la CEE.

Dans cette perspective, les pays du Pacte de Varsovie signent avec ceux de l’OTAN le traité de Paris sur la réduction des armes conventionnelles en Europe. De même, dans la foulée, Moscou adhère à la Charte pour une Nouvelle Europe, adoptée par les 34 pays à l’issue de ce même sommet organisé par anticipation de la Conférence sur la Sécurité et la Coopération en Europe (CSCE) du 19 au 21 novembre 1990 [16]. Cette charte porte sur le respect du pluralisme démocratique, des libertés et des droits humains, elle veut ouvrir une nouvelle ère :

Nous, chefs d’État ou de gouvernement des États participant à la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe, sommes réunis à Paris à une époque de profonds changements et d’espérances historiques. L’ère de la confrontation et de la division en Europe est révolue. Nous déclarons que nos relations seront fondées désormais sur le respect et la coopération. L’Europe se libère de l’héritage du passé. Le courage des hommes et des femmes, la puissance de la volonté des peuples et la force des idées de l’Acte final de Helsinki ont ouvert une ère nouvelle de démocratie, de paix et d’unité en Europe [17].

Faut-il préciser que l’espoir est alors immense ?

 

3. Les graines d’un problème futur

Pourtant, dès la fin juin 1991, après les Assises de la Confédération européenne organisée à Prague, à l’initiative de François Mitterrand et endossée par Vaclav Havel (1936-2011), président de la République tchèque et slovaque, il apparaît que c’est un échec [18]. Dans cette affaire, écrit son ancien conseiller en charge du dossier, le président français n’eut que le tort d’avoir raison trop tôt. Sa clairvoyance se heurta à la conjonction du conservatisme (celui des Américains, prioritairement attachés au maintien de leur influence en Europe) et de l’impatience (celle des pays d’Europe de l’Est, pressés de monter dans le train communautaire) [19]. En effet, l’accélération des processus d’ouverture aux anciens pays de l’Est, la réunification allemande, l’hostilité des États-Unis à un processus dont ils ne sont pas parties prenantes ont eu raison tant de la Confédération que de la Maison commune [20]. Jacques Lévesque, professeur à l’UQAM, l’a montré :

l’effondrement rapide et inattendu des régimes de l’Europe de l’Est a entraîné la ruine de l’idéologie de la transition et de la politique européenne de Gorbachev en le privant des leviers essentiels à sa mise en œuvre et a précipité la désintégration de l’Union soviétique elle-même [21].

En décembre 1991, l’URSS gorbatchévienne implose au profit de la Communauté des États indépendants (CEI) dominée par la Fédération de Russie.

Au printemps 1992, après ces événements, Andrei Kozyrev, ministre des Affaires étrangères du président de la Fédération de Russie, Boris Eltsine (1931-2007), souligne l’importance future pour la Russie de participer aux structures européennes et affirme l’intérêt d’une participation active au processus européen. L’utilisation des normes et de l’expertise accumulées dans le cadre européen sera, observe-t-il, d’une aide réelle pour résoudre les problèmes internes de la Russie et ceux des autres républiques ex-soviétiques [22]. Sous son influence, la Russie pose sa candidature au Conseil de l’Europe en mai 1992, où elle entrera le 28 février 1996 [23]. Cette étape est importante ; on l’oublie trop souvent. En novembre 1992, elle entame aussi des négociations avec la CEE en vue d’un accord de partenariat et de coopération sur des valeurs partagées de démocratie, de respect des droits de l’homme et d’entrepreneuriat. Cet accord est signé le 24 juin 1994 à Corfou où la Russie et l’Union européenne se sont déclarées partenaires stratégiques l’une et l’autre [24]. C’est une autre étape importante dans le rapprochement entre la Russie et l’Europe. Ce rapprochement n’est pas qu’une signature sur un papier : de 1990 à 1994, la CEE prend en charge 60% des aides internationales à la Russie via le programme TACIS [25], et elle devient un partenaire commercial de premier plan pour Moscou, en représentant plus d’un tiers des échanges extérieurs de la Russie [26].

Ce processus de rapprochement va souffrir de la marginalisation de la Russie par l’OTAN dans les guerres balkaniques [27]. Cette marginalisation déclenche des sentiments anti-occidentaux et coûte son poste à Kozyrev, malgré les efforts de ce dernier d’effectuer, face à une pression nationaliste russe de plus en plus marquée, un revirement de sa politique vers une défense de la Communauté des États indépendants (CEI), intérêt vital de la Russie [28].

En janvier 1996, Kozyrev est remplacé par Evgueni Primakov (1929-2015). Brillant académique, maîtrisant plusieurs langues, dont l’arabe et le français, Primakov est partisan d’une diplomatie multipolaire où la Russie doit assumer une vocation de puissance eurasienne, y compris sur l’étranger proche des anciennes républiques soviétiques. Cette multipolarité est vue outre-Atlantique comme une volonté de nuire aux États-Unis sur tous les fronts [29]. L’Europe reste cependant un partenaire privilégié de la Russie quand un Accord de partenariat renforcé est signé en novembre 1997 [30]. L’attractivité de l’Europe pour les Russes a perdu l’euphorie des débuts, d’autant que Bruxelles agace par ses critiques constantes notamment sur la question tchétchène. En mars 1999, c’est l’intervention unilatérale déclenchée par l’Administration américaine au Kosovo qui ouvre une crise avec l’OTAN ; elle connaît son paroxysme avec l’occupation par les paras russes de l’aéroport de Slatina – Pristina le 12 juin 1999 [31]. C’est aussi l’époque de l’élargissement de l’OTAN aux « pays de l’Est ».

Les responsables américains et leurs homologues ouest-allemands ont habilement déjoué les plans de Gorbatchev, en étendant l’OTAN à l’Allemagne de l’Est et en évitant de faire des promesses formelles, en tout cas écrites, sur l’avenir de l’alliance [32]. Mais comme Mary Elise Sarotte, l’a souligné, en rappelant ce que James Baker, l’ancien secrétaire d’État de George H. W. Bush (1924-2018), de 1989 à 1993, a écrit dans ses mémoires : presque chaque réussite contient en elle les graines d’un problème futur. La professeure d’histoire à l’Université de Southern California observe que, à dessein, la Russie a été laissée à la périphérie de l’Europe de l’Après-Guerre froide. Et l’historienne de faire remarquer qu’un jeune officier du KGB en poste en Allemagne de l’Est en 1989 a livré son propre souvenir de l’époque dans une interview réalisée dix ans plus tard, dans laquelle il se souvient être rentré à Moscou plein d’amertume face à la façon dont « l’Union soviétique avait perdu sa position en Europe » [33].

Il s’appelait Vladimir Poutine, et il aurait un jour le pouvoir d’agir sur cette amertume [34].

 

4. Main tendue et poing fermé

L’arrivée de Vladimir Poutine au Kremlin se fait pourtant dans un contexte de décrispation avec l’Occident, où la lutte contre le terrorisme après le 11 Septembre et le développement de la coopération énergétique avec l’Europe de l’Ouest constituent des facteurs majeurs.

Premier chef d’État russe à prendre la parole au Bundestag, en septembre 2001, Vladimir Poutine commence son discours en russe puis le poursuit longuement dans la langue de Goethe, Schiller et Kant. Il y souligne l’importance de la culture européenne en rappelant la contribution significative de la Russie à cette culture qui, affirme-t-il, n’a pas de frontière et a toujours constitué un bien commun. Et le président poursuit :

Quant à l’intégration européenne, non seulement nous soutenons ces processus, mais nous les envisageons avec espoir. Nous les considérons comme un peuple qui a très bien appris la leçon de la Guerre froide et le péril de l’idéologie de l’occupation. Mais ici, je pense qu’il serait pertinent d’ajouter que l’Europe n’a pas non plus tiré profit de cette division.

Je suis fermement convaincu que dans le monde d’aujourd’hui qui change rapidement, dans un monde qui connaît des changements démographiques vraiment spectaculaires et une croissance économique exceptionnellement élevée dans certaines régions, l’Europe a également un intérêt immédiat à promouvoir les relations avec la Russie.

Personne ne remet en question la grande valeur des relations de l’Europe avec les États-Unis. Je suis simplement d’avis que l’Europe renforcera sainement et pour longtemps sa réputation de centre fort et véritablement indépendant de la politique mondiale si elle parvient à réunir son propre potentiel et celui de la Russie, y compris ses ressources humaines, territoriales et naturelles et son potentiel économique, culturel et de défense [35].

À côté de cette main tendue, le chef du Kremlin regrette les oppositions qui subsistent avec l’Ouest, et exige de la loyauté de la part de l’OTAN en interrogeant le bien-fondé de l’élargissement à l’Est et en regrettant l’incapacité de s’entendre sur les systèmes de défense antimissile. Clôturant son discours sur les relations germano-russes, Vladimir Poutine dit sa conviction que l’Allemagne et la Russie tournent une nouvelle page dans leurs relations, apportant ainsi une contribution commune à la construction d’une maison européenne commune [36].

Dans les années qui suivent, l’Europe devient le partenaire commercial principal d’une Russie dont la croissance du PIB atteint une moyenne de 7% par an de 2000 à 2007 [37]. Ce climat favorable permet le succès du Sommet russo-européen de Saint-Pétersbourg de mai 2003. Les diplomates russes et européens y définissent quatre espaces : espace économique commun, espace commun de liberté, de sécurité et de justice, espace de coopération dans la sécurité extérieure, espace de recherche et d’éducation [38]. Le Sommet de Moscou de mai 2005 dessine une série de roadmaps pour la mise en œuvre de ces espaces de coopération fondés sur la sécurité et la stabilité. Russes et Européens conviennent de les promouvoir activement, de manière mutuellement bénéfique, par une collaboration et un dialogue étroits et axés sur les résultats entre l’UE et la Russie, contribuant ainsi efficacement à la création d’une Grande Europe sans clivages et fondée sur des valeurs communes [39].

Le contexte géopolitique pourtant s’assombrit à nouveau. Les attentats terroristes tchétchènes à Moscou (2002) et à Beslan (2004), les effets de l’élargissement à l’Est de l’Union européenne en 2004 de huit pays postcommunistes faisant que l’étranger proche de la Russie – en particulier la Biélorussie et l’Ukraine – est devenu l’étranger proche de l’Europe, la suspicion de soutien européen aux révolutions de couleurs – Géorgie en 2003, Ukraine en 2004, Kirghizistan en 2005 – induisent une nouvelle méfiance russe à l’égard de l’Europe. Parallèlement, les manquements flagrants aux droits humains du régime de Vladimir Poutine et en particulier l’assassinat, en 2006, de la journaliste moscovite Anna Politkovskaïa ont pourri les espoirs européens nés du Sommet de 2003.

Vladimir Poutine à la Conférence sur la Sécurité à Munich le 10 février 2007. Photo du Ministère US de la Défense par Cherie A. Thurlby

C’est un Vladimir Poutine contrarié qui participe, le 10 février 2007, à la 43e conférence de Munich sur la Sécurité. Comme l’a écrit le professeur Richard Sakwa de l’Université de Kent, celui qui était probablement le leader russe le plus européen que son pays ait connu, va faire entrer son pays dans une nouvelle phase de relations internationales [40]. Le Président russe met directement en cause le modèle unipolaire fondé par le rôle des États-Unis dans le monde et prône le retour à un monde multipolaire qui tienne compte des nouvelles réalités économiques de la planète : Chine, Inde, BRICS, dont la Russie, ont émergé, souligne-t-il. Et si le chef du Kremlin en fin de mandat évoque de nouveau « la grande famille européenne », il dénonce surtout l’insécurité que l’expansion de l’OTAN fait courir aux frontières de la Russie :

je pense – affirme-t-il – qu’il est évident que l’expansion de l’OTAN n’a aucun rapport avec la modernisation de l’Alliance elle-même ou avec la garantie de la sécurité en Europe. Au contraire, elle représente une grave provocation qui réduit le niveau de confiance mutuelle. Et nous sommes en droit de demander : contre qui cette expansion est-elle destinée ? [41]

Quand le nouveau président Dmitri Medvedev prend ses fonctions le 7 mai 2008, on pourrait croire que toute cette tension est oubliée. Le concept politique des Affaires étrangères que le président de la Fédération de Russie approuve le 15 juillet 2008 appelle à fonder les relations stratégiques avec l’Union européenne sur une base juridique solide et moderne et d’établir un espace juridique sous les auspices du Conseil de l’Europe qui s’étendrait à l’ensemble de l’Europe.

L’objectif principal de la politique étrangère russe sur le volet européen est de créer un système véritablement ouvert et démocratique de sécurité et de coopération collectives régionales assurant l’unité de la région euroatlantique, de Vancouver à Vladivostok, de manière à ne pas permettre sa nouvelle fragmentation et la reproduction des approches basées sur les blocs qui persistent dans l’architecture européenne qui a pris forme pendant la période de la Guerre froide. C’est précisément l’essence de l’initiative visant à conclure un traité de sécurité européenne dont l’élaboration pourrait être lancée lors d’un sommet paneuropéen [42].

Dès lors, Moscou appelle à la construction d’une Europe véritablement unifiée, sans lignes de division, par une interaction égale entre la Russie, l’Union européenne et les États-Unis. De plus, la Russie s’affirmant comme plus grand État européen doté d’une société multinationale et multiconfessionnelle et d’une histoire séculaire, le Kremlin propose de jouer un rôle constructif pour assurer la compatibilité civilisationnelle de l’Europe et l’intégration harmonieuse des minorités religieuses, notamment au vu des diverses tendances migratoires existantes. Le nouveau concept politique appelle aussi au renforcement du rôle du Conseil de l’Europe, ainsi que de l’OSCE, et annonce la volonté de la Fédération de Russie de développer ses relations avec l’Union européenne, partenaire majeur en matière de commerce, d’économie et de politique étrangère. La Russie se dit en outre intéressée par le développement d’un partenariat stratégique avec l’Union européenne ainsi que des relations bilatérales mutuellement avantageuses avec les pays qui la composent [43].

En fait, les ambiguïtés s’accroissent également entre les démocraties atlantiques. Alors que les États-Unis considèrent d’abord l’OTAN comme un outil de leadership notamment destiné à rassembler des partenaires sur des missions qui pourraient dépasser le théâtre européen, les pays d’Europe occidentale y voient essentiellement un instrument de paix en Europe. De leur côté, les nouveaux membres d’Europe centrale et orientale considèrent l’Alliance comme un rempart contre une Russie qu’ils continuent à craindre. Comme l’écrit alors Charles Kupchan, la préoccupation de ces pays les rend ouverts à un ordre euroatlantique davantage centré sur l’OTAN que sur l’Union européenne. Cette analyse amène le professeur de Relations internationales de l’Université Georgetown à Washington à plaider pour une entrée de la Russie dans l’Alliance atlantique [44].

En effet, pour répondre à l’expansion continue de l’OTAN à l’Est, la nouvelle doctrine militaire de Moscou considère l’élargissement de l’OTAN comme une menace extérieure majeure, en particulier quand l’alliance envisage l’adhésion de la Géorgie et de l’Ukraine. En vue de la réunion annuelle de l’OSCE à Athènes, le 1er décembre 2009, le ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, depuis 2004, Sergueï Lavrov, présente un projet de traité sur la sécurité européenne, ce qui ne manque pas d’inquiéter les Européens de l’Est et d’irriter Washington. Cette réorganisation de l’architecture de sécurité se fonde sur l’idée que toute mesure prise par une des parties, individuellement ou collectivement, y compris dans le cadre d’une organisation internationale, d’une alliance ou d’une coalition militaire doit tenir compte des intérêts des autres parties signataires du traité. L’Union européenne y répond poliment, tout en attirant l’attention sur le fait que cette nouvelle proposition ne doit en aucun cas mettre en cause les obligations actuelles des États membres de l’Union en matière de sécurité [45].

En 2010, une nouveau souffle semble marquer les relations entre la Russie et l’Occident au travers d’un certain nombre d’initiatives. Ainsi, aux Nations Unies, la Russie vote en faveur des sanctions contre l’Iran, ce qui est perçu positivement à Bruxelles. Comme Premier ministre russe, Vladimir Poutine accueille son homologue polonais Donald Tusk à Katyn et exprime des remords au sujet du massacre y perpétré par ordre de Staline (date-date) en 1940. En avril 2010, à Prague, le président  Dmitri Medvedev signe le traité New Start avec le président Barack Obama en vue de limiter le nombre de missiles balistiques intercontinentaux. Un mois plus tard, les troupes de l’OTAN, invitées amicalement par les Russes, défilent sur la Place Rouge pour commémorer le 65e anniversaire de la victoire contre le nazisme [46]. Des efforts sont également maintenus, de part et d’autre, pour concrétiser certaines coopérations. Au Sommet russo-européen de Rostov-sur-le-Don, au printemps 2010, un partenariat pour la modernisation (Partnership for Modernization – P4M) est lancé dans un climat de détente, mais sans qu’il puisse améliorer substantiellement une relation que certains voient déjà compromise [47]. C’est vrai qu’un sentiment d’inquiétude grandit en Europe sur la fiabilité de l’approvisionnement énergétique russe [48]. Le conflit sur l’Ossétie du Sud entre la Russie et une Géorgie qui semble s’aligner sur l’Ouest a, lui aussi, accru les tensions sur le plan diplomatique comme militaire.

 

5. Des relations dans l’impasse

Cependant, en juillet 2013, le ministre russe Sergueï Lavrov publie un article dans la très sérieuse revue académique internationale Journal of Common Market Studies ;  l’ancien représentant de la Russie à l’ONU (1994-2004) y affirme que :

L’histoire européenne ne peut être imaginée sans la Russie, tout comme l’histoire de la Russie ne peut être imaginée en dehors de l’Europe. Depuis des siècles, la Russie contribue à façonner la réalité européenne dans ses dimensions politiques, économiques et culturelles. Pourtant, le débat sur le degré de proximité entre la Russie et ses partenaires d’Europe occidentale et sur la mesure dans laquelle la Russie est un pays européen se poursuit également depuis des siècles.

Le ministre Lavrov y rappelle également que, ces dernières années (…) nous avons une occasion sans précédent de réaliser le rêve d’une Europe unie [49]. On peut néanmoins se demander si cette occasion n’est pas passée.

Le Président du Conseil européen Herman Van Rompuy à l’Université européenne de Saint-Péterbourg, 5 septembre 2013 (Photo Université européenne)

Moins de deux mois plus tard, le 5 septembre 2013, présent à Saint-Pétersbourg à l’occasion du G20, le président du Conseil européen Herman Van Rompuy délivre une conférence à l’Université européenne. Son discours fait écho à ceux de Victor Hugo en 1849, mais aussi de Vladimir Poutine en 2001, pour ne citer que ceux-là :

[…] nous, les Européens, nous nous connaissons. Nous – les Français, les Prussiens puis les Allemands, les Suédois, les Hollandais, les Italiens, les Polonais, les Britanniques, les Russes et tous les autres, nous avons lu les livres des autres, nous avons écouté la musique des autres, nous avons cru au même Dieu, nous nous sommes engagés dans des batailles entre différents camps, nous avons parlé, fait du commerce et nous avons appris les uns des autres, et parfois nous nous sommes mal compris. Peut-être sommes-nous, comme on l’a dit, une « famille européenne ». Mais là encore, il faut être prudent avec un mot comme celui-là, car il me fait immédiatement penser à la première ligne du roman Anna Karénine de Tolstoï : « Toutes les familles heureuses se ressemblent, toute famille malheureuse est malheureuse à sa manière » ! Je dirais que la famille européenne peut être heureuse à sa manière [50].

Comme chez Poutine au Bundestag, la suite du texte laisse toutefois poindre les difficultés, lorsque Herman Van Rompuy constate :

Nous avons des frontières communes, mais aussi des voisins communs. L’Ukraine, l’Arménie, la Moldavie qui comptent pour nous deux doivent définir leur propre voie. Mais à notre avis, pour l’Ukraine, un accord d’association avec l’Union européenne ne porterait pas atteinte aux liens de longue date du pays avec la Russie. Pourquoi faudrait-il que ce soit l’un ou l’autre ? [51]

La création de l’Union douanière eurasienne (UDE) entre la Russie, le Belarus et le Kazakhstan en 2010 et l’ambition de la transformer rapidement en une véritable union économique eurasiatique (UEE) peuvent être interprétées comme une initiative visant à contrer la présence croissante de l’Union européenne dans l’espace postsoviétique. Les manifestations Euromaïdan qui éclatent en Ukraine en 2013 devant le refus du Président Viktor Ianoukovytch de signer l’accord d’association avec l’UE au profit d’un accord avec la Russie semblent donner raison aux pires craintes du Kremlin de voir investi son étranger proche.

L’annexion de la Crimée en mars 2014 et surtout l’abattage au-dessus de la région du Donetsk du vol MH-17 Amsterdam-Kuala Lumpur de la Malaysia Airlines, le 17 juillet 2014 déclenchent des sanctions économiques européennes. Elles accélèrent ce processus de pourrissement des relations, d’autant qu’elles favorisent considérablement le rapprochement de Bruxelles avec Kiev : dès le 16 septembre 2014, l’accord d’association est ratifié par la Verkhovna Rada d’Ukraine et le Parlement européen. Se basant sur des déclarations du vice-président US Joe Biden selon lequel les dirigeants américains avaient cajolé l’Europe pour qu’elle impose des sanctions à la Russie, alors que l’UE y était initialement opposée, Sergueï Lavrov fait alors remarquer que pendant quelques années, la Russie a surestimé l’indépendance de l’Union européenne et même des grands pays européens. Le ministre russe des Affaires étrangères de la Fédération de Russie répétera cette formule en 2017 [52].

Pour reprendre une formule de l’historien russe Sergei Medvedev, les relations entre l’Europe et la Russie sont alors dans l’impasse [53]. Ainsi, réunis à Bruxelles le 14 mars 2016, sous la présidence de l’Italienne Federica Mogherini, Haute Représentante européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de Sécurité, les ministres des Affaires étrangères des 28 adoptent à l’unanimité cinq principes destinés à guider la politique de l’Union à l’égard de la Russie :

– la mise en œuvre de l’accord de Minsk sur le Donbass de septembre 2014 et février 2015 [54] comme condition essentielle à tout changement substantiel de la position de l’Union européenne à l’égard de la Russie ;

– le renforcement des relations avec les partenaires orientaux de l’UE et d’autres voisins, en particulier en Asie centrale ;

– le renforcement de la résilience de l’UE (par exemple, sécurité énergétique, menaces hybrides ou communication stratégique ;

– la nécessité d’un engagement sélectif avec la Russie sur les questions intéressant l’UE ;

– la nécessité d’établir des contacts interpersonnels et de soutenir la société civile russe [55].

Ces positions bien affirmées illustrent, mais aussi contribuent à la distanciation entre l’Europe et la Fédération de Russie. Cette dernière néglige d’ailleurs de plus en plus ouvertement l’Union en tant qu’institution, comme l’a montré la visite à Moscou de Josep Borrell, en février 2021, correspondant à l’expulsion de diplomates européens dans le cadre de l’affaire de l’opposant russe Alexeï Navalny [56]. La Russie semble se détacher progressivement de l’Europe, écrivait le Haut Représentant de l’UE à son retour de ce déplacement difficile [57].

L’engagement de l’Union européenne du côté des Ukrainiens est devenu de plus en plus manifeste depuis l’agression russe du 24 février 2022. Ainsi, lors du Conseil des ministres européens des Affaires étrangères du 17 octobre 2022, les ministres, informés de l’escalade militaire et des frappes menées sur Kiev par l’armée russe ont pris des décisions importantes. Ils ont convenu d’établir une mission d’assistance militaire de l’UE pour soutenir les forces armées ukrainiennes. La mission formera environ 15 000 soldats sur le sol de l’UE. Ils ont également convenu d’allouer 500 millions d’euros supplémentaires au titre de la Facilité européenne de soutien à la paix pour financer les livraisons destinées aux forces ukrainiennes, portant ainsi l’assistance militaire de l’UE à l’Ukraine à un total de 3,1 milliards d’euros.[58]

Cet engagement donne évidemment des arguments au ministre russe des Affaires étrangères Sergei Lavrov lorsqu’il déclare le 20 octobre 2022 que les livraisons d’armes de l’Union européenne à Kiev faisaient d’elle une « partie prenante du conflit » en Ukraine et que les pays qui fournissaient l’Ukraine en armes étaient des « sponsors du terrorisme » [59].

 

6. Conclusion : la puissance, ce n’est pas l’émotion

6.1. Entre Kant et Hobbes…

Depuis les origines de leurs contacts, les pays et peuples de l’Europe de l’Ouest ont entretenu des relations complexes avec la Russie. L’analyse de ces relations est d’ailleurs fondée sur les questions préalables de savoir, d’une part, qu’est-ce que la Russie et, d’autre part, qu’est-ce que l’Europe. Bien malin qui pourrait y répondre… Intuitivement, nous sentons qu’il s’agit de temporalité : la relation complexe que notre présent entretient avec le passé, l’histoire, ainsi qu’avec le futur : l’avenir, l’aspiration, le projet.

Il est évident que l’Union européenne et la Russie n’utilisent pas la même grammaire géopolitique [60], l’Europe se décrédibilisant bien souvent aux yeux de Moscou par son soft power, perçu par le Kremlin, mais aussi par d’autres gouvernements, comme de la politique hiératique, brouillonne et faible. L’évolution du discours de plusieurs représentants de l’Union européenne depuis l’agression de mars 2022 a d’ailleurs pu surprendre les observateurs. Ainsi en est-il, lorsque le Haut Représentant de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la Politique de Sécurité, vice-président de la Commission européenne, Josep Borrell déclare le 13 octobre 2022 en réponse à la rhétorique belliqueuse de Vladimir Poutine qu’une frappe nucléaire russe contre l’Ukraine provoquerait une réponse si puissante (such a powerful answer) que l’armée russe serait anéantie (annihilated) [61]. On peut s’interroger sur la nature et la légitimité de telles déclarations. Comme l’écrit Kathleen R. McNamara dans The Washington Post, sous le titre Vénus est-elle en train de devenir Mars ?, alors qu’autrefois, l’Union européenne cherchait à s’élever au-dessus de la mêlée des luttes entre grandes puissances, tentant d’offrir une alternative pacifique à la violence et à la coercition, les dirigeants européens semblent vouloir remodeler l’ADN européen et devenir a traditional power player, un acteur traditionnel du pouvoir [62]. Cette évolution étonne d’autant plus la spécialiste des questions européennes que, dans son livre portant sur la construction de l’autorité de l’Union et publié en 2017, la professeure à l’Université de Georgetown avait montré que la politique de l’Union européenne, se voulant complémentaire plutôt que concurrente des États-nations qui la composent, rendait son autorité intrinsèquement fragile [63].

L’historien et politologue néo-conservateur américain Robert Kagan, basé à Bruxelles au début des années 2000, avait d’ailleurs décrit l’Union européenne comme un acteur particulièrement faible et passif dans les relations internationales, la décriant comme entrant dans un paradis post-historique de paix et de prospérité relative, en faisant référence à la réalisation de la Paix perpétuelle d’Emmanuel Kant (1724-1804) publiée en 1795 [64]. Kagan affirmait également dans une formule très genrée et restée célèbre que les Américains sont de Mars et que les Européens sont de Vénus. Ainsi, constatait Kagan, plutôt que de considérer l’effondrement de l’Union soviétique comme l’occasion pour faire jouer ses muscles au niveau mondial, les Européens ont saisi l’instant pour encaisser les importants dividendes de la paix [65]. Et l’auteur de Of Paradise and Power (2003) de dénoncer tout à la fois le gaullisme, l’Ostpolitik, ainsi que la conviction européenne que l’approche des États-Unis à l’égard de l’Union soviétique était trop conflictuelle, trop militariste, trop dangereuse. Dans cet ouvrage consacré aux relations entre les États-Unis et l’Europe, Kagan distinguait l’Europe de l’Ouest, en particulier la France et l’Allemagne des nations d’Europe centrale et orientale qui, par leur histoire différente, ont une crainte historiquement enracinée de la puissance russe et par conséquent une perception plus américaine des réalités hobbésiennes [66]. Pour éclairer cette analyse, rappelons que dans son célèbre traité publié en 1651, Léviathan, le philosophe anglais Thomas Hobbes (1588-1679) affirmait que :

[…] la crainte d’être attaqué à l’improviste dispose l’homme à prendre les devants, ou à chercher secours dans l’association : il n’y a pas d’autre façon en effet, de mettre en sûreté sa vie et sa liberté.

Les hommes qui se défient de leur propre subtilité sont dans les troubles et les discordes civiles mieux préparés à la victoire que ceux qui s’imaginent  être pleins de sagesse ou d’astuce. Car ces derniers aiment à délibérer, alors que les autres, craignant de se laisser circonvenir, aiment à frapper les premiers [67].

Or, la crainte étant une passion communicative, elle met les hommes dans un état de perpétuelle défiance dans ce que Hobbes appelle la guerre de chacun contre chacun.

Cette guerre de chacun contre chacun a une autre conséquence : à savoir que rien ne peut être injuste. Les notions de légitime et d’illégitime, de justice et d’injustice, n’ont pas ici leur place. Là où il n’est pas de pouvoir commun, il n’est pas de loi ; là où il n’est pas de loi, il n’est pas d’injustice. La violence et la ruse sont en temps de guerre les deux vertus cardinales. Justice et injustice ne sont en rien des facultés du corps ou de l’esprit [68].

Le philosophe et politologue français Jean-Marc Ferry, qui a enseigné à l’Université libre de Bruxelles et à l’Université de Nantes, a critiqué assez sèchement l’analyse de Kagan en considérant que l’Américain n’a pas su cerner la percée philosophique qui fait que l’Union européenne, en particulier certains États de cette Union (la France, l’Allemagne, la Belgique) s’orientent vers la perspective, de plus en plus investie, d’un ordre de droit cosmopolitique [69]. Ferry observe que les nations d’Europe étaient plus faibles voici un demi-siècle, qu’aujourd’hui, y compris par rapport à l’Amérique.

C’est justement leur force, aujourd’hui, – poursuit-il – que d’affirmer l’orientation « kantienne » face aux États-Unis.

En fait, Ferry reproche à Kagan la confusion, l’amalgame entre puissance et violence. Le philosophe souligne que le pari de l’Europe est précisément qu’il puisse y avoir puissance sans recours à la violence.

En tant que « kantiens », les Européens comptent sur une puissance, qui est une puissance morale et critique à la fois, et non pas une puissance physique. (…)  Il est clair que si, comme les États-Unis, on prétend avoir toujours raison et ne jamais combattre que pour le Juste (les adversaires incarnant le mal, tandis que l’on incarnerait soi-même le bien), il sera difficile d’avoir un discours authentique sur le Droit. Celui-ci exige une sensibilité, dirait-on, historique, à ce que Hegel nommait « causalité du destin ». Il n’y a, de la part des Américains, guère de tentative sérieuse pour comprendre les raisons historiques qui font que la grande majorité des États est organisée de façon autoritaire, voire totalitaire ; que, partant, il est illusoire de vouloir instaurer la démocratie par la force sans tenir compte du contexte. Or, la sensibilité à l’histoire, les Européens l’ont certainement – presque trop [70].

Pour revenir à Josep Borrell, dans son discours du 10 octobre 2022 devant les ambassadeurs, le Haut représentant de l’Union européenne faisait sienne la formule selon lequel nous, Européens, serions trop kantiens et pas assez hobbésiens [71]. Comme le note la chercheuse dans The Washington Post, la référence à Hobbes est un rappel frappant de la vision dédaigneuse que Kagan a développée de l’Union européenne comme un acteur faible et cosmopolitique [72]. Néanmoins, observe McNamara, il n’existe pas de solide capacité militaire, derrière la menace que M. Borrell proférait le 13 octobre, qui puisse faire en sorte que l’armée russe puisse être annihilée.

C’est d’ailleurs ce que répétait, dans la Pravda du 14 octobre 2022, le vice-président du Conseil de Sécurité de Russie, Dmitri Medvedev, de manière plus acerbe, en qualifiant Josep Borrell de grand stratège et de grand chef militaire dans une armée européenne non existante [73].

 

6.2. Davantage de RealPolitik pour l’Europe ?

Dans un ouvrage collectif publié en septembre 2022 et intitulé Ukraine, Première guerre mondialisée, Nicole Gnesotto observe que pour que l’Europe soit une puissance, sa responsabilité consisterait à accepter de confronter ses principes à la réalité. (…) Une sortie de la crise ukrainienne, indiquait-elle, suppose que l’Europe accepte de dépasser la diplomatie des valeurs pour en revenir à davantage de Realpolitik [74]. Dans son ouvrage récent L’Europe: changer ou périr, l’historienne française rappelle l’importance du rapport réalisé par l’ancien Homme d’État belge Pierre Harmel (1911-2009) en 1967 pour le Conseil de l’Alliance atlantique. Cette nouvelle édition de l’évangile de la nouvelle alliance, pour reprendre la formule de l’ancien ministre des Affaires étrangères devant la Chambre belge [75] visait non seulement à assurer une défense collective de la zone atlantique, mais aussi de tenter de réduire les tensions est-ouest. Comme Harmel l’écrit :

le relâchement des tensions n’est pas l’objectif final : le but ultime de l’Alliance est de parvenir à un ordre pacifique juste et à durable en Europe, accompagné des garanties de sécurité appropriées, but ultime de l’alliance [76].

Cette finalité de l’Exercice Harmel reste fondamentalement d’actualité. D’ailleurs, évoquant l’échec d’une relance des relations entre l’Europe et la Russie à l’initiative de la France en mai 2021, Gnesotto appelle à mettre la puissance militaire à sa juste de place, d’en faire un facteur indispensable à la crédibilité de la diplomatie, un outil au service de l’intelligence, de la négociation, de la persuasion [77].

Le moment, dit-on, est mal choisi. Mais ce moment viendra où il faudra prendre en considération des griefs des différentes parties sur le terrain [78].

Pourtant, c’est aussi cette conviction que Dominique de Villepin exprimait très nettement en parlant d’innovation en diplomatie, de capacité de proposer un chemin nouveau : même, affirme l’ancien Premier ministre de la France sous la présidence de Jacques Chirac (1932-2019),

[…] quand on a un adversaire dont on pense qu’il a tout faux, qu’il est un criminel de guerre, qu’il est malfaisant, eh bien, il faut faire une partie du chemin. Sans quoi, il ne se passe rien [79].

Edgar Morin va plus loin : il expose, pour aujourd’hui même, les bases d’un compromis de paix entre les belligérants. À la fin de son analyse, le sociologue français préconise pour l’Ukraine une neutralité à l’instar de l’Autriche ou bien une intégration européenne. Et il ajoute qu’il serait important d’envisager dans le futur l’inclusion de la Russie dans l’Union européenne comme issue positive à la relation Russie-Occident. Prévenant les éventuelles vives réactions des lecteurs, Morin observe que :

 l’hystérie antirusse, non seulement en Ukraine, mais aussi en Occident, notamment en France, devrait finir par s’atténuer et disparaître, comme se sont éteintes l’hystérie nationaliste de l’Allemagne nazie et l’hystérie antiallemande qui identifiait Allemagne et nazisme [80].

Dans son ouvrage sur la paix perpétuelle, Kant observait que, quoi qu’il en soit, le champ de bataille est le seul tribunal où les États plaident pour leur droits ; mais la victoire, en leur faisant gagner le procès, ne décide pas en faveur de leur cause [81]. Certes, c’était avant que les Nations unies ne tentent vainement, après deux holocaustes mondiaux, d’établir la Paix perpétuelle chère au grand philosophe prussien.

Il me semble néanmoins que l’Europe ne doit pas renoncer à son ambition kantienne de préférer la puissance du droit à celle de la violence. Néanmoins, on peut suivre Henry Kissinger lorsqu’il affirmait que la politique étrangère la plus efficace est celle qui allie les principes de puissance et de légitimité [82]. Pour autant que la légitimité soit celle du Droit. Puissance et légitimité de l’Europe fidèle à ses valeurs et échappant au débat américain entre deep-engagers au profit du leadership US via l’OTAN et restrainers favorables au désengagement et qui observent que leurs troupes sont restées deux fois plus de temps en opérations depuis la fin de la Guerre froide que pendant cette période [83].

C’est aux Européens eux-mêmes à assumer ce qu’ils sont. Si possible de l’Atlantique jusqu’à l’Oural.

Certes, le prix à payer pour l’Union apparaît aujourd’hui très élevé, car il s’agit de disposer à la fois d’une diplomatie européenne à la hauteur, c’est-à-dire qui soit davantage dans la puissance que dans l’émotion.

Une puissance militaire qui nous garde et protège, et nous autonomise des États-Unis.

Une puissance diplomatique qui déploie une véritable possibilité de faire entendre une autre voix que celle de la violence.

 

Philippe Destatte

PhD2050

[1] Ce texte trouve son origine dans une conférence présentée au Blue-Point à Liège le 24 octobre 2022 à l’initiative du Rotary de Liège. Je remercie Caroline Goffinet et Alain Lesage pour leur initiative. Je sais gré à mon collègue historien Paul Delforge pour sa relecture attentive du manuscrit et ses suggestions. Le sujet étant particulièrement vaste, on se référera à l’abondante littérature scientifique récente sur le sujet, notamment : Tom CASIER and Joan DE BARDELEBEN ed., EU-Russia Relations in Crisis, Understanding Diverging Perceptions, Abingdon, Routledge, 2018. – David MAXINE, Jackie GOWER, Hiski HAUKKALA ed., National Perspectives on Russia European Foreign Policy in the Making, Abingdon, Routledge, 2013. – Tuomas FORSBERG & Hiski HAUKKALA, The European Union and Russia, London, Palgrave Macmillan, 2016. – Romanova, Tatiana ROMANOVA and David MAXINE ed., The Routledge Handbook of EU-Russia Relations, Structures, Actors, Issues, Abingdon: Routledge, 2021. – Stephan KEUKELEIRE & Tom DELREUX, The Foreign Policy of the European Union, Bloomsbury Academic, 2022.

[2] Nicholas V. RIASANOVSKY, Histoire de la Russie des origines à nos jours, p. 283-285, Oxford University Press – Robert Laffont, 2014.

[3] Tom CASIER, Gorbachev’s ‘Common European Home’ and its relevance for Russian foreign policy today. Debater a Europa, 2018, 18, p. 17-34. https://kar.kent.ac.uk/66331/

[4] Walter LAQUEUR, Russian Nationalism, in Foreign Affairs, vol. 71, nr 5, Winter 1992-1993, p. 103-116.

[5] Marie-Pierre REY, La Russie face à l’Europe, d’Ivan le Terrible à Vladimir Poutine, p. 144, Paris, Flammarion, 2002.

[6] N. V. RIASANOVSKY, Histoire de la Russie…, p. 522-523.

[7] André GIDE, Retour de l’URSS, Paris, Gallimard, 1936. Rappelé par Marie-Pierre REY, La Russie face à l’Europe, d’Ivan le Terrible à Vladimir Poutine, p. 12, Paris, Flammarion, 2002.

[8] Alexis de TOCQUEVILLE, De la Démocratie en Amérique, I (1835), dans Œuvres, II, collection La Pléiade, p. 480, Paris, Gallimard, 1992.

[9] M.-P. REY, Europe is our Common Home, A study of Gorbatchev’s Diplomatc Concept, in The Cold War History Journal, volume 4, n°2, Janvier 2004, p.33–65. https://digitalarchive.wilsoncenter.org/document/%20116224%20.pdfGorbachev at the United Nations, President Gorbachev, addressed at the United Nations General Assembly, December 7, 1988. https://www.c-span.org/video/?5292-1/gorbachev-united-nations – Text provided by the Soviet Mission, Associated Press, https://apnews.com/article/1abea48aacda1a9dd520c380a8bc6be6 – Voir Richard SAKWA, Gorbachev and His Reforms, 1985-1990, New Jersey, Prentice Hall, 1990.

[10] Vladimir LUKIN, in Moskovskie Novosti, n° 38, 1988, in Neil MALCOM ed., Russia and Europe: An End to Confrontation?, p.14, London, Pinter, 1994 – M.-P. REY, « Europe is our Common Home »: A study of Gorbachev’s diplomatic concept, in Cold War History, vol. 4, 2, p. 33-65, 2004.

[11] Mikhail GORBACHEV, Perestroika: New Thinking for our Country and the World, New York, Harper & Collins, 1987.

[12] Oui, c’est l’Europe depuis l’Atlantique jusqu’à l’Oural, c’est l’Europe, toutes ces vieilles terres où naquit, où fleurit la civilisation moderne, c’est toute l’Europe qui décidera du destin du monde. C. de GAULLE, Discours de Strasbourg du 23 novembre 1959.

[13] Discours inaugural du Congrès de la paix, prononcé à Paris, le 21 août 1849, in Victor HUGO, Œuvres complètes, Actes et Paroles, t.1., Paris Hetzel, 1882. – Stéphanie TONNERRE-SEYCHELLES, Victor Hugo et les Etats-Unis d’Europe, 8 avril 2019. Blog Gallica, https://gallica.bnf.fr/blog/08042019/victor-hugo-et-les-etats-unis-deurope-i?mode=desktop

[14] Discours de Mikhaïl Gorbatchev devant le Conseil de l’Europe à Strasbourg, 6 juillet 1989.

https://www.cvce.eu/obj/discours_de_mikhail_gorbatchev_devant_le_conseil_de_l_europe_strasbourg_6_juillet_1989-fr-4c021687-98f9-4727-9e8b-836e0bc1f6fb.htmlAddress given by Mikhail Gorbachev to the Council of Europe (Strasbourg, 6 July 1989) https://www.cvce.eu/obj/address_given_by_mikhail_gorbachev_to_the_council_of_europe_6_july_1989-en-4c021687-98f9-4727-9e8b-836e0bc1f6fb.html

[15] Allocution de M. François Mitterrand, Président de la République, à l’occasion de la présentation de ses vœux, Paris, dimanche 31 décembre 1989, Texte intégral, République française, Vie publique. https://www.vie-publique.fr/discours/139496-allocution-de-m-francois-mitterrand-president-de-la-republique-loc

[16] Hubert Védrine constate : pour les Etats-Unis, il est intolérable que l’on puisse songer à fonder une confédération européenne sans eux. Hubert VEDRINE, Les mondes de François Mitterrand, Paris, A. Fayard, 1996. – reproduit dans Une vision du monde, p. 489-491, Paris, Bouquins, 2022.

[17] Charte de Paris pour une nouvelle Europe, Paris, 21 novembre 1991. https://www.osce.org/files/f/documents/3/2/39517.pdf

[18] Le journal Le Monde avait qualifié cette conférence de Prague du 12 au 14 juin 1991 de politiquement aussi inoffensive qu’un colloque de la Sorbonne, voir : Une initiative controversée de M. Mitterrand, Prague accueille les Assises de la Confédération européenne, dans Le Monde, 13 juin 1991. https://www.lemonde.fr/archives/article/1991/06/13/une-initiative-controversee-de-m-mitterrand-prague-accueille-les-assises-de-la-confederation-europeenne_4160582_1819218.html – La place des Etats-Unis dans cette initiative semble au cœur de la conférence de presse des deux présidents à l’issue de la conférence : Conférence de presse conjointe de M. François Mitterrand, Président de la République, et M. Vaclav Havel, président de la République tchécoslovaque, notamment sur le rôle des Etats-Unis dans la construction de l’Europe, la notion géographique de l’Europe et l’éventuelle intégration de la Tchécoslovaquie à l’OTAN, Prague, le 14 juin 1991, Texte intégral, République française, Vie publique. https://www.vie-publique.fr/discours/133511-conference-de-presse-conjointe-de-m-francois-mitterrand-president-de-l

[19] Jean MUSITELLI, François Mitterrand, architecte de la Grande Europe, Paris, Institut François Mitterrand, 5 février 2012. https://www.mitterrand.org/francois-mitterrand-architecte-de.html – Frédéric BOZO, Mitterrand, la fin de la guerre froide et l’unification allemande, p. 344-361, Paris, Odile Jacob, 2005. – Sylvain KAHN, Histoire de la construction de l’Europe depuis 1945, p. 224, Paris, PuF, 2021.

[20] M.-P. REY, La Russie face à l’Europe…, p. 429.

[21] Jacques LEVESQUE, 1989, la fin d’un empire, L’URSS et la libération de l’Europe de l’Est, Paris, Presses de Science Po, 1995. – The Enigma of 1989: The USSR and the Liberation of Eastern Europe. Berkeley: University of California Press, 1997. – J. LEVESQUE, Soviet Approaches to Eastern Europe at the Beginning of 1989, in CWIHP Bulletin, 12/13, 2001.

[22] Andrei KOZYREV, Russia: A Chance for Survival, in Foreign Affairs, vol. 71, no 2, Spring 1992, p. 1-16. https://www.foreignaffairs.com/articles/russia-fsu/1992-03-01/russia-chance-survival

[23] La Douma ratifiera la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales par la loi fédérale du 30 mars 1998.

[24] S. KAHN, Histoire de la construction de l’Europe…, p. 279.

[25] Le programme communautaire TACIS encourage la démocratisation, le renforcement de l’État de droit et la transition vers l’économie de marché des Nouveaux États indépendants (NEI), nés de l’éclatement de l’Union soviétique. Il s’agit des pays suivants: l’Arménie, l’Azerbaïdjan, le Belarus, la Géorgie, le Kazakhstan, le Kirghizstan, la Moldova, la Mongolie, l’Ouzbékistan, la Russie, le Tadjikistan, le Turkménistan et l’Ukraine. https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=LEGISSUM:r17003

[26] M.-P. REY, La Russie face à l’Europe…, p. 433.

[27] Ph. DESTATTE, La Russie dans l’OTAN, Penser l’impensable ?, op.cit.

[28] Julie DESCHEPPER, Le moment Kozyrev : retour sur les fondements de la politique étrangère post-soviétique, in La Revue russe, n°45, 2015, Les années Eltsine, p. 79-89. p. 86. https://www.persee.fr/doc/russe_1161-0557_2015_num_45_1_2689#russe_1161-0557_2015_num_45_1_T8_0084_0000

[29] N. S. RIASANOVSKY, Histoire de la Russie…, p. 748. L’historien américain écrit : pour monter une coalition mondiale antiaméricaine sous la bannière de la « multipolarité », la Russie est prête à tous les sacrifices (…).

[30] ACCORD DE PARTENARIAT ET DE COOPÉRATION établissant un partenariat entre les Communautés européennes et leurs États membres, d’une part, et la Fédération de Russie, d’autre part, 28 novembre 1997. https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=CELEX%3A21997A1128%2801%29#d1e214-3-1

[31] Mary Elise SAROTTE, Not one inch, America, Russia, and the Making of Post-Cold War Stalemate, p. 308, New Haven and London, Yale University Press, 2021. – Bill CLINTON, My Life, Ma vie, Random House – Odile Jacob, 2004, p. 902-903.

[32] Ph. DESTATTE, La Russie dans l’OTAN, Penser l’impensable ? dans Blog PhD2050, 9 avril – 7 mai 2022, https://phd2050.org/2022/04/09/impensable/Russia in Nato, Thinking the Unthinkable? in Cadmus Journal, Report to the World Academy of Art and Science on War in Ukraine, Global Perspectives on Causes and Consequences, p. 38-76, July 2022.

http://www.cadmusjournal.org/files/pdfreprints/vol4issue6/Russia-in-NATO-Thinking-the-Unthinkable-PDestatte-The-War-in-Ukraine-July-2022.pdf

[33] M. E. SAROTTE, Not one inch…, p. 19-20.

[34] Mary Elise SAROTTE, A Broken Promise? What the West Really Told Moscow about NATO expansion, in Foreign Affairs, Sept-Oct 2014, p. 90-97.

[35] Vladimir PUTIN, Speech in the Bundestag of the Federal Republic of Germany, September 25, 2001. http://en.kremlin.ru/events/president/transcripts/21340

Vidéo : https://www.c-span.org/video/?166424-1/terrorist-attacks-us

[36] I am convinced that today we are turning over a new page in our bilateral relations, thereby making our joint contribution to building a common European home. Vladimir PUTIN, Speech in the Bundestag… September 25, 2001. http://en.kremlin.ru/events/president/transcripts/21340

[37] Hiski HAUKKALA, From Cooperative to Contested Europe? The Conflict in Ukraine as a Culmination of a Long-Term Crisis in EU–Russia Relations, in Journal of Contemporary European Studies, 2015, 23:1, p. 25-40, p. 30.

[38] M.-P. REY, La Russie face à l’Europe…, p. 437.

[39] Richard SAKWA, Russia against the Rest, The Post-Cold War Crisis of World Order, p. 256, Cambridge University Press, 2017.

[40] Richard SAKWA, Frontline Ukraine, Crisis in Borderlands, p. 30-31, London, Bloomsbury Academic, 2021.

[41] Vladimir PUTIN, Speech and the Following Discussion at the Munich Conference on Security Policy, February 10, 2007.http://en.kremlin.ru/events/president/transcripts/24034

Video : https://www.youtube.com/watch?v=JLjG1THpeNQ

[42] The Foreign Policy Concept of the Russian Federation, 12 January 2008. Approved by the President 15 July 2008. http://en.kremlin.ru/supplement/4116

[43] The Foreign Policy Concept of the Russian Federation, 12 January 2008. Approved by the President 15 July 2008. http://en.kremlin.ru/supplement/4116

[44] Charles A. KUPCHAN, NATO’s Final Frontier, Why Russia Should join the Atlantic Alliance, in Foreign Affairs, Vol. 89, Nr 3, May-June 2010, p. 100-112, p. 103. https://www.foreignaffairs.com/articles/russian-federation/2010-05-01/natos-final-frontier

[45] Conclusions du Sommet UE-Russie du 17 juin 2010, Résolution du Parlement européen sur les conclusions du Sommet UE-Russie (31 mai – 1er juin 2010). 2011/C 236 E/15. https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=CELEX:52010IP0234

[46] Walter LAQUEUR, Moscow’s Modernization Dilemna, Is Russia charting a New Foreign Policy ? , in Foreign Affairs, Vol. 89, Nr 6, Nov. – Dec. 2010, p. 153-160. https://www.foreignaffairs.com/articles/russia-fsu/2010-11-01/moscows-modernization-dilemma

[47] H. HAUKKALA, From Cooperative to Contested Europe…?, p. 30sv. – Boris TOUMANOV, Un peu de détente politique à Rostov, dans La Libre Belgique, 31 mai 2010. https://www.lalibre.be/international/2010/05/31/un-peu-de-detente-politique-a-rostov-JPZY2E3B3VHKFD24QRZUW2532Q/

[48] En janvier 2009, la Russie a feint d’interrompre ses livraisons de gaz vers l’Europe. S. KAHN, op. cit., p. 271.

[49] Sergey LAVROV, State of the Union Russia-EU: Prospects for Partnership in the Changing World, in Journal of Common Market Studies, Vol. 51, p. 6-12, July 9, 2013.

[50] Herman VAN ROMPUY, Russia and Europe, Today, Lecture at the European University at Saint-Petersbourg, 5 september 2013. https://www.consilium.europa.eu/uedocs/cms_data/docs/pressdata/en/ec/138657.pdf

[51] Ibidem.

[52] Richard SAKWA, Russia against the Rest. The Post-Cold War Crisis of World Order, p. 259-260 and 261, Cambridge, Cambridge University Press, 2017. – Exclusive: « We will survive sanctions » says Russian foreign minister Sergei Lavrov to FRANCE24, 17 déc. 2014. On 17 December 2014.

[53] stalemate may be the most appropriate definition of the present quality of EU – Sergei MEDVEDEV, The Stalemate in EU-Russia Relations, Between ‘Sovereignty’ and ‘Europeanisation, in Ted HOPF ed, Russia’s European Choice, p. 215–232, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2008. – H. HAUKKALA, From Cooperative to Contested Europe…?, p. 30. – Fabienne BOSSUYT & Peter VAN ELSUWEGE ed, Principled Pragmatism in Practice, The EU’s Policy Towards Russia after Crimea, Leiden, Brill, 2021. – Derek AVERRE & Kataryna WOLCZUK eds, The Ukraine Conflict: Security, Identity and Politics in the Wider Europe, Abingdon, Routledge, 2018. – Marco SIDDI, The partnership that failed: EU-Russia relations and the war in Ukraine. https://www.researchgate.net/publication/362542921_The_partnership_that_failed_EU-Russia_relations_and_the_war_in_Ukraine.

[54] S. KAHN, op. cit., p. 279.

[55] Foreign Affairs Council, 14 March 2016, European Council, Council of the European Union, https://www.consilium.europa.eu/en/meetings/fac/2016/03/14/ Voir également : Facts and figures about EU-Russia Relations. Nov. 4, 2022. https://www.eeas.europa.eu/sites/default/files/eeas-eu-russia_relation-en_2021-07.pdf

[56] Tatiana KASTOUEVA-JEAN, La Russie après la réforme constitutionnelle, dans Thierry de MONTBRIAL et Dominique DAVID, RAMSES 2022, p. 147, Paris, IFRI-Dunod, 2021.

[57] Josep BORRELL, Ma visite à Moscou et l’avenir des relations entre l’UE et la Russie, Bruxelles, European Union External Action (EEAS), 7 février 2021. https://www.eeas.europa.eu/eeas/ma-visite-%C3%A0-moscou-et-lavenir-des-relations-entre-lue-et-la-russie_fr

[58] Foreign Affairs Council, 17 October 2022.

https://www.consilium.europa.eu/en/meetings/fac/2022/10/17/

[59] Guerre en Ukraine : la Russie accuse l’Union européenne d’être partie prenante dans le conflit, Paris, AFP, 20 octobre 2022.

[60] Sylvain KAHN, Histoire de la construction de l’Europe…, p. 323.

[61] Jorge LIBOREIRO, Ukraine war: Russian army will be « annihilated » if it launches a nuclear attack, warns Josep Borrell, in Euronews, October 14, 2022. https://www.euronews.com/my-europe/2022/10/13/the-russian-army-will-be-annihilated-if-it-launches-a-nuclear-attack-warns-josep-borrellTop EU diplomat says Russian army will be ‘annihilated’ if Putin nukes Ukraine Josep Borrell said that the West’s answer to a nuclear attack would be ‘powerful’ but not nuclear. Le Monde with AFP, October 13, 2022. https://www.lemonde.fr/en/european-union/article/2022/10/13/top-eu-diplomat-says-russian-army-be-annihilated-if-putin-nukes-ukraine_6000230_156.html

[62] Kathleen R. MCNAMARA, The EU is turning geopolitical. Is Venus becoming Mars?, EU Diplomat Josep Borrell warned the Russian Army will be « annihilated » if it launches a nuclear attack. These words suggest a more assertive European Union, in The Washington Post, October 17, 2022. https://www.washingtonpost.com/politics/2022/10/17/eu-annihilate-russia-putin-borrell/

[63] K. MCNAMARA, Politics of Everyday Europe: Constructing Authority in the European Union, Oxford University Press, 2017.

[64] Emmanuel KANT, Vers la paix perpétuelle, Essai philosophique, Paris, PuF, 1958. – E. KANT, Œuvres philosophiques, III, Les derniers écrits, coll. Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard – NRF, 1986.

[65] Robert KAGAN, Power and Weakness, Policy Review, June & July 2002, p. 1-2 & 8. http://users.clas.ufl.edu/zselden/course%20readings/rkagan.pdf – K. MCNAMARA, Politics of Everyday Europe…

[66] R. KAGAN, Of Paradise and Power, America and Europe in the New World Order, p. 5-6, New York, Knopf Publishing Group, 2003.

[67] Thomas HOBBES, Léviathan, Traité de la matière, de la forme et du pouvoir de la républiques ecclésiastique et civile, 1re partie, chap. XI, trad. François Tricaud, p. 98, Paris, Sirey, 1971. – Trad. Gérard Mairet, Paris, Gallimard, 2000. – Brigitte GEONGET, Le concept kantien d’insociable sociabilité, Éléments pour une étude généalogique : Kant entre Hobbes et Rousseau, dans Revue germanique internationale, 6, 1996. http://journals.openedition.org/rgi/577

[68] Thomas HOBBES, Léviathan…, trad. François Tricaud, p. 126. – Jean TERREL, Thomas Hobbes : philosopher par temps de crises, Paris, PuF, 2012.

[69] Le concept renvoie évidemment à l’idée de Société des Nations et de droit cosmopoltique entre les citoyens d’un État universel, chère à KANT dans son texte Idée d’une histoire universelle au point de vue cosmopolitique (1784) dans E. KANT, Œuvres philosophiques, II, Des prolégomènes aux écrits de 1791, coll. Bibliothèque de la Pléiade, p. 187-205 (traduction de Luc Ferry),Paris, Gallimard – NRF, 1985.

[70] Jean-Marc FERRY, A propos de La puissance et la faiblesse de Robert Kagan, Les Etats-Unis et l’Europe, ou le choc de deux universalismes, in Septentrion, p. 263-278, Jean-Marc Ferry, entretien avec Muriel Ruol, « La puissance et la faiblesse. Les États-Unis et l’Europe », Bruxelles, La Revue nouvelle, janv.-fév. 2004/n° 1-2. https://books.openedition.org/septentrion/16389?lang=fr BEN Mokhtar BARKA, Jean-Marie RUIZ, dir., États-Unis / Europe : Des modèles en miroir, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2006.

[71] EU Ambassadors Annual Conference 2022: Open Speech by High Representative Josep Borrell, Brussels, October 10, 2022.

https://www.eeas.europa.eu/eeas/eu-ambassadors-annual-conference-2022-opening-speech-high-representative-josep-borrell_en

[72] K. MCNAMARA, Politics of Everyday Europe…

[73] Dmitry Medvedev also called Borrell « a great strategist and a great military leader in a non-existent European army. » Medvedev: Borrell’s remarks about Russian nuclear strike, in Pravda, 14 October 2022. https://english.pravda.ru/news/world/154434-medvedev_borrell/

[74] Nicole GNESOTTO, La puissance n’est pas l’émotion, Conversation avec Laurent Greilsamer, dans E. FOTTORINO dir., Ukraine, Première guerre mondialisée, p. 37, Paris, Éditions Le 1, 2022. Texte du 9 mars 2022.

[75] Rappelé par Vincent DUJARDIN, Pierre Harmel, Biographie, p. 620, Bruxelles, Le Cri, 2004. – Annales parlementaires, Chambre, 26 avril 1966, p. 26.

[76] V. DUJARDIN, Pierre Harmel…, p. 649.

[77] N. GNESOTTO, L’Europe: changer ou périr, p. 217, Paris, Tallandier, 2022.

[78] Emma ASHFORD, The Ukraine War will end with negociations, Now is not the time for talks, but America must lay the groundwork, in Foreign Affairs, October 31, 2022. https://www.foreignaffairs.com/ukraine/ukraine-war-will-end-negotiations

[79] Dominique de VILLEPIN, Pour stopper la guerre, le « principe actif » de la diplomatie, dans E. FOTTORINO dir., Ukraine, Première guerre mondialisée…, p. 46.

[80] Edgar MORIN, Pour le compromis et la paix, dans Éric FOTTORINO dir., Ukraine, Première guerre mondialisée…, p. 33. – Voir également la proposition de Jacques Chirac en 2006 d’une protection croisée Otan-Russie de l’Ukraine, garantissant l’indépendance de Kiev et le fait qu’il n’y aurait jamais de bases de l’OTAN dans ce pays. Maurice GOURDAULT-MONTAGNE, Les autres ne pensent pas comme nous, p. 109-110, Paris, Bouquins, 2022.

[81] E. KANT, Projet de paix perpétuelle, coll. La Pléiade…, p. 347.

[82] Richard SAKWA, Russia against the Rest, The Post-Cold War Crisis of World Order, p. 255, Cambridge University Press, 2017.

[83] Jolyon HOWORTH, Les Etats-Unis face à leurs engagements extérieurs, Deep engagement contre restreint, dans Thierry de MONTBRIAL et Dominique DAVID, RAMSES 2023, p. 232-235, Paris, Ifri-Dunod, 2024. – Andrew J. BACEVICH, The Age of illusions: How America Squandered its Cold War Victory, New York, Metropolitan Books, 2020.

L’historien Philippe Destatte (66) est directeur général de l’Institut Destrée, un think tank wallon influent. LEO l’a interviewé en référence à son livre récemment publié, Le confédéralisme, spectre institutionnel [1] , et a vu quelques différences avec le modèle confédéral de la N-VA [2].

Joris Sterckx : la Belgique a été incapable de créer un projet fédéral commun. Pourriez-vous expliquer ce que vous entendez par là ?

Tout comme en 1830, en 1970 ou en 1993, les attentes de ceux qui ont espéré en l’Etat ont été déçues. 1830 a échoué comme projet national censitaire et francophone. 1970 a échoué comme État régional et communautaire. 1993 comme État fédéral de coopération. Nous ne saurions nous en étonner. L’historien namurois Louis Dewez avait observé dès 1833 que la Belgique était partagée entre deux peuples, les Wallons et les Flamands. L’État belge a voulu nier cette réalité en se fondant sur une bourgeoisie francophone, flamande comme wallonne d’ailleurs. Bruxelles a émergé de cet amalgame comme troisième larron. À Versailles, on a ajouté des germanophones. À aucun moment pourtant, une vraie patrie, respectueuse de ses parties n’a émergé. Même dans les moments d’adversité les plus aigus. La faiblesse de l’État et de son projet a laissé la place aux partis politiques qui l’ont loti et ont substitué des intérêts de partis à l’intérêt national déficient. Ils ont fait de leur mieux. Mais cela n’a jamais été concluant.

 

Joris Sterckx : vous plaidez pour un nouveau paradigme. Quel est-ce paradigme ? En quoi est-il différent du confédéralisme que propose la N-VA ?

Ce modèle est à la fois ancien et nouveau. Il trouve ses racines dans les accords négociés entre Flamands, Wallons et Bruxellois – au premier rang desquels Kamiel Huysmans et Jules Destrée – qui ont permis les lois linguistiques des années 1930, celles des années 1960 puis l’article 4 de la Constitution créant quatre régions linguistiques : de langue française, de langue néerlandaise, bilingue de Bruxelles-Capitale et de langue allemande. Ces quatre entités devraient constituer demain ce que le député CVP Jan Verroken appelait en 1978 « een soort koninkrijk van verenigde republieken » : quatre entités (con)fédérées, à la fois communautés et régions, égales en droit, aux mêmes compétences, jalouses de leur autonomie et de leurs prérogatives, mais coopérant dans un ensemble et avec un projet communs. J’apprécie que la NVA réfléchisse à un projet qui maintienne une structure de type (con)fédéral, comme une tentative de vivre ensemble. C’est ce que les Wallons ont voulu faire aussi au sortir de la guerre. Mais le modèle Brassinne-Destatte est différent de celui de la NVA car nos quatre entités font quatre, quand celui de la NVA fait une addition de 1 + 1 + 1/2 + 1/2, ce qui, en fait, ne fait pas vraiment quatre.

 

Joris Sterckx : quel rôle voyez-vous pour Bruxelles dans la ‘nouvelle’ Belgique ?

Les Bruxelloises et les Bruxellois doivent connaître une révolution copernicienne en assumant leur statut de Région bilingue. Ils doivent être à la hauteur de leur rôle de capitale de l’Europe et de la Belgique, à la fois de langue française et de langue néerlandaise. Il faut mettre fin au fantasme d’une région francophone, ce qu’elle n’est pas constitutionnellement, donc mettre fin à ce coup de canif dans la loyauté fédérale que constitue l’appellation de Fédération Wallonie-Bruxelles. Ainsi, il faut renforcer le poids flamand à Bruxelles, transférer les compétences des deux communautés à la Région, fonder un enseignement bilingue, des services personnalisables bilingues en donnant les garanties nécessaires aux Bruxellois flamands pour qu’ils s’y sentent chez eux. Dans le même temps, Bruxelles ne doit plus être ni la capitale de la Flandre ni celle de la Communauté française, niveau de pouvoir qui doit disparaître. Bruxelles sera bruxelloise et région à part entière.

 

Joris Sterckx : récemment, la ministre des Réformes institutionnelles Annelies Verlinden a suggéré l’évolution vers une Belgique de 2+2. Quel est votre point de vue sur cette suggestion ?

D’abord ce n’est pas une évolution. Ensuite, la ministre est revenue sur ses propos de manière à ne pas « polluer » le débat institutionnel dont elle a la charge avec David Clarinval. Enfin, je pense que reconnaître la même puissance juridique aux quatre entités fédérées – ce que le modèle 2+2 ne fait pas – peut donner une chance d’équilibrer le fédéralisme ou le confédéralisme belge. Et je n’ai pas de tabou sur les noms. Les Flamands qui pensent que demain les Bruxellois ou les OstBelgien contribueraient à les minoriser se trompent. La Bruxelles de demain ne sera pas francophone ni d’ailleurs solidaire avec la Wallonie – elle ne l’a jamais été. Quant aux germanophones, ils sont et seront un élément d’équilibre, n’ayant pas vocation à soutenir davantage un point de vue que l’autre. De manière beaucoup plus générale, j’ai beaucoup apprécié l’idée de la ministre Verlinden lorsqu’elle s’interrogeait sur le fait de savoir s’il fallait rénover ou rebâtir la maison Belgique. Il s’agit d’une question fondamentale. Avec le constitutionnaliste bruxellois Hugues Dumont, je plaide pour un congrès national élu, une constituante, où on refonderait l’État sur de nouvelles bases fédérales ou confédérales.

 

Joris Sterckx : que pensez-vous de l’idée du gouvernement fédéral de consulter les citoyens sur une réforme institutionnelle ?

Consulter les citoyennes et citoyens constitue toujours une bonne idée. Pour autant que l’on garde chacun dans son rôle : seuls les élus sont légitimes pour faire les lois et assumer les responsabilités. Le citoyen ne peut pas être calife à la place du calife. De plus, les méthodologies participatives et délibératives doivent être irréprochables. J’observe souvent des biais dans ces processus, notamment en ce qui concerne le recrutement. Ceci dit, on a souvent la mémoire courte et on oublie que la doctrine de la réforme de l’État a été conçue au Centre Harmel pendant près de dix ans, de 1949 à 1958. La plupart des questions sur les relations entre les régions y ont été préparées par 42 membres dont 28 étaient des extraparlementaires.

 

Joris Sterckx : comment voyez-vous le débat évoluer du côté francophone et wallon ? Pendant longtemps, on a entendu qu’ils étaient demandeurs de rien. Pensez-vous que les esprits ont depuis muri ?

Tout en dénonçant l’approche binaire flamande, les Wallons sont tombés dans le piège de l’ethnisme dès avant 1970, parfois d’ailleurs parce qu’ils se sentaient proches de la France. C’est le mythe de la « nation francophone ». Cette dynamique a fondamentalement pollué la revendication wallonne de disposer d’outils de reconversion dans une logique renardiste de fédéralisme et de réforme de structure. Les partis politiques wallons ont entendu les sirènes des Lagasse ou des Maingain qui les ont menés dans des impasses du type « couloir de Rhode Saint-Genèse » ou « élargissement de Bruxelles », encore en 2011. Les partis wallons  auraient mieux fait d’être davantage attentifs à l’avenir de leur région. Ils avaient oublié que leurs prédécesseurs avaient promis aux Flamands en 1953 que, au-delà du passage de Bruxelles de 16 à 19 communes, ils ne revendiqueraient plus aucun élargissement.

Aujourd’hui, la pratique d’un modèle (con)fédéral même imparfait a fait mûrir les esprits. L’identité bruxelloise fait chaque jour de nouveaux progrès et de nombreux élus wallons aspirent à une organisation efficiente de leur région afin qu’elle puisse enfin disposer de son enseignement, de ses compétences de recherche, de culture et d’éducation permanente. Du côté flamand, on le sait bien depuis 1980 : il s’agit de compétences qui donnent du sens à l’action collective. Ces compétences échappent aux Wallons et, de surcroît, elles sont dans un état lamentable parce que sans projet commun et sous-financées. Les Wallonnes et les Wallons qui aspirent à un avenir plus radieux semblent prêts à assumer toutes leurs responsabilités.

 

[1] Le livre s’obtient par simple versement de 22 euros au compte IBAN BE38 0682 1161 0072 de l’Institut Destrée à 5000 Namur, en précisant l’adresse de livraison. Les frais de port et d’envoi sont gratuits pour la Belgique.

Les commandes avec facturation se font à l’adresse suivante, en précisant éventuellement le numéro de TVA : commandes [at] institut-destree.eu

http://www.institut-destree.eu/confederalisme_spectre-institutionnel.html

[2] Cet article revient sur l’intégralité de l’échange que j’ai eu avec Joris Sterckx le 13 mars 2021 pour l’interview qu’il a publiée dans Leo, le magazine de la NVA (juin 2021), sous le titre Brussel moet tweetalig statuut accepteren, Philippe Destatte, gedelegeerd bestuurder van de Waalse denktank Institut Destrée, dans Leo, Numéro 5, juin 2021, p. 22-23. (Dans cette section, nous laissons parler un expert externe. Il n’est pas politiquement lié à un parti et n’exprime pas nécessairement la position de la N-VA).

https://www.n-va.be/sites/default/files/generated/files/magazine/leo-21-05.pdf

 

Historicus Philippe Destatte (66) is gedelegeerd bestuurder van het Institut Destrée, een invloedrijke Waalse denktank. LEO interviewde hem naar aanleiding van zijn recent verschenen boek, Confederalisme, een institutioneel spook [2] , en zag toch wel enkele verschillen met het confederale model van de N-VA. [1]Joris Sterckx : België was niet in staat om een gemeenschappelijk federaal project op te richten. Kunt u uitleggen wat u daar precies mee bedoelt?

Net als in 1830, 1970 of 1993 werden de verwachtingen van wie op de staat vertrouwde niet ingelost. 1830 mislukte als nationaal en Franstalig project met het cijnkiesstelsel. 1970 mislukte als gewestelijke en communautaire staat. En 1993 mislukte als federale samenwerkingsstaat. Dat verbaast ons niet. De Naamse historicus Louis Dewez stelde al in 1833 vast dat België verdeeld is in twee volkeren: de Walen en de Vlamingen. De Belgische staat wilde die realiteit ontkennen door te steunen op een Franstalige burgerij, zowel Vlaams als Waals trouwens. En uiteindelijk was het Brussel dat met de buit ging lopen. In Versailles kwamen ook de Duitstaligen er nog bij. Op geen enkel moment ontstond er evenwel een echt vaderland, dat respect toont voor zijn componenten. Zelfs niet bij de grootste tegenslagen. De zwakte van de staat en zijn project gaf vrij spel aan de politieke partijen die de staat verdeelden en de partijbelangen hebben vervangen door een onvolwaardig nationaal belang. Ze hebben hun best gedaan. Maar overtuigend was het nooit.

 

Joris Sterckx : U pleit voor een nieuw paradigma. Welk is dat? En waarin verschilt het van het confederalisme dat de N-VA voorstelt?

Het is tegelijk een oud en een nieuw model. Het vindt zijn oorsprong in de akkoorden die werden onderhandeld tussen Vlamingen, Walen en Brusselaars – met mensen als Kamiel Huysmans en Jules Destrée op de eerste rij – die hebben geleid tot de taalwetten van de jaren 1930, die van de jaren 1960 en ook artikel 4 van de Grondwet waarbij vier taalgebieden werden opgericht: het Franse taalgebied, het Nederlandse taalgebied, het tweetalige gebied Brussel-Hoofdstad en het Duitse taalgebied. Deze vier entiteiten zouden morgen « een soort koninkrijk van verenigde republieken » moeten vormen, zoals CVP-kamerlid Jan Verroken het in 1978 benoemde: vier ge(con)federeerde entiteiten, zowel gemeenschappen als gewesten, met gelijke rechten en dezelfde bevoegdheden, die erg gesteld zijn op hun autonomie en voorrechten, maar die als één geheel en met een gemeenschappelijk project samenwerken. Ik stel het op prijs dat de N-VA nadenkt over een project waarbij een soort (con)federale structuur wordt behouden, als een poging om samen te leven. Dat wilden de Walen na de oorlog ook. Maar het model Brassinne-Destatte verschilt van dat van de N-VA omdat onze vier entiteiten ook echt met vier zijn, terwijl de optelsom van de N-VA – 1 + 1 + 1/2 + 1/2 – niet echt gelijk is aan vier.

 

Joris Sterckx : Welke rol ziet u voor Brussel in dat ‘nieuwe’ België?

De Brusselaars moeten een copernicaanse revolutie doormaken door hun statuut van tweetalig Gewest te accepteren. Ze moeten hun rol van hoofdstad van Europa en hoofdstad van België opnemen, zowel met de Franse als met de Nederlandse taal. We moeten een einde maken aan de waanvoorstelling van een Franstalig gewest, want volgens de Grondwet is het dat niet, en dus ook aan de foute woordkeuze in de federale loyaliteit van de benaming ‘Fédération Wallonie-Bruxelles’. Zo moeten we het Vlaamse gewicht in Brussel versterken, de bevoegdheden van de twee gemeenschappen overdragen naar het Gewest, tweetalig onderwijs oprichten, tweetalige persoonsgebonden diensten aanbieden die de Vlaamse Brusselaars de nodige garanties bieden zodat ze zich thuis zouden voelen. Tegelijkertijd moet Brussel niet meer de hoofdstad van Vlaanderen zijn en niet meer die van de Franse Gemeenschap, een bestuursniveau dat moet verdwijnen. Brussel wordt Brussels en een volwaardig gewest.

 

Joris Sterckx : Annelies Verlinden, minister van Institutionele hervormingen, sprak onlangs over de evolutie naar een 2+2-model. Wat is uw mening over die suggestie?

Eerst en vooral is het geen evolutie. Vervolgens is de minister teruggekomen op haar woorden om het institutionele debat waar zij samen met David Clarinval verantwoordelijk voor is niet te ‘vervuilen’. Tot slot denk ik dat het toekennen van dezelfde juridische macht aan de vier deelstaten – hetgeen het 2+2-model niet doet – een kans kan zijn om het Belgische federalisme of confederalisme in evenwicht te brengen. En de benamingen zijn voor mij geen taboe. De Vlamingen die denken dat de Brusselaars of de Oostkantons morgen hun steentje zullen bijdragen om hen te minimaliseren, vergissen zich. Het Brussel van morgen zal niet Franstalig zijn en ook niet solidair met Wallonië – en is dat trouwens ook nooit geweest. De Duitstaligen zorgen op hun beurt voor een evenwicht en zullen dat morgen ook doen. Zij voelen zich niet geroepen om het ene standpunt meer te steunen dan het andere. Meer algemeen vond ik de vraag van minister Verlinden zeer terecht: als België een huis zou zijn, moeten we het dan renoveren of weer opbouwen? Dat is een fundamentele vraag. Samen met de Brusselse grondwetspecialist Hugues Dumont pleit ik voor een verkozen nationaal congres, een grondwetgevende vergadering, waarbij de staat opnieuw zou worden opgericht volgens de nieuwe federale of confederale basis.

Joris Sterckx : Wat vindt u van het idee van de federale regering om de burgers te raadplegen over een institutionele hervorming?

Burgers raadplegen is altijd een goed idee, zolang iedereen in zijn rol blijft: alleen verkozenen mogen wetten maken en verantwoordelijkheden opnemen. De burgers mogen die positie niet innemen. Bovendien moeten de participatieve en stemprocedures dan onbesproken zijn. Ik zie vaak fouten in die processen, met name op het vlak van werving. Dat gezegd zijnde, vergeten we heel vaak dat er bijna tien jaar lang, van 1949 tot 1958, aan de leer van de staatshervorming werd gewerkt in het Centrum Harmel. De meeste kwesties over de relaties tussen de gewesten werden er voorbereid door 42 leden, van wie er 28 extraparlementair waren.

Joris Sterckx : Hoe ziet u het debat evolueren aan Franstalige en Waalse kant? We hebben lange tijd gehoord dat ze niets vroegen. Denkt u dat de meningen intussen veranderd zijn?

Ik ben geen voorstander van de Vlaamse tweeledige aanpak. Maar de Walen zijn al van vóór 1970 in de val van de etniciteit getrapt, soms trouwens omdat ze zich nauw verbonden voelden met Frankrijk. Dat is de mythe van de ‘Franstalige natie’. Die dynamiek heeft de Waalse eis om reconversiemiddelen sterk vervuild, binnen een renardistische logica van federalisme en structuurhervorming. De Waalse politieke partijen lieten zich verleiden door politici als Lagasse of Maingain die hen uiteindelijk in een impasse duwden zoals ‘de corridor van Sint-Genesius-Rode’ of ‘de uitbreiding van Brussel’ in 2011. De Waalse partijen hadden beter meer aandacht besteed aan de toekomst van hun gewest. Ze waren vergeten dat hun voorgangers in 1953 aan de Vlamingen beloofden dat ze naast de overgang van 16 naar 19 Brusselse gemeenten, geen enkele uitbreiding meer zouden vragen.

Vandaag heeft de toepassing van een zelfs onvolmaakt (con)federaal model de meningen veranderd. De Brusselse identiteit boekt elke dag vooruitgang en veel Waalse verkozenen streven naar een efficiënte organisatie van hun gewest om uiteindelijk te beschikken over hun onderwijs en hun bevoegdheden op het vlak van onderzoek, cultuur en permanente vorming. Aan Vlaamse kant weten we het sinds 1980 maar al te goed: het gaat om bevoegdheden die betekenis geven aan de collectieve actie. Die bevoegdheden ontglippen de Walen en daarbovenop zijn ze in erbarmelijke staat door het ontbreken van een gemeenschappelijk project en door de gebrekkige financiering. De Walen die hopen op een zonnigere toekomst lijken dan ook bereid te zijn om al hun verantwoordelijkheden op te nemen.

 

[1] Dit artikel gaat over de hele uitwisseling die ik had met Joris Sterckx op 13 maart 2021 voor het interview dat hij publiceerde in Leo, het NVA-magazine van Juni 2021, onder de titel Brussel moet tweetalig statuut accepteren, Philippe Destatte, gedelegeerd bestuurder van de Waalse denktank Institut Destrée, in Leo, Nummer 5, Juni 2021, p. 22-23. (In deze rubriek laten we een extern expert aan het woord. Hij of zij is niet partijpolitiek gebonden en verwoordt niet noodzakelijk het standpunt van de N-VA).

https://www.n-va.be/sites/default/files/generated/files/magazine/leo-21-05.pdf

[2] Het boek wordt verkregen door een eenvoudige storting van 22 euro op de IBAN BE38 0682 1161 0072 rekening van het Instituut Destrée te 5000 Namen, met vermelding van het afleveradres. Verzend- en bezorgkosten zijn gratis voor België.

Bestellingen met facturatie gebeuren op volgend adres, eventueel met vermelding van het btw-nummer: commandes [at] institut-destree.eu

http://www.institut-destree.eu/confederalisme_spectre-institutionnel.html

Hour-en-Famenne, le 28 mars 2020

A plusieurs reprises, en ce début 2020, l’occasion m’a été donnée de valoriser l’idée de réunir un Congrès national [1], piste préconisée en novembre 2019 par le professeur de droit constitutionnel Hugues Dumont [2] pour trouver une solution à l’impasse institutionnelle belge.

La crise du Covid-19 ne doit pas servir de prétexte à abandonner toute réflexion sur l’avenir et surtout à considérer que, face au pire, ce qui n’allait pas avant ira mieux demain. Aujourd’hui comme hier, penser à réformer l’État belge vise à améliorer son efficience et à décrisper les relations entre ses communautés et régions.

La convocation d’un Congrès national fait référence à une procédure qui est fondatrice de l’État belge aux tournants de 1830 et 1831. Moins connu que la Muette de Portici, que les Journées de Septembre ou que la prestation de serment de Léopold sur la Constitution, la réunion du Congrès national belge fut à son époque l’occasion de véritables nouveautés politiques. À l’aube de la création de l’État belge, cette assemblée introduisit dans le corps politique, pour le rajeunir et le vivifier, des innovations que les autres peuples du continent entrevoyaient à peine dans l’avenir [3]. Aussi, au XXIe siècle, peut-il constituer un modèle pour les générations nouvelles.

Séance du Congrès national - Gouache de Jean-Baptiste Madou (1796-1877) Bruxelles MRBA

Séance du Congrès national – Gouache de Jean-Baptiste Madou (1796-1877) MRBA

« […] considérant qu’il importe de fixer l’état futur de la Belgique »

Les combats des Journées de Septembre 1830, qui ont vu l’armée du roi Guillaume d’Orange chassée de Bruxelles, sont à peine terminés que le Gouvernement provisoire proclame l’indépendance de la Belgique. Dans cet arrêté daté du 4 octobre 1830, le gouvernement provisoire, considérant qu’il importe de fixer l’état futur de la Belgique, annonce qu’il va prendre l’initiative d’un projet de Constitution et convoquer un Congrès national pour examiner ce projet et le rendre, comme constitution définitive, exécutoire dans toute la Belgique [4]. Immédiatement, des élections sont convoquées pour former la Constituante, ellipse d’Assemblée constituante, qui aura tant la fonction d’écrire la Constitution que la fonction législative en attendant la mise en place des institutions qu’elle créera. En octobre 1830, il s’agit bien sûr de légitimer l’action révolutionnaire, à l’instar de ce qui fut fait à Versailles le 9 juillet 1789 [5] . Comme l’indiquait l’historienne Els Witte, le nom choisi pour cette assemblée constituante : Congrès national en français et Volksraad en néerlandais, est symbolique [6].

Deux jours après l’annonce de cette convocation, le 6 octobre 1830, les chefs révolutionnaires belges nomment une Commission de Constitution. Indépendamment de l’élection du Congrès national, cette commission a la mission de proposer au Gouvernement provisoire un projet de Constitution, destiné, après examen par le Congrès national, à devenir la loi fondamentale de la Belgique. Présidée par le catholique Etienne-Constantin de Gerlache (1785-1871), conseiller à la cour de Liège et ancien membre des États généraux du Royaume-Uni des Pays-Bas, elle est composée d’une douzaine de membres, principalement juristes, conseillers ou avocats. Jean-Baptiste Nothomb (1805-1881), avocat luxembourgeois et rédacteur du Courrier des Pays-Bas, est le secrétaire de cette commission.

Cinq innovations importantes

La Commission de la Constitution arrête les bases du contenu du futur document le 16 octobre 1830. Les deux plus jeunes membres, le libéral brugeois et avocat liégeois Paul Devaux (1801-1880) et Jean-Baptiste Nothomb sont chargés de rédiger un premier texte, ce qu’ils font entre le 16 et le 23 octobre [7]. La Commission adopte le document le 25 octobre. C’est ce projet qui sera distribué lors de la séance solennelle d’ouverture du Congrès national [8] et qui y sera présenté par le gouvernement, sans qu’il y ait apporté de modification [9].

Chargé par ses pairs de mettre au point les dispositions de la formation du Congrès national et d’en rédiger le texte de l’arrêté électoral, Jean-Baptiste Nothomb propose au Gouvernement provisoire d’abaisser l’âge d’éligibilité à 25 ans – ce qui était en fait l’âge qu’il avait à ce moment – au lieu des 30 ans en usage dans le Royaume-Uni des Pays-Bas en vertu de la Loi fondamentale. Première innovation majeure, c’est cet âge d’éligibilité de 25 ans accomplis le jour de l’élection qui est retenu par le Gouvernement provisoire. Cela permet, à Nothomb, comme à d’autres jeunes, de siéger au Congrès national [10].

L’arrêté du Gouvernement provisoire du 10 octobre 1830 qui détermine le mode d’élection du Congrès national y inscrit une autre innovation de taille : l’élection directe. Ainsi, les 200 députés vont être élus directement par les citoyens [11]. Pour comprendre l’importance de cette rupture, il faut se souvenir que dans le Royaume-Uni des Pays-Bas, alors que les membres de la première Chambre des États généraux étaient nommés à vie par le roi, la Seconde Chambre était désignée par les États provinciaux dont les membres tenaient leur mandat de trois ordres : les nobles, les villes et les campagnes. Dans les campagnes, l’électeur nommait directement les membres des États provinciaux, mais dans les villes, il choisissait les membres d’un collège électoral qui, par un système aussi curieux que compliqué, nommaient les membres des régences municipales (les conseillers communaux) qui, seulement, désignaient les députés aux États provinciaux [12]. Ce mécanisme échelonné, à trois ou quatre degrés, a été qualifié « d’élection à ricochet » par un des constituants, le congressiste athois Eugène Defacqz (1797-1871) [13]. On mesure dès lors à quel point l’élection directe, probablement inspirée de la loi Lainé adoptée en France le 5 février 1817, vise à s’émanciper de l’ancien régime et de ceux qui voudraient s’y accrocher.

Une troisième innovation porte sur la nationalité. L’arrêté du 10 octobre dispose que tout citoyen né ou naturalisé belge ou qui compte six années de domicile en Belgique peut être électeur, s’il répond bien sûr aux conditions de fortune [14] ou de capacité d’autonomie intellectuelle et de compréhension des enjeux [15]. Les conditions d’éligibilité en tant que député au Congrès national s’étendent à l‘indigénat. Ainsi, étaient considérés comme indigènes, tous les étrangers qui avaient établi leur domicile en Belgique avant la formation du ci-devant Royaume des Pays-Bas (c’est-à-dire avant 1815) et avaient continué à y résider [16].

Quatrième innovation introduite pour l’élection au Congrès national : il n’est pas requis que le député ait son domicile dans la province où il aura été élu [17]. En effet, si l’électeur doit voter dans le district dans lequel il est domicilié, il peut se présenter comme candidat dans tout autre district et y être élu.

Cinquième innovation, que l’ancien magistrat et professeur John Gilissen (1912-1988) qualifie, avec l’élection directe, de nouveautés radicales [18] : aux censitaires, c’est-à-dire les citoyens qui payent la quotité de contributions permettant d’être électeurs et que les règlements des villes et des campagnes ont fixée, s’ajoutaient, sans qu’il soit exigé d’eux un cens, des capacitaires.  Les conseillers des cours, juges des tribunaux, juges de paix, avocats, avoués, notaires, ministres des différents cultes, officiers supérieurs depuis le grade de capitaine, docteurs en droit, en sciences, en lettres et en philosophie, en médecine, chirurgie et accouchements disposent désormais du droit de vote en vertu de leur diplôme ou de leur fonction [19].

Rajeunissement du corps électoral, élection directe, ouverture à l’ensemble des résidents présents depuis cinq ans, mobilité des candidats, vote des capacitaires, ces cinq innovations marquent l’élection du Congrès national en même temps que la volonté du Gouvernement provisoire de 1830 d’élargir sa légitimité et d’y faire adhérer un plus grand nombre d’acteurs et de citoyens.

Les élections du Congrès national ont lieu le 3 novembre 1830 : sur les 200 élus, 98 le sont dans les provinces flamandes, 75 dans les provinces wallonnes et 27 dans le Brabant [20]. Ils sont désignés par 30.000 électeurs sur les 46.000 inscrits, le vote n’étant pas obligatoire. De fait, la période houleuse et surtout l’orangisme – la fidélité à l’ancien régime – poussent certains à l’abstention [21].  Le 10 novembre, 152 députés [22] se réunissent pour une première séance à Bruxelles dans l’ancien palais des États généraux, actuel Palais de la Nation. Au fil des travaux, les 200 élus s’impliquent plus fortement et même tiennent des débats âpres et acharnés [23]. On pourrait ajouter qu’ils pratiquent une transparence politique : en arrêtant son règlement intérieur, les congressistes ont décidé que, sauf demandes expresses, les votes sont émis à haute voix sur toutes les questions [24].

Lors des travaux du Congrès, c’est le projet de Constitution émanant de la Commission établie par le Gouvernement provisoire qui est discuté de préférence à d’autres : sur les 131 articles de la Constitution promulguée le 7 février 1831, 108 sont repris du projet de la Commission, soit textuellement, soit en les aménageant légèrement [25].

 

 Un congrès national en 2020 ou 2021 ?

L’élection d’un congrès national en 2020 ou 2021 aurait beaucoup de sens pour appréhender d’une manière nouvelle la réforme de l’État, indépendamment du fait d’ailleurs que cette initiative pourrait contribuer à ce nouveau formatage de notre société que certains appellent de leurs vœux dans un monde post-Covid-19. Sur les réseaux sociaux n’évoque-t-on pas un reset de notre manière de vivre ensemble ? Davantage qu’une nouvelle échéance électorale que beaucoup pensent inéluctable, la préparation et la tenue d’un Congrès national – nous l’avons vu – sont porteuses d’un surcroît de légitimité et d’innovation.

À l’instar du Gouvernement provisoire de 1830, le Gouvernement Wilmes-Geens, provisoire lui aussi, pourrait préparer les élections d’un Congrès national de 200 membres. Pour ce faire, il pourrait, à défaut d’y avoir désigné d’emblée deux vice-premiers ministres PS et NVA, s’associer, comme dans le Conseil national (ou fédéral ?) de Sécurité, les ministres-présidents des entités fédérées. Il s’agirait de rédiger, sur des bases innovantes, une loi électorale permettant d’élire un Congrès national comme en 1830 et d’en déterminer les règles (protection des minorités, votes à majorité qualifiée, etc.). Le mode de scrutin devrait être aussi innovant que lorsque le jeune Jean-Baptiste Nothomb l’avait préparé en 1830. Pas plus qu’à l’époque, nous ne manquons de brillants et jeunes juristes… Ainsi, pourrait-on, par exemple, établir le droit vote à l’âge de 16 ans le jour de l’élection – les lycéennes et lycéens n’ont-ils pas montré dans la rue qu’ils se sentaient concernés par les affaires publiques ? -, de tous les résidents européens ou non européens en séjour légal dans le royaume depuis cinq ans. Il serait également possible de modifier les circonscriptions et de permettre, d’une manière ou d’une autre, un renouvellement et une mobilité plus grande des candidats, etc. La volonté d’innovation impose de lever les tabous… Tout cela peut-être largement débattu et mobiliser beaucoup d’intelligence collective et de créativité citoyenne.

Parallèlement, le gouvernement fédéral pourrait lui aussi mettre en place une Commission de la Constitution pour plancher de manière indépendante et libre sur des principes et un projet, préparer le terrain de la réforme comme a pu le faire dans les années 1950 le Centre Harmel [26].

Quinze jours après les élections, les 200 membres du Congrès national se réuniraient pour écrire la nouvelle Constitution de la Belgique – néo-fédérale, confédérale ou que sais-je encore ? Ils auraient six mois pour faire aboutir leur travail et l’obligation de le mener à bien. La démarche elle-même serait porteuse de transparence et d’un large débat public pour l’alimenter tout au long de son parcours.

L’avantage de la Constituante, c’est qu’elle peut renouveler les acteurs et être innovante. Elle permettra de déterminer également si les résidents de la Belgique veulent vivre ensemble sur cet espace et y développer des projets communs.

Certains diront que la crise du Covid-19 doit d’abord être résolue, ses impacts sanitaires, sociaux, économiques. Ils ont raison, c’est notre priorité à toutes et à tous. Les circonstances difficiles que nous subissons ne doivent cependant pas empêcher tout débat en profondeur, anticipation créatrice et réflexion solide sur l’avenir.

Lorsqu’en décembre 1943, le général US Dwight D. Eisenhower fut désigné à la tête du Quartier général suprême des forces expéditionnaires alliées (SHAEF) à Bushy Park (UK), de nombreuses opérations vitales étaient en cours sur tous les fronts : contre les nazis, contre les fascistes italiens et contre les militaristes japonais. Néanmoins, si Ike ne s’était pas attelé dès ce moment et avec toutes les forces qu’on lui avait confiées à préparer l’opération Overlord, le débarquement de Normandie n’aurait pas pu avoir lieu six mois plus tard avec le succès que l’on sait.

Si on ne veut rien changer dans le monde qui vient, on restera prisonnier du vieux monde… Si on veut le transformer, le questionnement sur l’opportunité du moment risque toujours de servir de prétexte à l’immobilisme.

Or, en dehors de cette possible transformation, nos scénarios sont inépuisables.

Philippe Destatte

@PhD2050

 

[1] Paul GERARD et Henk DHEEDENE, Geert Noels et Philippe Destatte : « Cette crise va accélérer la réforme de l’État », dans le cadre des entretiens de Val Duchesse,  Une solution pour la Belgique, dans L’Écho, 21 mars 2020, p. 12-13. – Deze crisis zal hertekening van België in stroomversnelling brengen, Philippe Destatte: ‘We moeten een nationaal congres verkiezen om de grondwet te herschrijven.’ in De Tijd, 21 maart 2020.

[2] Hugues DUMONT, Étudions l’avenir possible pour l’État belge, dans Le Vif, 14 novembre 2019, p. 29.

[3] Théodore JUSTE, Le Congrès national de Belgique (1830-1831), t. 1, p. XIII, Bruxelles, 1880.

[4] Le gouvernement provisoire, considérant qu’il importe de fixer l’état futur de la Belgique, arrête :

Art. 1. Les provinces de la Belgique, violemment détachées de la Hollande constitueront un Etat indépendant.

Art. 2. Le comité central s’occupera au plus tôt d’un projet de Constitution.

Art. 3. Un congrès national, où seront représentés tous les intérêts des provinces, sera convoqué. Il examinera le projet de Constitution, le modifiera en ce qu’il jugera convenable, et le rendra, comme Constitution définitive, exécutoire dans toutes la Belgique. Arrêté du gouvernement provisoire du 4 octobre 1830.  Émile HUYTTENS, Discussions du Congrès national de Belgique, 1830-1831, t. 4, Pièces justificatives, p. 10, Bruxelles, Adolphe Wahlen & Cie, 1844.

[5] La démarche même des révolutionnaires belges qui consiste à se choisir une assemblée constituante afin d’affermir et de légitimer un régime politique nouveau, implique en soi une relation significative, sinon intense, entretenue par ces révolutionnaires belges avec la configuration idéologique de la Révolution française. Philippe RAXHON, Mémoire de la Révolution française de 1789 et Congrès national belge (1830-1831), dans Revue belge d’Histoire contemporaine, t. XXVI, 1996, 1-2, p. 33-83, p. 36.

[6] Els WITTE, La construction de la Belgique, p. 92. selon Els Witte le mot renvoie à la Révolution brabançonne de 1790.  – A noter qu’E. WITTE utilise le mot Constituante en néerlandais E. WITTE e.a., Nieuw Geschiedenis van België (1830-1905), p. 110, Tielt, Lannoo, 2005.

[7] Robert DEMOULIN, Le courant libéral à l’époque du Royaume des Pays-Bas et dans la Révolution de 1830, p. 37, dans Hervé HASQUIN et Adriaan VERHULST dir., Le Libéralisme en Belgique, Deux cents ans d’histoire, Bruxelles, Centre Hymans – Delta, 1989.

[8] Th. JUSTE, Le Congrès national…, t.1, p. 151.

[9] Th. JUSTE, Le Congrès national…, t.1, p. 69.

[10] Th. JUSTE, Le Congrès national…, p. 62.

[11] évidemment masculins, personne ne pose alors la question…

[12] John GILISSEN, Le régime représentatif en Belgique depuis 1790, p. 60sv, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1958.

[13] J. GILISSEN, Le régime…, p. 66.

[14] Ces conditions étaient quelque peu plus élevées que sous le régime de Guillaume d’Orange… Els WITTE, Alain MEYNEN et Dirk LUYTEN, Histoire politique de la Belgique, De 1830 à nos jours, p. 19, Bruxelles, Samsa, 2017.

[15] On n’oubliera pas que les 44.069 électeurs inscrits, soit 38.429 censitaires et  capacitaires n’atteignant pas le cens, ne représentent qu’1% des 4 millions d’habitants de 1830. René VAN SANTBERGEN dir., Le Parlement au fil de l’histoire, 1831-1981, p. 13, Bruxelles, Chambre des Représentants et Sénat, 1981. – Henri PIRENNE, Histoire de Belgique, Des origines à nos jours, t.3, p. 521, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1950. –  Là aussi, comme aux élections communales, l’exigence des démocrates d’élargir le droit de vote n’est pas prise en compte. E. WITTE, Nouvelle histoire de Belgique (1828-1847), La construction de la Belgique, p. 68, Bruxelles, Le Cri, 2010. – Ce qui nous apparaît aujourd’hui scandaleux fut alors fait au nom de la liberté. Comme l’a écrit l’économiste et politologue Émile de Laveleye (1822-1892), si le peuple est assez peu éclairé pour écouter ceux qui lui promettent le bonheur par le despotisme militaire ou théocratique, alors accorder à tous le droit de voter, c’est creuser le tombeau de la liberté. p. n, dans la préface à Th. JUSTE, Le Congrès national…, 1880, p. n.

[16] Arrêté du gouvernement provisoire du 10 octobre 1830, Articles 10. É. HUYTTENS, Discussions du Congrès national de Belgique…, t. 4, p. 11.

[17] Ibidem, Art. 11. – Th. JUSTE, Le Congrès national…, t.1, p. 62.

[18] J. GILISSEN, op. cit., p. 82.

[19] Ces capacitaires ne seront pas maintenus dans la Constitution du 7 février 1831 qui ne réservera plus le droit de vote, on le sait, qu’aux seuls censitaires.

[20] Louis-Th. MAES & René VAN SANTBERGEN dir., Documents d’histoire de Belgique, t. 2, La Belgique contemporaine, De 1830 à nos jours, p. 8, Bruxelles, Ministère des Affaires étrangères, 1978.

[21] Frans VAN KALKEN, La Belgique contemporaine, p. 45, Paris, A. Collin, 1930. – Voir aussi Els WITTE, Le Royaume perdu, Les orangistes belges contre la Révolution (1828-1850), Bruxelles, Samsa, 2016.

[22] Ibidem, p. 87.

[23] J. GILISSEN, Le régime…, p. 84.

[24] Ibidem, p. 93.

[25] Xavier MABILLE, Histoire politique de la Belgique, Facteurs et acteurs de changement, p. 107, Bruxelles, CRISP, 1986.

[26] Mina AJZENBERG-KARNY et Lili ROCHETTE-RUSSE, Centre Harmel, dans Paul DELFORGE, Philippe DESTATTE et Micheline LIBON dir., Encyclopédie du Mouvement wallon, t.  1, p. 241-242, Charleroi, Institut Destrée, 2000.

Hour-en-Famenne, 12 août 2013

 L’été est propice à la prospective mais aussi à la rétrospective. L’une l’allant pas sans l’autre. Voici un exposé présenté lors de l’Assemblée du Mouvement du Manifeste wallon du 22 novembre 2010 où j’étais invité à prendre la parole à l’Université du Travail à Charleroi. Beaucoup de ce que j’ai dit ce jour-là – tempore non suspecto – me paraît rester d’actualité en 2013 mais aussi en vue de 2014… Malheureusement.

Charleroi, 22 novembre 2010

 Permettez-moi de commencer mon intervention en rendant hommage au Bourgmestre de Charleroi, Jean-Jacques Viseur. Même si, personnellement, j’ai toujours été prudent quant à l’utilisation du mot nation, je pense avec lui que son utilisation dans nos démocraties ne mérite sûrement pas d’être frappé d’indignité comme certains ont voulu le faire. Même si j’ai toujours préféré me dire régionaliste, je me souviens que l’historien français Pierre Nora disait, à l’époque des méfaits du nationalisme en Yougoslavie, qu’il ne fallait pas jeter le bébé avec l’eau du bain, et que, à côté du nationalisme belliqueux, il y avait un nationalisme amoureux. Nous savons aussi, avec Dominique Schnapper – la fille de Raymond Aron – que la nation, c’est la communauté des citoyens, et donc le fondement de la démocratie.

Je suis très inquiet de l’évolution de la vie politique en Belgique. J’ai entendu ces derniers mois un ministre-président bruxellois dire que si les Flamands prenaient leur indépendance, « on »  leur donnerait trois mois pour quitter Bruxelles. Je crains que le « on », dans son esprit, c’était nous les Wallonnes et les Wallons, et nos enfants, en âge d’être soldats. Quelques mois plus tard, je l’ai entendu dire que la NVA n’était pas des adversaires politiques mais des ennemis politiques. J’ai aussi entendu une vice-premier-ministre dire que si la Flandre allait vers la séparation, on exigerait un référendum en Flandre, on ferait une consultation populaire à Bruxelles et en périphérie. Jamais cette vice-premier-ministre n’a parlé des Wallons à qui on ne demandera jamais leur avis. Nous le voyons, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes a une signification différente selon la région où l’on habite.

Je suis encore plus inquiet par l’évolution des Wallonnes et des Wallons.

Parce que les Wallons manquent de mémoire.

Parce que les Wallons manquent de vision.

Parce que les Wallons manquent de courage.

1. Les Wallons manquent de mémoire

 Fondamentalement, les Wallons ne savent plus pourquoi ils ont contribué à instaurer le fédéralisme. Pour de nombreux jeunes Wallons, – nous l’avons observé lors du séminaire prospectif que nous avons organisé avec une douzaine de jeunes tant de l’université que de l’enseignement secondaire des différents réseaux à l’occasion du trentième anniversaire du Parlement wallon issu des lois d’août 1980 –  le problème, c’est le fédéralisme. C’est-à-dire que, n’ayant connu que le système fédéral et n’ayant pas été informée des raisons de la fédéralisation, la plupart d’entre eux considèrent que le mal belge d’aujourd’hui est produit par le fédéralisme lui-même.

 A l’occasion de ce même anniversaire, j’ai écouté Jean-Maurice Dehousse, invité par Bertrand Henne à Matin Première, rappeler que l’on ne pouvait pas comprendre ce qui se passait actuellement dans les relations entre Flamands et Wallons si on n’avait pas en mémoire les événements de 1940-45 et, en particulier, le problème des prisonniers de guerre. Comme je donnais mon cours de Société et institutions de la Belgique depuis 1830 à l’Institut des Sciences juridiques de l’Université de Mons ce jour-là, j’ai interrogé l’auditoire, composé d’une bonne centaine de jeunes étudiants frais émoulus du Secondaire, pour demander qui d’entre eux savait de quoi il s’agissait lorsqu’on évoquait la question des prisonniers de guerre. Cinq étudiants seulement ont levé la main et ont pu l’expliquer. Cinq sur environ 130 étudiants… Mais ce n’est pas tout. Croisant ce jour-même le jeune successeur de Fernand Dehousse et de François Perin à la Chaire de Droit constitutionnel de l’Université de Liège, j’ai voulu partager avec lui mon étonnement à ce sujet. Il n’était guère étonné puisque, lui non plus, n’était pas informé du fait que les prisonniers de guerre wallons avaient été gardés en captivité tandis que les prisonniers flamands avaient été libérés dès 1940… Je vous le disais que les Wallons n’ont pas de mémoire.

 Ainsi, les Wallons, qui ne comprennent pas ce qui leur arrive, sont devenus fatalistes et continuent à croire que tout ce qui se produit est naturel. Ils se laissent embarquer dans des combats qui ne sont pas les leurs. Tous les partis francophones ont vainement couru après le FDF dans une logique qui relève davantage de la vision fransquillonne que du fédéralisme régional. Ils ont oublié que, depuis la loi de 1889 et ses arrêtés d’application, le législateur a commencé à dire quelles communes étaient flamande ou wallonne, qu’en 1929 Kamiel Huysmans, député d’Antwerpen, et Jules Destrée, député de Charleroi, accompagnés d’une série d’autres parlementaires socialistes avaient, par le Compromis des Belges, ouvert la porte du fédéralisme territorial en reconnaissant l’homogénéité linguistique et culturelle de la Flandre et de la Wallonie, ainsi que le caractère bilingue de Bruxelles. Ce faisant, ils ont permis de fonder les lois linguistiques des années trente, toutes établies sur ces principes, y compris la réorganisation de l’armée belge sur cette base, ce qui n’est pas étranger à ce qui va se passer en 1940…

 Les Wallons ont oublié les travaux essentiels du Centre Harmel, véritable doctrine de la réforme de l’Etat. Fondé en 1949, à l’initiative du député PSC Pierre Harmel, présidé par le ministre d’Etat Eugène Soudan, composé de 42 membres provenant des quatre partis (catholique, libéral, socialiste et communiste), parmi lesquels 18 parlementaires et 24 extraparlementaires nommés paritairement par la Chambre et le Sénat, le Centre Harmel a travaillé jusqu’à la fin 1953. Parmi ses membres, on trouve des personnalités aussi chères au Mouvement wallon que Fernand Dehousse, Fernand Schreurs, Hubert Rassart ou René Thône. La séance officielle de clôture des travaux a eu lieu un an plus tard et son rapport fut déposé au printemps 1958 et publié dans les Documents parlementaires. On oublie que c’est un militant wallon important, Jean Van Crombrugge, personnalité libérale, ancien directeur de l’Ecole normale Jonfosse à Liège, qui en tant que rapporteur wallon de la section politique, y a proposé de fixer définitivement par une loi la frontière linguistique.

 On oublie aussi que le Centre Harmel, en assemblée plénière, a rendu un avis, à la demande expresse du Sénat, sur le projet de loi portant modification de la loi du 28 juin 1932 sur l’emploi des langues en matière administrative, déposé par le Ministre de l’Intérieur Ludovic Moyerson. Que dit cet avis daté du 27 janvier 1953 au sujet de la fixation de la frontière linguistique ?

 D’abord qu’il faut, dans un souci d’apaisement dans les relations entre les Flamands et les Wallons, envisager la suppression des recensements décennaux et proposer une limite administrative des langues, définitive, soustraite à toutes compétitions.

 Ensuite, que pour fixer cette limite, le Centre Harmel a entendu des spécialistes flamands et wallons dont les rapports convergents lui ont permis de réduire les points litigieux à quelques localités : d’une part, Mouscron, Renaix et Enghien, d’autre part, le secteur d’Outre-Meuse, c’est-à-dire les Fourons. Pour ce qui concerne les trois premières communes, le Centre leur a reconnu leur caractère soit wallon soit flamand et a demandé qu’on leur accorde des facilités linguistiques. Pour ce qui concerne les communes d’Outre-Meuse, un accord unanime s’est dégagé pour leur attribuer par arrêté royal un régime bilingue.

 Enfin, je cite textuellement l’accord qui est intervenu au Centre Harmel en ce qui concerne Bruxelles et sa périphérie.

 Quant à l’agglomération bruxelloise, le Centre de Recherche a émis l’avis qu’on lui adjoigne les communes d’Evere, de Ganshoren et de Berchem-Ste-Agathe. Dans son opinion, il ne peut s’agir d’aller au delà et d’admettre la bilinguisation d’autres communes flamandes de l’arrondissement de Bruxelles. En décider autrement serait à la fois favoriser une centralisation bruxelloise dont se plaignent Wallons et Flamands et entretenir une plaie à laquelle les Flamands sont particulièrement sensibles [1].

Comme on le sait, ces trois communes seront les dernières à être rattachées à la l’agglomération bruxelloise l’année suivante (1954). Pourquoi dès lors, aujourd’hui, les représentants politiques des Wallonnes et des Wallons, ouvrent-ils des dossiers sur ces matières qui vont à l’encontre des accords passés antérieurement avec les Flamands ? Pourquoi agiter l’élargissement de Bruxelles, le couloir de Rhodes St-Genèse, le bilinguisme de la périphérie, sinon pour compromettre les négociations aujourd’hui et pour perdre la face demain ? Pourquoi donc négocier en lecteur au jour le jour des éditos du journal Le Soir plutôt qu’en préservant l’acquis fédéraliste ?

Ils ont oublié que leur combat était autre : même dans sa version la plus simplifiée, le projet wallon a pu être défini comme un meilleur développement et une démocratie exemplaire. On a peut-être un tout petit peu progressé sur le premier objectif et probablement régressé sur le second.

2. Les Wallons manquent de vision

 J’entends par là une vision à long terme, partagée entre tous, de ce que l’ensemble  des acteurs wallons veulent entreprendre. Un vrai consensus sur l’avenir. Celui qu’on chercherait en vain dans les négociations gouvernementales fédérales.

 Certes, la Wallonie est en train de se reconstruire économiquement avec quelques succès, même si, comme disait jadis l’économiste Robert Solow,  au sujet de la Nouvelle Economie et des ordinateurs, on pouvait les voir partout, sauf dans les statistiques.

 De même, la Wallonie est en train de se réconcilier avec ses territoires et ceux-là œuvrent à leur reconversion tout en participant à l’effort commun, ce qui est le contraire du sous-régionalisme.

 La plupart des régions d’Europe construisent des visions pour baliser leur avenir. La Wallonie, elle, semble s’en désintéresser. Depuis le Manifeste wallon de 1983, on sait clairement qu’il y a deux voies : la voie francophone et bruxelloise, d’une part, la voie wallonne et bruxelloise, de l’autre. Depuis 1993, un article 138 permet le transfert des compétences de la Communauté française vers la Région wallonne et vers le groupe linguistique français du Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale sans accord des Flamands. Ces transferts nécessitent des décrets adoptés à la majorité des deux tiers au Parlement de la Communauté française et à la majorité absolue au Parlement wallon et du groupe linguistique français du Parlement bruxellois [2]. Qu’attendent nos parlementaires régionaux et communautaires pour réaliser cette opération qui permettrait non seulement de se donner les moyens de vraies politiques transversales d’innovation et de créativité, mais en plus de passer concrètement à une dynamique régionale intégrale sur Bruxelles, empêchant les velléités de ceux qui, en Flandre, veulent transférer des compétences vers les communautés sans tenir compte de la reconnaissance, faite en 1989, que  Bruxelles soit une région à part entière ?

Dans le même temps, il faut cesser de répéter le leitmotiv de l’alliance Wallonie-Bruxelles. Il est inutile, car contrairement à ce qu’on répète, il ne rend pas les Wallons plus forts face aux Flamands : la réforme de l’État ne se joue ni sur un ring ni sur un champ de bataille. Comment veut-on que les Flamands acceptent un fédéralisme à trois ou à quatre si on leur martèle que cela permettra de jouer à deux régions contre une ? D’autant que c’est, je pense, pour les Wallons, se faire beaucoup d’illusions sur une solidarité de Bruxelles avec la Wallonie dont, à ce jour, on ne dispose que de peu d’exemples, sinon pas du tout.

3. Les Wallons manquent de courage

Le premier courage des Wallons, c’est d’organiser la pacification de leurs relations avec les démocrates flamands, c’est-à-dire aussi avec la NVA. Car la pacification avec la Flandre est indispensable pour construire l’avenir de la Wallonie. La pacification de la Wallonie et de Bruxelles avec la Flandre est aussi indispensable à la Flandre dans son combat contre ses forces radicales, antidémocratiques, proto-fascistes du Vlaams Belang.

Dès lors, il faut oser dire que la Wallonie n’a de revendication ni territoriale ni linguistique sur les communes de la périphérie bruxelloise localisées en Région flamande, qu’il n’est pas question d’étendre Bruxelles au-delà des 19 communes et qu’il est normal qu’en Flandre, on utilise des services administratifs en flamand.

Il faut avoir le courage de penser les politiques de la Wallonie comme si elles devaient être financées sur ses recettes propres, parce que, qu’on le veuille ou non, la Wallonie sera davantage face à elle-même dans les années qui viennent, que l’on s’inscrive dans des plans A, B, C ou D. Etienne de Callataÿ, chef économiste à la Banque Degroof ne soulignait-il pas voici quelques jours que les efforts à fournir en termes d’assainissement des pouvoirs publics à l’horizon 2015 auraient des conséquences bien plus importantes pour les régions – et donc pour la Wallonie – que la révision de la loi de financement ? [3]

Pour cela, il faut réaliser des bouleversements profonds dans la gouvernance et l’organisation de la Wallonie. Il est donc indispensable de réorganiser en profondeur les institutions et d’organiser la mobilisation des moyens, y compris budgétaires, bien sûr.

André Renard aurait appelé cela des réformes de structure.

Cela passe par un nouveau Contrat d’avenir, négocié entre le Gouvernement wallon et toutes les forces vives de Wallonie, un vrai engagement collectif. Il s’agit d’ouvrir ensemble de grands chantiers qui mettent fin aux tabous wallons, prennent à bras le corps nos difficultés, et renouvellent les champs de l’action collective.

Cela peut se faire, cela doit se faire, dans les domaines de :

– l’université et de la recherche, où une grande réforme est indispensable qui aboutisse à fonder une seule grande entité universitaire, y compris les hautes écoles,  de Tournai à Liège et d’Arlon à Louvain-la-Neuve voire à Bruxelles, si les Bruxellois le veulent ;

– l’enseignement obligatoire, où le Plan Busquin Di Rupo attend toujours d’être mis en œuvre, tandis que la fusion des dynamiques de formation et d’éducation au niveau des bassins de vie / bassin d’emploi / bassin d’enseignement est porteuse d’avenir ;

– les chemins de fer, les communications routières, l’emploi et le travail, la fonction publique, etc. Il ne m’appartient pas de développer ici toutes les politiques qui peuvent nous permettre à la fois d’être plus efficaces et plus efficients, et donc de gagner notre autonomie réelle, y compris sur le plan budgétaire. Mais sachons que cela ne se fera pas tout seul, cela ne se fera pas de manière linéaire, cela ne se fera pas sans système de péréquation permettant de maintenir une vraie solidarité entre les Wallonnes et les Wallons. Les transferts budgétaires Nord-Sud sont des chaînes dont nous devons nous libérer, à la fois pour recouvrer notre liberté et notre dignité.

Partout, des choix courageux et essentiels sont à faire dans un cadre régional, en tenant compte des intérêts des Wallonnes et des Wallons, en reconnaissant qu’ils existent et qu’ils sont parties prenantes de leur avenir.

Il est grand temps de faire le choix de la Wallonie. Ce choix est aujourd’hui urgent, que l’on s’inscrive dans le fédéralisme avancé, que l’on ait l’intention de se mettre à la table de l’Europe aux côtés de Bart De Wever ou même de regarder vers la France. Dans tous les cas, il s’agira d’un passage nécessaire.

Philippe Destatte

https://twitter.com/PhD2050

 


[1] ARCHIVES DE L’INSTITUT DESTREE, Centre Harmel, Ministère de l’Intérieur, Centre de recherche pour la solution des problèmes sociaux, politiques et juridiques en régions wallonne et flamande, Document n°255, Assemblée plénière, Motion n°9, Réponse au ministre de l’Intérieur concernant le projet de loi modifiant la loi de 1932, texte adopté au cours de la séance du 27 janvier 1953, p. 2-4.

[2] Le Parlement de la Communauté française, d’une part, et le Parlement de la Région wallonne et le groupe linguistique français du Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale, d’autre part, peuvent décider d’un commun accord et chacun par décret que le Parlement et le Gouvernement de la Région wallonne dans la région de langue française et le groupe linguistique français du Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale et son Collège dans la région bilingue de Bruxelles-Capitale exercent, en tout ou en partie, des compétences de la Communauté française.Ces décrets sont adoptés à la majorité des deux tiers des suffrages exprimés au sein du Parlement de la Communauté française et à la majorité absolue des suffrages exprimés au sein du Parlement de la Région wallonne et du groupe linguistique français du Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale, à condition que la majorité des membres du Parlement ou du groupe linguistique concerné soit présente. Ils peuvent régler le financement des compétences qu’ils désignent, ainsi que le transfert du personnel, des biens, droits et obligations qui les concernent. Ces compétences sont exercées, selon le cas, par voie de décrets, d’arrêtés ou de règlements.

[3] Interview d’Etienne de Callataÿ dans Le Soir, 18 novembre 2010, p. 4.